Bourse > Lvmh > Lvmh : Rémy Cointreau affiche sa confiance pour l'exercice en cours
LVMHLVMH MC - FR0000121014MC - FR0000121014
206.900 € -0.24 % Temps réel Euronext Paris
205.950 €Ouverture : +0.46 %Perf Ouverture : 208.150 €+ Haut : 204.800 €+ Bas :
207.400 €Clôture veille : 1 064 960Volume : +0.21 %Capi échangé : 104 915 M€Capi. :

Lvmh : Rémy Cointreau affiche sa confiance pour l'exercice en cours

Rémy Cointreau compte renouer avec la croissance sur l'exerciceRémy Cointreau compte renouer avec la croissance sur l'exercice

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Rémy Cointreau, qui a vu ses résultats annuels plombés par la chute de ses ventes de cognac en Chine, affiche sa confiance pour l'exercice en cours et anticipe un retour à une progression de ses ventes et de son résultat opérationnel courant 2014-2015.

Après des années de croissance explosive en Chine, l'atterrissage a été rude pour les acteurs du cognac.

Plus durement touché que Hennessy (groupe LVMH ou Martell (groupe Pernod Ricard) par les mesures anti-corruption de Pékin - car davantage exposé aux eaux-de-vies les plus chères - Rémy Cointreau a vu son résultat opérationnel plonger de 39% à 150,2 millions d'euros au cours de son exercice décalé 2013-2014, un chiffre inférieur aux 156 millions d'euros du consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

L'ampleur de la baisse est cependant conforme à l'avertissement lancé en avril par le groupe après la chute (-21%) de ses ventes annuelles de cognac, son principal centre de profit. Il avait alors dit tabler sur un recul compris entre 35% et 40%.

Son résultat net quant à lui été divisé par deux à 62,4 millions d'euros.

"Il s'agit d'une année de transition", a déclaré jeudi le PDG par intérim de Rémy Cointreau, François Hériard Dubreuil, précisant que le groupe poursuivait ses investissements stratégiques dans ses stocks d'eaux-de-vie et insistant sur la nécessité de garder une vision de long terme.

"Les fondamentaux de l'entreprise sont très sécurisés", a-t-il tenu à ajouter, se disant convaincu de la validité de la stratégie de positionnement haut de gamme poursuivie par la marque Rémy Martin.

Malgré un environnement qui reste incertain en Chine comme en Europe, il s'est dit "assez serein" pour l'avenir du groupe qui anticipe un retour à la croissance de ses ventes et de son résultat opérationnel 2014-2015.

STABILISATION DES VENTES

Rémy Cointreau table sur une stabilisation des ventes à la clientèle finale en Chine au cours de son exercice 2014-2015, qui devrait permettre un redémarrage des ventes, surtout aux troisième et quatrième trimestres.

A la Bourse de Paris, après avoir perdu près de 3% en ouverture, le titre s'est repris et gagnait 2,7% à 69,34 euros, vers 12h40, signant une progression de 13,5% depuis le début de l'année.

"Le premier semestre restera marqué par la poursuite des effets de déstockages et une base de comparaison élevée mais le newsflow devrait commencer à s'améliorer à compter du deuxième semestre", soulignent les analystes de Gilbert Dupont.

Rémy Cointreau estime, comme ses concurrents, que le potentiel de long terme du marché chinois reste important, grâce à un taux de croissance de la richesse qui demeure élevé, à la hausse du pouvoir d'achat et au développement attendu de la consommation privée.

Interrogé par Reuters sur les intentions des actionnaires familiaux, après des spéculations sur un intérêt supposé de l'américain Brown-Forman pour le groupe français, François Hériard Dubreuil, qui préside la holding familiale, a assuré qu'ils "n'étaient pas vendeurs".

La famille Hériard Dubreuil contrôle plus de 60% des droits de vote de Rémy Cointreau et a toujours dit, jusqu'ici, qu'elle n'était pas vendeuse de ses parts.

En 2013-2014, le pôle liqueurs et spiritueux (Cointreau, Metaxa, Mount Gay) a lui aussi accusé un recul de son résultat opérationnel (-17% à 37,1 millions d'euros).

La baisse et l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) doublée d'investissements élevés se solde par une forte hausse de l'endettement net, avec un ratio de dette nette sur Ebitda de 2,09 à fin mars, contre 0,99 un an plus tôt.

Le dividende proposé est abaissé à 1,27 euro, contre 1,40 euro un an auparavant.

(Edité par Matthieu Protard)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...