Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

FIGEAC AERO

FGA - FR0011665280 SRD PEA PEA-PME
3.460 € -2.81 % Temps réel Euronext Paris

Figeac aero : Le plan d'aide au secteur aéronautique offre un grand bol d'air aux équipementiers en Bourse

lundi 8 juin 2020 à 13h30
Le plan de soutien profite notamment à Figeac Aéro

(BFM Bourse) - Le gouvernement français devrait annoncer mardi un plan de soutien de 10 milliards d'euros pour la filière aéronautique, selon Les Échos. Entre mesures de sauvegarde de l'emploi, prêts garantis et financement de l'innovation, ce vaste plan d'aide rassure l'ensemble des acteurs du secteur et les équipementiers, à l'instar de Figeac Aéro et d'Aviation Latécoère bondissent en Bourse.

Les détails du plan d'aide au secteur aéronautique dévoilés par le quotidien économique Les Échos dans son édition de lundi sont bien accueillis par le marché, où certains équipementiers s'offrent parmi les meilleures progressions de la cote parisienne à la mi-journée lundi.

Avec un gain de 29% à 14h00, le titre Figeac Aéro porte à 67% son rebond depuis cinq jours et à plus de 90% sur un mois, lui permettant de réduire ses pertes depuis le début de l'année à "seulement" 52%. Également à signaler, les fortes progressions d'Aviation Latécoère (+17,5%) et du spécialiste des éléments de liaison et de composants d'assemblage Lisi (+13%).

Les poids lourds du secteur affichent en revanche des performances moins marquées. Du côté des constructeurs, le cours d'Airbus s'élève de 2,6% et celui de Dassault Aviation progresse. Mais les gros équipementiers Thales et Safran se contentent d'un gain de 0,7% chacun.

Des petits acteurs fragilisés dans le viseur d'entreprises chinoises

Le projet de fonds mis d'investissements envisagé par le gouvernement vise d'abord à protéger les "petits" intervenants, plus fragiles, soit parce qu'en bout de chaîne soit parce que leur bilan était déjà tendu avant la crise sanitaire.

De fait, ces sous-traitants du secteur aéronautique -fleuron industriel français qui emploi 195.000 salariés, dont plus de 47.000 pour Airbus- disposant de compétences “critiques” sont dans le viseur d'entreprises chinoises, qui "sont effectivement en train de leur faire des offres alors qu'elles sont en difficultés" a admis Jean-Baptiste Djebbari, interrogé sur LCI lundi matin.

À l’image du plan de soutien déjà dévoilé pour l’industrie automobile (à hauteur de 8 milliards d'euros), la France demandera en contrepartie des garanties sur l’emploi, a précisé le ministre.

D'inévitables contreparties en termes de localisation des emplois

D'après Les Échos, le vaste plan que s'apprête à dévoiler le gouvernement mêle donc “des mesures générales en faveur de l’emploi et de l’obtention de crédits, à des mesures plus spécifiques, comme la création d’un fonds d’investissement dédié à la consolidation de la filière et un nouveau plan de soutien à l’innovation et à la recherche”.

Dans le détail, la première urgence du gouvernement est d'éviter au maximum les licenciements, 30.000 postes étant considérés à risque dès cet été. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a ainsi confirmé vendredi le maintien d'un dispositif de chômage partiel pour certains secteurs en grave difficulté, dont l'aéronautique. Toujours selon le quotidien économique, le gouvernement devrait également présenter un plan de soutien aux exportations, notamment destiné à éviter une cascade d'annulation de commandes de la part des compagnies, en accordant à ces dernières sa garantie financière pour les inciter à reporter plutôt que d'annuler leurs commandes.

Le plan d'aide gouvernemental comprendra également deux volets dédiés au financement des groupes du secteur, avec la création d'un fonds d'investissement d'un milliard d'euros, ainsi qu'une enveloppe d'environ 2,5 milliards d'euros de prêts garantis aux entreprises pour faire face aux urgences de trésorerie.

Donner aux industriels la capacité d'investir en vue de l'avion zéro-émission

Enfin, le dernier volet de ce vaste plan -qui devrait bénéficier de l'enveloppe la plus importante- concernera le financement de l'innovation. Toujours selon le quotidien économique, le gouvernement "devrait flécher de l'ordre de 1,5 milliard d'euros par an, sur cinq ans, pour financer la recherche et développement pour les deux chantiers prioritaires que sont l'avion vert "zéro émission" de CO2, espéré pour 2035 et la numérisation de l'outil industriel. L'objectif étant de ressortir de la crise sanitaire "plus forts que nous n'y sommes entrés" affirme Jean-Baptise Djebbari. En matière environnementale, par exemple, "cela veut dire que des groupes comme Airbus, Safran ou Thales soient en capacité de produire en 2027 l'avion hybride, et en 2035 l'avion "vert": c'est l'enjeu industriel des dix prochaines années et cela nécessite d'investir beaucoup maintenant pour être devant les Chinois, devant les Américains, dans dix ans" a-t-il conclu.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur FIGEAC AERO en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+311.20 % vs -1.73 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat