Bourse > Lafarge > Lafarge : Lafarge vend des activités ciment et béton aux etats-unis
LAFARGELAFARGE LG - FR0000120537LG - FR0000120537
59.960 € 0.00 %
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
59.950 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 17 319 M€Capi. :

Lafarge : Lafarge vend des activités ciment et béton aux etats-unis

Lafarge vend des activités ciment et béton aux etats-unisLafarge vend des activités ciment et béton aux etats-unis

PARIS (Reuters) - Lafarge a annoncé jeudi la vente de ses activités ciment et béton dans le sud-est des États-Unis au colombien Argos pour une valeur d'entreprise de 760 millions de dollars (530 millions d'euros environ).

Le groupe, qui s'est fixé pour 2011 un objectif de désinvestissements de 750 millions d'euros dans le cadre de sa politique de désendettement, a précisé dans un communiqué que l'opération restait soumise à l'approbation des autorités de la concurrence.

Une porte-parole de Lafarge a précisé que la transaction avec Cementos Argos, premier cimentier colombien, serait payée en cash. Les actifs cédés - deux cimenteries, une station de broyage de ciment, les terminaux de distribution associés et des unités de béton prêt à l'emploi - représentent en tout 10% environ de l'activité du groupe en Amérique du Nord.

"Globalement, c'est une bonne opération, commente un analyste du secteur. A court terme, c'est bon pour son désendettement. A plus long terme toutefois, Lafarge réduit son exposition à un marché qui devrait rebondir un jour avec un fort levier opérationnel."

A 10h40, l'action Lafarge gagnait 2,26% à 46,74 euros, ce qui en faisait la plus forte hausse de l'indice CAC 40 (-1,4%). L'indice DJ Stoxx du secteur en Europe cédait 0,83%.

A l'issue de l'opération, Lafarge conservera 21 cimenteries et stations de broyage en Amérique du Nord. Les activités plâtre et agrégats ne sont pas concernées par la transaction.

"Cette transaction crée de la valeur pour nos actionnaires tout en maintenant la puissance et la capacité de croissance de notre dispositif opérationnel en Amérique du Nord", a expliqué le P-DG du groupe, Bruno Lafont, cité dans le communiqué.

Lafarge, qui tient ce jeudi son assemblée générale, a achevé le premier trimestre avec une dette de 14,2 milliards d'euros, contre 14 milliards fin 2010.

Le désendettement promis par le groupe n'était pas encore visible au premier trimestre, mais lors de la publication, la semaine dernière, des résultats trimestriels du groupe, Bruno Lafont s'était dit "extrêmement confiant" d'atteindre ou de dépasser l'objet de réduction de la dette.

Il avait en revanche refusé de commenter l'hypothèse d'une cession du plâtre, le plus petit des trois métiers de Lafarge, dont la cession fait l'objet de rumeurs récurrentes.

La dette actuelle de Lafarge, qui a préoccupé à nouveau l'été dernier les agences de notation crédit, est héritée en grande partie de l'acquisition du cimentier égyptien Orascom fin 2007. Dans le cadre du renforcement de sa structure financière, Lafarge a déjà sécurisé plus de 500 millions d'euros de désinvestissements en 2010, et 919 millions d'euros en 2009.

Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...