Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

NANOBIOTIX

NANO - FR0011341205 SRD PEA PEA-PME
13.800 € -0.72 % Temps réel Euronext Paris

Nanobiotix : La nanothérapie du français Nanobiotix apparaît doper l'effet des traitements immuno-oncologiques

mardi 10 novembre 2020 à 11h00

(BFM Bourse) - Des patients atteints de cancers avancés ne répondant plus aux traitements les plus avancés ont à nouveau enregistré des progrès face à la maladie après une radiothérapie combinée au traitement "radioenhancer" de Nanobiotix. La biotech tricolore poursuit son rebond en Bourse.

Lever les freins (ou checkpoints) qui empêchent le système immunitaire de s'attaquer aux cellules cancéreuses au sein de l'organisme, tel est le principe de l'immuno-oncologie. Cette discipline, qui a valu en 2018 le prix Nobel de médecine à James Allison et à Tasuku Honjo, représente la plus importante avancée des vingt ou trente dernières années dans la lutte contre le cancer. Parmi les principaux traitements fondés sur l'immuno-oncologie, le plus connu est sans doute le Keytruda, le traitement administré à Jimmy Carter qui a conduit en trois mois à la disparition des tumeurs dont il souffrait (sachant l'ancien président des Etats-Unis avait déjà dépassé 90 ans à l'époque du traitement). Mais les traitements de ce type, dits inhibiteurs de checkpoints immunitaires (ICI), ne sont malheureusement pas infaillibles. Administrés à des personnes pour qui les traitements conventionnels du cancer sont en échec, ils fonctionnent en effet très bien chez une minorité de patients (environ 20% tous types de cancers confondus) mais une majorité de malades ne présentent pas de réponse clinique significative.

Face à cet écueil majeur, la société française Nanobiotix a présenté à l’occasion du 35e congrès annuel de la SITC (Society for Immunotherapy of Cancer) de premières données cliniques extrêmement encourageantes dans le cadre d'une étude initiale évaluant l'efficacité de son produit NBTXR3 (une injection de nanoparticules dans la tumeur permettant de concentrer localement l'effet des rayons-X), associé à un traitement immuno-oncologique, soit le pembrolizumab soit le nivolumab. Il s'agit en d'autres termes de traitements qui sont d'ores et déjà des blockbusters commerciaux, le Keytruda de Merck et l'Opdivo de BMS, respectivement.

Ces premiers résultats cliniques montrent, en ce qui concerne l'efficacité et la génération d'une réponse immunitaire, une régression des tumeurs chez huit patients sur neuf (et chez six patients sur les sept non répondeurs aux inhibiteurs de checkpoints). Par ailleurs, quatre des non-répondeurs présentaient plusieurs lésions, et trois de ces quatre patients ont enregistré une régression tumorale... y compris dans des lésions qui n'avaient pas été injectées - un effet "abscopal" c'est-à-dire à distance.

Il s'agit certes des toutes premières données d'un essai mené dans dix centres anticancer de référence aux USA et qui doit comprendre à terme plus d'un millier de patients. Mais en dépit du nombre encore limité d'observations, l'efficacité reste remarquable surtout pour des formes avancées de cancers dont le pronostic est épouvantablement bas: cancer de la tête et du cou inopérable récurrent et/ou métastatique, métastases pulmonaires ou métastases hépatiques.

Ces premiers résultats confortent en tout état de cause les données précliniques et cliniques déjà obtenues par Nanobiotix suggérant que NBTXR3 activé par la radiothérapie dispose d'une capacité à "amorcer" le système immunitaire, générant une réponse immunitaire anti-tumorale qui produit des effets non seulement locaux (au site d'injection) mais aussi systémiques (en remobilisant le système face à l'ensemble des tumeurs).

Soulignant le besoin clinique important à l'heure actuelle pour les patients non-répondeurs aux traitements d'immuno-oncologie, le docteur Colette Shen, investigateur principal et professeur adjoint de radio-oncologie au Lineberger Comprehensive Cancer Center de l'Université de Caroline du Nord, a déclaré: "Ces premières données suggèrent que la radiothérapie stéréotaxique corporelle, lorsqu'elle est combinée avec le radioenhancer NBTXR3, peut aider à amorcer la réponse immunitaire et donc l'efficacité de la thérapie anti-PD-1".

"Il est très prometteur que la régression tumorale ait été observée non seulement au niveau des lésions injectées et irradiées mais aussi au niveau des lésions distantes, et nous verrons certainement si ces réponses continuent à être observées chez d'autres patients traités dans le cadre de cette étude", a ajouté son co-investigateur le docteur Jared Weiss, professeur associé de médecine au Lineberger Comprehensive Cancer Center de l'Université de Caroline du Nord.

De son côté la firme annonce qu'elle "se prépare à accélérer ses développements dans le domaine de l’immunothérapie", "étant donné la possibilité majeure d'améliorer considérablement les résultats des traitements pour les patients en augmentant la proportion de patients qui répondent aux ICI" et les signes précoces positifs pour le NBTXR3 activé par radiothérapie (potentiellement le tout premier produit de cette nouvelle classe thérapeutique).

En Bourse, le titre après une nette accélération en début de séance modérait sa hausse à +3,05% à 8,12 vers 10h50, au lendemain d'une envolée de plus de 20%.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur NANOBIOTIX en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+323.00 % vs +14.73 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat