Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

LVMH

MC - FR0000121014 SRD PEA PEA-PME
428.000 € +0.19 % Temps réel Euronext Paris

Lvmh : Bernard Arnault et sa fortune dans le viseur d'Arnaud Montebourg

vendredi 25 janvier 2013 à 11h18
LVMH

(BFM Bourse) - Il n'y a plus un jour sans que l'on parle d'Arnaud Montebourg. Le ministre du Redressement productif est sur tous les fronts et des sujets, il n'en manque pas, à l'heure où les plans sociaux et les polémiques sur les salaires ou l'exil fiscal des grands patrons se multiplient en France.

Après PSA, Renault et ArcelorMittal, c'est le groupe de luxe LVMH qui est désormais dans le viseur du gouvernement.

Invité jeudi de l'émission "Des Paroles et Des Actes" sur France 2, M. Montebourg s'en est pris à Bernard Arnault qui aurait transféré une grande partie de sa fortune en Belgique, selon Libération.

Le ministre du Redressement productif estime ainsi que le patron de LVMH devrait renoncer à cette action par reconnaissance envers la France.

"Je crois qu'il devrait y renoncer car la France a permis le développement de son industrie, une industrie brillante, qu'il a développée dans le luxe et la mode, qui a permis à ce groupe de prospérer", a-t-il dit hier soir à la télévision.

"L'image de la France, c'est dans les deux sens. On doit soi-même en bénéficier, mais aussi la respecter, l'entretenir", a-t-il ajouté.

Ces déclarations interviennent au lendemain de révélations surprenantes au sujet de Bernard Arnault. D'après Libération, un montage juridique complexe réalisé il y a plus d'un an aurait permis au dirigeant de transférer la quasi-totalité de sa participation dans le groupe LVMH en Belgique.

Plus concrètement, 4 millions d'actions, soit 31% du capital de Groupe Arnault, la holding familiale qui contrôle la société, ont été apportées le 7 décembre 2011 à la société belge Pilinvest. Une fortune estimée à 6,5 milliards d'euros.

Le milliardaire français qui a demandé sa naturalisation en Belgique aurait mis au point ce montage afin d'"assurer la pérennité et l'intégrité de son groupe en cas de décès accidentel", explique-t-on dans "l'entourage de l'industriel".

En cas de disparition de la première fortune de France dans les dix ans, les titres de Bernard Arnault et ceux de ses enfants seraient confiés à la fondation privée belge Protectinvest, qui s'éteindra en 2023.

A en croire Libé, le président de ce comité n'est autre que Thierry Breton, PDG d'Atos Origin, ancien président de Thomson, de France Télécom et ex-ministre de l'Economie.

Pourquoi la Belgique ? Selon l'entourage du milliardaire, explique le quotidien, "un tel montage aurait été juridiquement impossible en France", où ce type de fondation privée n'est pas autorisé.

Reste que ce système ne peut fonctionner que si le patron de LVMH devient résident fiscal belge, ainsi que ses héritiers, comme le rappelle un avocat fiscaliste d'outre-Quiévrain cité par le journal.

Toutefois, cette fondation n'aurait aucun motif fiscal et le milliardaire va régler sa succession en France, où il s'acquittera également des droits de succession, poursuit Libé.

Il est également précisé que Bernard Arnault souhaiterait "sécuriser juridiquement sa fondation au cas où elle serait contestée par l'un de ses enfants devant la justice française", ce qui expliquerait pourquoi l'homme âgé de 63 ans voudrait obtenir la nationalité belge...

J. M. - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur LVMH en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.10 % vs -1.24 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat