Bourse > Natixis > Natixis : Les banques n'en finissent plus d'inquiéter
NATIXISNATIXIS KN - FR0000120685KN - FR0000120685
6.017 € +1.64 % Temps réel Euronext Paris
5.917 €Ouverture : +1.69 %Perf Ouverture : 6.044 €+ Haut : 5.850 €+ Bas :
5.920 €Clôture veille : 3 798 140Volume : +0.12 %Capi échangé : 18 877 M€Capi. :

Natixis : Les banques n'en finissent plus d'inquiéter

Les banques n'en finissent plus d'inquiéterLes banques n'en finissent plus d'inquiéter

(Tradingsat.com) - Les marchés actions dans leur ensemble chutent lourdement jeudi matin après l'annonce hier soir de l'opération « twist » de la Réserve Fédérale américaine. Les opérateurs ne voient pas très bien comment l'acquisition par la Fed d'obligations à plus long terme (maturité à plus de 6 ans) en échange d'obligations à plus court terme (maturité de moins de 3 ans) va empêcher les Etats-Unis d'entrer en récession.

Vers 10h40, le CAC 40 plongeait ainsi de 3,9% à 2820 pts. Le secteur bancaire reste au cœur de la tempête. Société Générale dévisse de 7,3% à 15,7 euros, Natixis chute de 5,5% à 2,08 euros, Crédit Agricole perd 5,3% à 4,4 euros, BNP Paribas abandonne 4,4% à 23,4 euros.

L'étau se resserre en effet sur les valeurs financières, après que Standard & Poor's a annoncé avoir abaissé la note de crédit de sept banques italiennes, dont Mediobanca et Intesa Sanpaolo. Une décision qui fait suite à la récente dégradation par l'agence de la note de l'Italie. Standard & Poor's a parallèlement abaissé sa perspective, de stable à négative, sur huit autres banques transalpines.

Signe de la très grande fébrilité entourant la situation italienne, les taux des obligations de l'Etat italien à 10 ans grimpent ce matin à 5,8%... en dépit de la poursuite des interventions de la Banque Centrale Européenne.

En France, le Financial Times a révélé aujourd'hui que BNP Paribas aurait envoyé des émissaires (dont Jacques de Larosière, ancien directeur général du FMI) au Moyen-Orient pour sonder l'intérêt de potentiels investisseurs dans le cas où la banque devrait se résoudre à augmenter son capital. Le quotidien financier anglo-saxon évoque un montant de 2 milliards d'euros. Des informations qui jettent un peu plus le trouble sur les banques françaises dont les dirigeants n'ont eu de cesse de répéter ces dernières semaines que leurs établissements sont suffisamment capitalisés.

Enfin, outre Atlantique, Moody's a abaissé hier soir les notes de Banc of America, Citigroup et Wells Fargo. L'agence affirme que l'Etat fédéral ne serait plus en mesure de se porter à leur secours en cas de gros problème comme lors de la dernière crise. De quoi raviver le souvenir de la faillite de Lehman Brothers…


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI