Bourse > Gfi informatique > Gfi informatique : La france enraye son déclin industriel relatif, selon le gfi
GFI INFORMATIQUEGFI INFORMATIQUE GFI - FR0004038099 GFI - FR0004038099   SRD PEA PEA-PME
7.740 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
7.740 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 7.740 €+ Haut : 7.720 €+ Bas :
7.740 €Clôture veille : 104Volume : +0.00 %Capi échangé : 515 M€Capi. :

Gfi informatique : La france enraye son déclin industriel relatif, selon le gfi

tradingsat

PARIS (Reuters) - L'industrie française a recollé à la moyenne européenne en 2007, enrayant ainsi son déclin relatif par rapport à ses concurrents de la zone euro, selon le Groupe des Fédérations industrielles (GFI).

"L'année 2007 est un bon cru pour l'industrie, le meilleur depuis 2000", a déclaré Yvon Jacob, président du GFI, en présentant le bilan 2007 et les perspectives 2008 de l'industrie française.

Le chiffre d'affaires a progressé de 4% et les exportations ont augmenté de 5,3%, tandis que la production industrielle et les investissements marquaient chacun une hausse de 2%, a-t-il noté.

"La valeur ajoutée de l'industrie installée sur notre territoire a progressé de 3,3% et le taux de marge de nos entreprises a atteint 31% de la valeur ajoutée, soit deux points de plus qu'en 2006", a-t-il ajouté.

Pour 2008, Yvon Jacob a relevé que la crise financière entraînait un ralentissement économique réel et amenait la plupart des pays développés, dont la France, à réduire leurs prévisions de croissance.

"Mais nous tablons encore sur une croissance mondiale proche de 4%, notamment dans les pays émergents qui tirent une part croissante de notre activité et de nos exportations", a-t-il dit. "Cependant, la forte appréciation de l'euro par rapport au dollar et aux monnaies d'Asie qui lui sont liées pèsera sur nos prix et sur nos marges si nous voulons conserver nos parts de marché hors de la zone euro".

Le GFI a retenu une prévision de croissance de 1,7% pour la France cette année, après 1,9% en 2007, et anticipe une croissance de 1,6% pour l'ensemble de la zone euro.

En matière de politique économique, Yvon Jacob a salué les "nouvelles impulsions" données depuis neuf mois, notamment pour réhabiliter la valeur travail, et a remarqué que l'industrie était le secteur ayant le plus recours aux dispositifs incitant aux heures supplémentaires.

Il suggère la mise en place, auprès du Premier ministre, d'un Conseil sur la compétitivité "chargé d'évaluer en permanence la compétitivité de notre pays et de ses entreprises et d'en tirer toutes les conséquences au plan des politiques à décider et à conduire".

Véronique Tison

Copyright (C) 2007-2008 Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...