Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

GENKYOTEX

GKTX - FR0011790542 SRD PEA PEA-PME
0.870 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Genkyotex : Le secteur biotech rebondit en Bourse mais est loin d'avoir retrouvé tout son lustre

lundi 17 décembre 2018 à 15h45
Du mieux en Bourse pour le secteur biotech, mais l'écart à combler demeure considérable

(BFM Bourse) - Plusieurs biotechs à l'image de Gensight, Genkyotex, Lysogene ou Nicox enregistrent lundi des hausses de plus 10%. Mais le déficit de valorisation du secteur apparaît encore considérable alors que les bonnes nouvelles de 2018 n'ont pas été pleinement intégrées, note un gérant spécialisé, qui juge le marché encore très frileux vis-à-vis du secteur.

Après un exercice 2017 calamiteux, marqué par une accumulation d'échecs cliniques, le secteur français des biotechnologies pouvait espérer faire mieux en Bourse cette année où le flux d'actualités s'est grandement amélioré. Mais si un rebond s'observe depuis vendredi dernier, cette esquisse de revalorisation "reste loin du compte", observe un gérant spécialisé. Pour Marc Le Bozec, qui pilote depuis sa création le fonds Pluvalca Biotech, le secteur des biotechs tricolores mériterait nettement mieux étant donné les bonnes nouvelles intervenues en 2018.

2017, annus horribilis de la biotech

Si certains investisseurs avaient oublié à quel point l'investissement dans les biotechs est risqué, une accumulation inédite de mauvaises nouvelles s'était chargée, en 2017, de leur rappeler: déception sur la phase 2b de Geneuro dans la sclérose en plaques, échec de Livatag d'Onxeo en phase 3, abandon par Eli Lilly du partenariat avec Adocia dans le diabète, refus d'homologation du masitinib d'AB Science et suspension d'essais... Même les acteurs les plus en vue comme Innate Pharma (échec d'effikir) ou DBV Technologies (problème de seuil statistique dans l'essai final de Viaskin Peanut) avaient apporté leur lot de déconvenues.

L'année qui se termine a connu un changement du tout au tout

Cette année au contraire, les biotechs tricolores présentent un tableau particulièrement faste. Le spécialiste des nanoparticules Nanobiotix a obtenu en phase 3 -dans le sarcome des tissus mous- des résultats remarquables pour sa technologie susceptible de traiter un grand nombre de cancers. Pharnext, la société fondée par l'un des pères de la carte du génome humain, Daniel Cohen, a elle aussi obtenu un succès en phase 3, dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A. OSE Immunotherapeutics a convaincu Boehringer Ingelheim de signer un accord de licence qui pourrait potentiellement atteindre le milliard d'euros en faveur de cette jeune biotech (emmenée par deux des dirigeantes les plus expérimentées du secteur, mesdames Dominique Costantini et Maryvonne Hiance). Autre très bel accord s'agissant d'Innate Pharma, qui a étendu le périmètre de son partenariat avec Medimmune. Lysogene a de son côté signé avec l'américain Sarepta pour 125 millions de dollars. Enfin, le GKT 831 de Genkyotex a passé avec succès le cap de la phase 2, tout comme ABX464 d'Abivax (dans la rectocolite hémorragique, une deuxième indication pour ce composé déjà testé dans le VIH).

"En 2017 le secteur avait subi une nouvelle punition en Bourse. Par rapport à l'année dernière, nous avons cette fois bénéficié d'un afflux de bonnes nouvelles au plan opérationnel... Sans pour autant assister à une revalorisation à la hauteur", déplore Marc Le Bozec. "On pouvait largement espérer mieux".

Si un titre comme Genkyotex rebondit fortement lundi, le spécialiste rappelle que l'action avait touché la semaine dernière un plus bas historique vers 0,90 euro, "alors même que la société a récemment dévoilé de premiers résultats encourageants en phase 2 dans une maladie du foie appelée cholangite biliaire primitive". Pour Genkyotex comme pour un certain nombre de valeurs biotechs ce lundi "le marché est strictement dans une logique de rattrapage" juge-t-il.

Des écarts parfois considérables de valorisation

Mais la perception du secteur des biotechnologies par le marché boursier reste globalement déprimée selon lui, et singulièrement en Europe. "Regardez le prix auxquels ont été rachetées des entreprises comme Ablynx [par Sanofi] ou AAA [par Novartis], par rapport à la valorisation que leur a longtemps accordée le marché : il y a souvent un gouffre. De même que des boîtes européennes accusent une décote considérable par rapport à des pairs américains au même stade de développement sur les mêmes indications. Que Genfit subisse une décote de liquidité face à Intercept, soit, mais à -70% je ne vois pas la logique", indique Marc Le Bozec.

Des efforts pour mieux expliquer et convaincre

Plusieurs entreprises au cours des dernières semaines ont pris à bras le corps cette question de l'écart entre la perception du marché et l'avancée de leurs recherches. Abivax a convié les investisseurs qui comptent à une rencontre avec un leader d'opinion, le professeur Ian McGowan, pour mieux faire comprendre l'intérêt des résultats obtenus dans la rectocolite hémorragique, a expliqué son directeur financier Didier Blondel à BFM Bourse. De son côté la direction de Gensight, qui gagne près de 20% lundi à 4,48 euros, apparaît aussi active en roadshow investisseurs depuis plusieurs semaines.

Les thérapies géniques à l'honneur

"La présentation des derniers résultats à 72 semaines de l’étude REVERSE sont extrêmement encourageants. Par ailleurs, ces bons résultats sont soutenus par des read-across positifs quant au prix qui était perçu comme une barrière à l’entrée et un très fort risque commercial. En effet, le produit Luxturna de Spark a récemment reçu l’AMM en Europe pour une commercialisation par Novartis, ce qui permet de bâtir un benchmark valorisant pour la technologie de Gensight", développe Jamila El Bougrini, chez Gilbert Dupont.

Enfin, il faut garder en tête "l'arbitrage de fin d’année qui explique le positionnement sur des valeurs dont l’actualité est positive et pour lesquelles des leviers de création de valeur existent à très court terme, comme c’est le cas de Gensight

La récente reprise de titres comme Lysogene ou Gensight est également à rapprocher de l'organisation récente du Téléthon, qui met aussi en lumière le potentiel des thérapies géniques dédiées aux maladies génétiques rares, remarque Jamila El Bougrini. Enfin, il faut garder en tête "l'arbitrage de fin d’année qui explique le positionnement sur des valeurs dont l’actualité est positive et pour lesquelles des leviers de création de valeur existent à très court terme, comme c’est le cas de Gensight", note-t-elle.

Guillaume Bayre - ©2019 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur GENKYOTEX en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.80 % vs +12.26 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat