Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

NATIXIS

KN - FR0000120685 SRD PEA PEA-PME
2.580 € -2.90 % Temps réel Euronext Paris

Natixis : Augmentation de capital de 3,7 milliards d'euros pour natixis

jeudi 17 juillet 2008 à 08h21
BFM Bourse

par Jean-Michel Bélot

PARIS (Reuters) - Natixis a annoncé une augmentation de capital de 3,7 milliards d'euros afin de restaurer ses fonds propres entamés par la crise financière qui la conduira à provisionner des dépréciations supplémentaires dans ses comptes du deuxième trimestre 2008.

Cette décision intervient alors que les groupes Banque Populaire et Caisse d'Epargne, les deux principaux actionnaires de la quatrième banque cotée française, ont déjà accordé à Natixis une avance de 2,5 milliards d'euros de fonds depuis le début de l'année, qui devrait être remboursée par l'augmentation de capital devant prendre la forme de titres hybrides.

Outre l'effet de la crise financière sur son activité, la banque est affectée par l'environnement concurrentiel de la banque de détail ainsi que par les effets de la réforme du Livret A et son exposition sur le marché des rehausseurs de crédits (monoliners).

Dans un communiqué, la Banque fédérale des Banques populaires (BFBP) et la Caisse nationale des caisses d'épargne (CNCE) ont précisé que l'augmentation de capital, dont les modalités précises doivent être définies, visait à restaurer "durablement et à un niveau élevé" la solvabilité de Natixis, lui permettant de respecter ses nouveaux ratios cibles (Core Tier 1 de 7% au minimum et Tier 1 de 9%) après le passage de provisions établies "de manière très prudente" dans les comptes du 30 juin 2008, qui seront publiés le 25 août prochain.

L'augmentation de capital sera garantie par la BFBP et la CNCE, qui détiennent chacune 441.235.402 actions Natixis représentant 34,9 % du capital et 35,1 % des droits de vote.

Les deux établissements, qui apportent leur soutien au management de Natixis, ont précisé qu'ils veilleraient à ce que le prix de souscription de l'augmentation de capital "reflète les intérêts patrimoniaux de tous les actionnaires".

Le titre Natixis, qui a clôturé mercredi sous la barre des 5 euros à 4,79 euros, a perdu 5,15% en une séance et plus de 63% depuis le début de l'année, ramenant sa capitalisation boursière a guère plus de six milliards d'euros.

Le titre avait été introduit en Bourse à 19,55 euros par action en décembre 2006.

MAUVAISE NOUVELLE POUR BFBP ET CNCE

La notation de la banque a été dégradée le mois dernier à AA- par l'agence de notation Standard & Poor's avec perspective stable, ce qui renchérit le coût de son refinancement sur les marchés.

Parallèlement au renforcement des fonds propres, les deux actionnaires de référence ont donné un mandat à la direction de la banque pour restructurer ses activités, ce qui passe par une réduction de son exposition aux risques et de ses coûts.

Le plan, dont les modalités seront détaillées lors des résultats semestriels, se traduira notamment par une réduction de la voilure sur les activités de la banque de financement et d'investissement (BFI), des cessions d'actifs non stratégiques ainsi que part une accélération du développement des activités rentables du groupe, notamment en direction de la gestion d'actifs.

La banque s'engage en échange à accroître les dividendes futurs "pour faire participer les actionnaires à la réalisation de ce plan".

Les difficultés de Natixis illustrent les déboires actuels du secteur bancaire qui ont conduit également le Crédit agricole à procéder à une augmentation de capital de 5,9 milliards d'euros alors que les banques britanniques Royal Bank of Scotland et Barclays ont annoncé récemment des augmentations de capital de respectivement 12 milliards et 4,5 milliards de livres sterling.

Ebranlée par la fraude présumée du trader Jérôme Kerviel et par la crise des crédits hypothécaires subprime, la Société générale a procédé de son coté en janvier dernier à une augmentation de capital de 5,5 milliards d'euros.

Dans une note publiée avant l'officialisation de l'opération, Oddo Securities soulignait mercredi qu'une augmentation de capital de Natixis serait clairement une mauvaise nouvelle de plus pour les Caisses d'épargnes et les Banques Populaires.

"En plus de la dévalorisation de la participation détenue dans Natixis et de leur potentielle participation à cette nouvelle levée de fonds, ils doivent faire face aux pertes de l'ex-monoline de Natixis, CIFG, qu'ils ont repris dans leur giron", soulignait l'intermédiaire.

Dans un communiqué distinct, la CNCE a précisé qu'en dépit des difficultés de Natixis, la solidité de l'Ecureuil était maintenue avec un ratio pro forma (post augmentation de capital de Natixis) de 8,20% au 30 juin, et avec l'objectif de restaurer son ratio cible de 8,50% au minimum "dès que possible".

Avec la contribution de Stanislas Dembinski

Copyright (C) 2007-2008 Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur NATIXIS en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+328.40 % vs +11.01 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat