Bourse > Engie > Engie : Les Bourses européennes clôturent en hausse
ENGIEENGIE ENGI - FR0010208488ENGI - FR0010208488
13.570 € +0.89 % Temps réel Euronext Paris
13.460 €Ouverture : +0.82 %Perf Ouverture : 13.590 €+ Haut : 13.455 €+ Bas :
13.450 €Clôture veille : 10 348 100Volume : +0.42 %Capi échangé : 33 047 M€Capi. :

Engie : Les Bourses européennes clôturent en hausse

Les Bourses européennes clôturent en hausseLes Bourses européennes clôturent en hausse

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse mardi - à de nouveaux sommets de 18 mois - soutenues par la nette amélioration du sentiment des investisseurs en Allemagne et la conviction que la Réserve fédérale va injecter de nouvelles liquidités dans le système.

À Paris, l'indice CAC 40 a gagné 0,94% à 3.646,15 points. Le Footsie britannique a fini sur une note stable (+0,06%) et le Dax allemand a progressé de 0,78%.

L'EuroStoxx 50 s'est adjugé 1,08%, soutenu par Milan (+1,51%) et Madrid (+1,49%), qui ont rebondi après leur recul de lundi lié à la crise politique en Italie.

Les trois grands indices boursiers américains progressent de 0,8% à 1,3% à la clôture en Europe, avec un S&P 500 qui a repris la totalité de ses pertes essuyées depuis l'élection présidentielle.

L'indice ZEW, qui mesure le sentiment des investisseurs en Allemagne, s'est amélioré beaucoup plus que prévu en décembre, passant de -15,7 à +6,9 (consensus -12,0) et revenant en territoire positif pour la première fois depuis mai 2012.

L'euro a testé la barre de 1,30 dollar, profitant également d'un bon indice ZEW, mais aussi d'un dollar délaissé, alors que la Fed entame sa réunion de deux jours. Les bons du Trésor américains perdent aussi du terrain en attendant les décisions de la banque centrale américaine.

La Réserve fédérale des Etats-Unis devrait annoncer une nouvelle série d'achats d'obligations à l'occasion de sa réunion de politique monétaire la semaine prochaine, soucieuse de soutenir l'économie américaine en un moment délicat où pèse de tout son poids l'incertitude entourant les négociations budgétaires à Washington.

"Nous avons largement profité de la tendance sur les marchés européens depuis le début de la séance et nous pensons que cela va rester le cas toute la journée", commente Kim Forrest, analyste actions chez Fort Pitt Capital Group à Pittsburgh.

Malgré l'intensification des négociations en vue d'éviter le "mur budgétaire" ("fiscal cliff") qui menace la reprise de la croissance américaine, les parlementaires républicains et démocrates ont prévenu que la signature d'un accord global restait incertaine.

Aux valeurs, les bancaires sont restées à la traîne avec un indice sectoriel en Europe en hausse de 0,35%, alourdies comme la veille par la démission annoncée du président du Conseil italien Mario Monti et l'incertitude qu'elle crée sur les finances du pays.

L'action du bancassureur belge KBC a chuté pour sa part de près de 5% à la suite d'une augmentation de capital.

Tullow a plongé de plus de 8% après que le groupe pétrolier britannique à déclaré, d'une part, qu'un forage au large du Ghana n'avait rien donné et, d'autre part, qu'il allait racheter un groupe norvégien pour potentiellement 670 millions de dollars.

A la hausse, Suez Environnement a bondi de 8,25%, plusieurs analystes évoquant des rachats de positions vendeuses après des déclarations du PDG de GDF Suez (+1,82%) confirmant ses intentions sur le pacte d'actionnaires le reliant à sa filiale.

Sur le marché des taux, le rendement des obligations à 10 ans italiennes s'est légèrement détendu, à 4,72%, après sa hausse de la veille liée à la crise politique en Italie. Mais les intervenants estiment que les rendements devraient rester volatils dans ce contexte.

Les cours du pétrole restent soutenus par les tensions au Moyen-Orient et le recul du dollar. Le Brent se traite à plus de 107,50 dollars le baril, après avoir franchi les 108 dollars en séance. A la veille d'une réunion à Vienne, l'Opep a annoncé que sa production avait baissé au mois de novembre, notamment en Arabie Saoudite, pour se rapprocher de l'objectif fixé, tout en avertissant que la demande mondiale devrait baisser au premier semestre 2013.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI