Bourse > Europacorp > Europacorp : Europacorp veut tourner la page après deux années noires
EUROPACORPEUROPACORP ECP - FR0010490920ECP - FR0010490920
3.570 € +1.13 % Temps réel Euronext Paris
3.540 €Ouverture : +0.85 %Perf Ouverture : 3.570 €+ Haut : 3.530 €+ Bas :
3.530 €Clôture veille : 8 084Volume : +0.02 %Capi échangé : 146 M€Capi. :

Europacorp : Europacorp veut tourner la page après deux années noires

Europacorp veut tourner la page après deux années noiresEuropacorp veut tourner la page après deux années noires

par Gwénaelle Barzic

PARIS (Reuters) - Confrontée à de graves difficultés financières, la société de Luc Besson EuropaCorp a présenté mercredi un plan stratégique sur trois ans qui doit lui permettre de renouer avec les bénéfices dès l'an prochain.

Créée en 1999, la société de production et de distribution cinématographique a essuyé l'an dernier la première perte de son histoire, et l'exercice 2010-2011 qui vient de se terminer devrait se solder par un déficit encore plus important.

Le studio, qui a notamment produit "Taken", "Le Cinquième Elément" et "Taxi", a également été ébranlé ces derniers mois par le départ de plusieurs de ses dirigeants, dont son cofondateur Pierre-Ange Le Pogam.

EuropaCorp aurait aimé célébrer le dixième anniversaire de sa création officielle en signant une belle année, a expliqué son président Luc Besson, lors d'une conférence de presse. "Ce n'est pas le cas du tout. On a fait la pire de notre jeune carrière", a-t-il dit devant une salle bondée.

Le réalisateur du "Grand Bleu" et de "Léon" a reconnu avoir sa part d'erreur, en expliquant notamment qu'il avait mis du temps à prendre conscience des difficultés de son groupe.

Il a aussi évoqué des problèmes de management et "les mauvais choix" de l'ancienne équipe, sans toutefois jamais prononcer le nom de son ancien bras droit Pierre-Ange Le Pogam.

"J'ai donc décidé il y a à peu près six, sept, huit mois de changer complètement toute l'équipe parce que le mal était à l'intérieur", a expliqué Luc Besson.

Au total, une quinzaine de personnes ont quitté la société, dont la direction générale a été confiée au publicitaire Christophe Lambert tandis qu'Emmanuelle Mignon, ex-directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, a pris les fonctions de secrétaire générale.

OBJECTIFS AMBITIEUX

Le groupe a franchi une étape supplémentaire dans cette remise à plat avec la présentation de son plan "d'actions stratégiques" pour la période 2011-2014, qui prévoit pour l'essentiel une diminution des frais généraux et une gestion plus rigoureuse, l'abandon d'activités non stratégiques et le développement des productions pour la télévision.

Les objectifs annoncés sont ambitieux : le retour à l'équilibre dès l'exercice 2011-2012 et une marge opérationnelle supérieure à 15% à l'horizon 2014.

"On a dépensé de l'argent sur des projets qui n'ont jamais vu le jour", a souligné Christophe Lambert, qui souhaite désormais que les budgets des films soient préfinancés à 80% avant que le feu vert soit donné à leur mise en production.

Cette "règle d'or" n'avait pas été respectée pour les deux derniers volets de la saga "Arthur et les Minimoys", ce qui s'est traduit par un gros manque à gagner, responsable aux deux tiers des pertes du groupe cette année, a-t-il indiqué.

Pour assainir le bilan de la société, Christophe Lambert veut également réduire des frais généraux "trop lourds" et céder des activités non stratégiques comme l'édition littéraire ou la production de films publicitaires.

LA TÉLÉVISION COMME RELAIS DE CROISSANCE

Le studio de cinéma veut également accélérer sa diversification vers la télévision, "son principal relais de croissance" dans les années à venir, en portant à 30% en 2014 la part de son chiffre d'affaires sur ce segment qui s'élève aujourd'hui à 9%.

EuropaCorp, qui a notamment produit la série "XIII" actuellement diffusée sur Canal+, vient ainsi de signer un accord avec TF1 pour le développement d'une série intitulée "Les sous-doués", a indiqué Christophe Lambert.

EuropaCorp se donne également pour ambition de porter à 65% la part de son chiffre d'affaires réalisé à l'international en 2014 contre 48% aujourd'hui, en ouvrant notamment des filiales de distribution à l'étranger et en augmentant la part de ses films en langue anglaise.

Le groupe, qui a également investi dans le projet de Cité du Cinéma à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), pourrait aussi mettre un pied dans l'exploitation de salles, a dit Christophe Lambert, tout en précisant qu'il était encore "prématuré" d'en parler.

Le directeur général s'est montré confiant pour l'exercice en cours avec 11 films au programme, dont "Tree of Life" de Terrence Malik qui sera en compétition au festival de Cannes.

La société publiera en juin ses résultats pour l'exercice clos le 31 mars, qui se soldera par d'importantes pertes, a-t-il indiqué, tout en refusant de les chiffrer.

Aucune discussion n'a eu lieu avec des investisseurs financiers ou industriels en vue d'une entrée au capital, a affirmé Christophe Lambert, en assurant que le groupe serait en mesure de respecter ses "covenants" bancaires.

L'action d'EuropaCorp, qui a perdu 30% en 2010, était stable à 4,25 euros en milieu d'après-midi, donnant une capitalisation boursière de 86,3 millions d'euros. Le titre, qui a chuté de près de 30% en 2010, perd 5,8% depuis le début de l'année.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...