Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Moderna

MRNA - US60770K1079 SRD PEA PEA-PME
- -

Moderna : L'impressionnante montée en puissance des acteurs de l'ARNm dans la hiérarchie de la pharmacie

jeudi 2 décembre 2021 à 17h22
Moderna et BioNTech grimpent dans la hiérarchie de la pharma

(BFM Bourse) - L’ampleur et la rapidité des évolutions au sein du paysage pharmaceutique depuis le déclenchement de la pandémie sont saisissants. Moderna (fondé en 2010) est déjà parmi les 10 plus grandes entreprises pharmaceutiques du monde par sa capitalisation à 125 milliards de dollars. C’est un peu plus que Sanofi (fondé en 1973) ou Bristol-Myers Squibb (dont la création remonte au XIXe sicèle) sont à environ 122 milliards de dollars chacun. Et l’allemand BioNTech est déjà 20e mondial à 81 milliards de dollars, c’est beaucoup plus que son compatriote Bayer par exemple. Ça montre vraiment l’ascension inédite en quelques mois, trimestres, de ces nouveaux acteurs qui n’étaient connus que d’une poignée d’investisseurs. Et clairement c’est la pandémie qui a tout accéléré parce que c’est à cette occasion que la technologie de l’ARN messager, qui vise à faire de l’organisme humain sa propre usine à médicaments en facilitant l’action du système immunitaire contre les agents pathogènes, a démontré de manière éclatante son intérêt thérapeutique.

BioNTech et Moderna n’entendent pas s’arrêter là. Les pionniers de l’ARN messager sont en position de force pour décliner à d’autres maladies infectieuses que le Covid, comme la grippe, ou même dans le cancer et les maladies rares même si là c’est en stade plus précoce. Mais désormais ils ne sont plus seuls à se positionner. Sans son partenariat avec le géant Pfizer, BioNTech n’aurait jamais pu déployer son vaccin à une telle échelle. Et puis dans la pharma c’est rare qu’on avance chacun dans son coin, il faut savoir que les deux Moderna comme BioNTech mènent aujourd’hui pas mal de projets de R&D avec des partenaires qui sont par ailleurs des concurrents. Enfin, les acteurs traditionnels accélèrent leurs investissements sur cette technologie. En particulier Sanofi : le groupe français a réalisé en septembre l’acquisition de Translate Bio, une société américaine avec qui il travaillait déjà depuis 2018.

En France il y existe deux projets de vaccin contre le coronavirus parmi les biotechs françaises cotées dont un qui est particulièrement avancé, puisque le dossier d’homologation est désormais en cours d’examen par l’agence européenne du médicament. Il s’agit évidemment du VLA2001 de Valneva. Le spécialiste nantais des vaccins avait vous vous en souvenez connu en septembre une grosse déception avec la résiliation inattendue du contrat signé avec le gouvernement britannique. Maintenant l’épisode est derrière nous, depuis, la phase finale d’essais a pleinement démontré l’efficacité du vaccin de Valneva, supérieure à celui d’AstraZeneca à qui il était comparé, et c’est la Commission européenne qui a finalement passé commande de 60 millions de doses. Résultat, la capitalisation de Valneva tutoie les 3 milliards d’euros, ça n’est pas la même échelle qu’aux US, mais c’est quand même considérable en France. Aucune biotech cotée n’avait réussi à dépasser 1 à 2 milliard jusqu’alors.

Le candidat de Valneva contient un virus entier inactivé, ce qui est a priori assez intéressant par rapport aux mutations. Et puis certaines personnes réticentes à l’ARN messager pourraient être plus rassurés par cette technologie plus connue.

Il y a aussi le projet OSE Immuno, une autre biotech nantaise. Malheureusement en stand by pour le moment à cause d’effets secondaires mineurs, c’est-à-dire que les patients ont souvent une sorte de nodule qui apparaît au point d’injection. Mais ça disparaît en quelques semaines et il semble que c’est un peu le revers de la médaille d’une efficacité potentiellement importante. Je vais schématiser à l’extrême, quand les autres vaccins suscitent la production d’anticorps, le vaccin expérimental d’OSE stimule un type de globules blancs, les lymphocytes T, et ça pourrait vraiment donner aux patients une protection à plus long terme. Pour le moment on attend de nouvelles données mais le CoVePit pourrait notamment être une bonne solution chez les patients immunodéprimés qui ne peuvent pas recevoir les vaccins habituels.

Guillaume Bayre - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur Moderna en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.10 % vs +40.02 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat