Bourse > Neovacs > Neovacs : "Nous souhaitons accélérer le développement de notre produit le plus prometteur"
NEOVACSNEOVACS ALNEV - FR0004032746ALNEV - FR0004032746
0.840 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
0.830 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 36 M€Capi. :

Neovacs : "Nous souhaitons accélérer le développement de notre produit le plus prometteur"

Guy Charles Fanneau De La HorieGuy Charles Fanneau De La Horie

(Tradingsat.com) - La période de souscription à l’augmentation de capital de la société de biotechnologie Neovacs a débuté hier. Guy Charles Fanneau De La Horie, directeur général du groupe, nous explique en quoi cette opération constitue une opportunité pour les actionnaires existants et pour tous les investisseurs qui souhaitent miser sur la vaccination thérapeutique dans le traitement des maladies auto-immunes et inflammatoires.

Tradingsat.com : Pourquoi un actionnaire, dont l’investissement s’est déprécié depuis l’introduction en bourse, participerait-il à l’opération ?

Guy Charles Fanneau De La Horie : L’augmentation de capital est ouverte à tout le monde, mais les actionnaires actuels bénéficient de droits préférentiels de souscription qui leur permettent de participer au développement de la société à des conditions privilégiées. D’autre part, il est important que les personnes qui souhaiteraient participer sachent que le fonds Truffle Capital, qui investit régulièrement dans la société depuis 2003, s’est engagé à souscrire à l’opération. OTC Asset Management participe également, ainsi que quatre investisseurs qualifiés. Au total, l’émission est donc déjà sécurisée à 45%. Une fois ces fonds levés, nous disposerons des moyens de démontrer le plus rapidement possible la preuve de concept clinique irréfutable de notre approche de vaccination thérapeutique. Il ne fait aucun doute que le besoin thérapeutique existe pour notre produit, le TNF-Kinoïde, dans la polyarthrite rhumatoïde, mais nous devons maintenant démontrer son efficacité. C’est tout l’objet de l’étude clinique de Phase IIb/III que nous souhaitons lancer en priorité.

Tradingsat.com : Pourquoi privilégier la polyarthrite rhumatoïde, plutôt que la maladie de Crohn, dans laquelle vous avez aussi obtenu des résultats ?

Guy Charles Fanneau De La Horie : Neovacs s’est focalisé dès le départ sur le développement de 2 cibles, deux candidats-médicaments qui ont été amenés en Phase II en moins de trois ans, le vaccin thérapeutique TNF-Kinoïde dans la polyarthrite rhumatoïde et la maladie de Crohn, et l’IFNα-Kinoïde dans le Lupus. La polyarthrite rhumatoïde représente un marché plus important, qui a généré en 2010 un chiffre d’affaires estimé à près de 13 milliards de dollars dans le monde avec encore un fort potentiel de croissance puisque la moitié des patients des pays développés n’est pas encore traitée. Deuxième point, plusieurs produits ayant donné des résultats positifs dans la polyarthrite rhumatoïde ont échoué dans la maladie de Crohn. Nous avons donc choisi d’accélérer le développement du composé au plus fort rapport potentiel commercial/risque.

Tradingsat.com : Vous financez vous-même cette étude, mais vous pourriez aussi faire appel à un partenaire. Que pouvez vous dire sur d’éventuelles discussions ?

Guy Charles Fanneau De La Horie : Des discussions existent pour nos deux produits. Notre traitement de nouvelle génération dans les maladies auto-immune est une véritable technologie de rupture qui suscite un fort intérêt de la part de l’industrie pharmaceutique. Il faut comprendre cependant que, du fait de leur caractère innovants, le TNF-Kinoïde et l’IFNα-Kinoïde font l’objet de demandes d’informations plus poussées que s’il s’agissait d’une classe thérapeutique déjà bien connue, comme un anticorps monoclonal par exemple. Deuxièmement, nous pensons qu’il vaut mieux poursuivre le développement et apporter la preuve de l’efficacité clinique nous même, de façon à créer davantage de valeur, plutôt que d’essayer de nouer un partenariat dans des conditions suboptimales.

Tradingsat.com : Pour quand espérez-vous une autorisation de mise sur le marché en Europe ? Escomptez-vous toujours bénéficier de la procédure d’évaluation accélérée « fast track » aux Etats-Unis ?

Guy Charles Fanneau De La Horie : Dans le cadre du plan de développement présenté lors de notre introduction en bourse, nous avions évoqué ces objectifs principalement pour le projet TNF-Kinoïde dans la polyarthrite rhumatoïde chez les patients résistants aux anticorps monoclonaux. Nous avons appris deux choses en 2012. La première est qu’il faut s’assurer que ces patients ont bien éliminé les anticorps monoclonaux qu’ils ont pu recevoir précédemment. D’autre part, les études menées jusqu’à présent nous ont permis de déterminer qu’une dose d’au moins 360 microgrammes par injection est nécessaire, alors qu’une dose de 180 microgrammes dans la maladie de Crohn s’est révélée « un peu juste » en termes d’efficacité. En tout état de cause, nous visons toujours une autorisation de mise sur le marché conditionnelle, à un horizon que nous estimons désormais à 2017-2018.

Propos recueillis par François Berthon

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...