Bourse > Lvmh > Lvmh : Moins de croissance que prévu dans le luxe en 2012 ?
LVMHLVMH MC - FR0000121014MC - FR0000121014
219.300 € +0.21 % Temps réel Euronext Paris
221.000 €Ouverture : -0.77 %Perf Ouverture : 221.000 €+ Haut : 217.750 €+ Bas :
218.850 €Clôture veille : 317 716Volume : +0.06 %Capi échangé : 111 322 M€Capi. :

Lvmh : Moins de croissance que prévu dans le luxe en 2012 ?

tradingsat

(CercleFinance.com) - Aurel BGC se fait ce matin l'écho du dernier rapport prospectif du cabinet de consulting stratégique Bain & Co sur le secteur du luxe. Verdict : en 2012, ce marché devrait effectivement dépasser la barre des 200 milliards d'euros. Mais après 8% en 2010 et 13% en 2011, sa croissance serait pratiquement divisée par deux, à 6-7%. En cause, selon Bain & Co. : “l'impact de la crise de la dette en Europe sur la demande locale et le 'soft landing' (atterrissage en douceur, ndlr) de l'économie chinoise”.

Selon Aurel BGC, la prévision de Bain pour 2012 est très nettement inférieure aux attentes du marché, qui table plutôt sur une expansion de 10% après des croissances de 14 à 15% au terme du 1er trimestre.

Ce matin en Bourse, on signalera d'ailleurs la baisse de l'action LVMH à Paris (- 1,5% à 125,6 euros), ou encore celle de Richemont en Bourse de Zurich (- 1,1% à 56,1 francs suisses), après qu'hier soir à Wall Street, Tiffany ait terminé en retrait de 0,4% à 65,7 dollars.

Pas de panique cependant, car les analystes d'Aurel BGC modèrent le jugement de Bain relativement aux groupes du Vieux continent. D'abord d'un point de vue “produits” : “selon nous, cet écart s'explique principalement par des différences importantes en termes de mix-produits et mix-géographique. Historiquement, le poids des parfums & cosmétiques et du textile, deux métiers nettement moins dynamiques que la maroquinerie ou l'horlogerie/joaillerie, est très important dans les prévisions de Bain & Co alors que leurs contributions au CA des groupes de luxe européens sont parfois très faibles.” Et ensuite, d'un point de vue géographique : selon le bureau d'études parisien, Bain & Co tend à surreprésenter les marchés occidentaux, alors que la croissance du marché du luxe est tirée par l'Asie.

Aurel BGC rappelle que selon ses propres calculs, la croissance des groupes de luxe européens était de l'ordre de 20% l'an dernier, contre 13% pour Bain. Le bureau d'études maintient donc, de son côté, sa prévision d'une croissance sectorielle de 10% pour 2012.

A moyen terme, notons que Bain & Co table sur une réaccélération du marché en 2013 (+7 à 8%), et en 2014 (+8 à 10%).

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI