Bourse > Dexia > Dexia : Le régulateur français avait alerté dexia dès août 2010
DEXIADEXIA DEXB - BE0974290224DEXB - BE0974290224
12.095 € +2.50 %
11.850 €Ouverture : +2.07 %Perf Ouverture : 12.095 €+ Haut : 11.850 €+ Bas :
11.800 €Clôture veille : 510Volume : +0.00 %Capi échangé : 23 573 M€Capi. :

Dexia : Le régulateur français avait alerté dexia dès août 2010

Le régulateur français avait alerté dexia dès août 2010Le régulateur français avait alerté dexia dès août 2010

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Le régulateur bancaire français avait prévenu Dexia Crédit Local (DCL) en août 2010 que sa situation de liquidité n'était pas conforme aux minima requis et qu'il envisageait de mettre la filiale de financement des collectivités locales de Dexia sous "surveillance spéciale" et de nommer un contrôleur.

Déjà recapitalisée en 2008 à hauteur de 6 milliards d'euros pas les autorités publiques françaises, belges et luxembourgeoises, Dexia a annoncé début octobre un nouveau plan de sauvetage sous l'égide de ces trois pays.

L'Autorité de contrôle prudentiel (ACP) a adressé deux courriers à Dexia Crédit Local durant l'été 2010, dont des copies ont été transmises jeudi à Reuters par Georges Gilkinet, député belge du parti écologiste francophone Ecolo.

"Le Collège (de l'ACP) a estimé que la situation de liquidités de DCL, qui n'est pas conforme à la réglementation à l'échéance du 30 juin 2010 et présente de surcroît des risques de dégradation, était particulièrement fragile", écrit le régulateur à DCL le 16 août 2010.

"Dans ces conditions, il envisage de placer l'établissement sous surveillance spéciale."

Dans une lettre plus détaillée envoyée le 17 septembre 2010, l'ACP pointe de nombreuses insuffisances dans la gestion de Dexia Crédit Local.

"De manière générale, DCL n'est pas ou n'a pas été toujours en mesure de déterminer précisément les paramètres de risques liés aux instruments de marchés", peut-on lire dans ce deuxième courrier.

"Les efforts faits par DCL et par Dexia depuis fin 2008 pour remédier aux insuffisances soulevées par l'audit interne du groupe et par la présente mission d'inspection sont encore insuffisants pour réduire significativement les risques, notamment de contrepartie et de liquidité, et se conformer à la réglementation prudentielle et comptable", poursuivait le régulateur.

CONTRÔLE DES OPÉRATIONS DE MARCHÉ DÉFICIENT

Il notait aussi le manque de contrôle de Dexia Crédit Local sur ses filiales étrangères : "Le contrôle consolidé des opérations de marché était déficient au moment de l'enquête, DCL ne connaissant pas les opérations initiées par ses principales filiales notamment espagnole et allemande."

Pour l'ACP, Dexia Crédit Local n'avait pas réussi à la mi-2010 à retrouver le contrôle des risques pris par ses différentes filiales après son premier sauvetage en 2008.

"Cette situation, proche de celle déjà rencontrée en 2008 sur les activités de la filiale slovaque, n'est pas admissible compte tenu des montants notionnels concernés et des risques induits", est-il aussi indiqué dans le rapport, dans lequel l'ACP doute de la capacité de Dexia à "contrôler effectivement l'activité de ses filiales et succursales".

Une porte-parole de l'Autorité de contrôle prudentiel n'a pas souhaité faire de commentaire.

"Il s'agit d'un rapport sur les conséquences de la première crise bancaire, on ne peut pas corriger l'histoire en un claquement de doigt", s'est défendu Pierre Mariani dans les colonnes du journal néerlandophone De Standaard, notant qu'aucune sanction n'avait été prise contre DCL.

Un porte-parole de Dexia n'a pas souhaité faire plus de commentaires.

Dexia a donné jeudi le coup d'envoi de la phase finale de son démantèlement en validant la vente des filiales dont la banque franco-belge doit se défaire dans le cadre de son plan de sauvetage du 10 octobre.

Première victime bancaire d'ampleur de la crise de la dette souveraine dans la zone euro, Dexia ne devrait subsister que sous la forme d'une holding cotée à Bruxelles qui regroupera des activités de services financiers au secteur public en France, en Espagne, en Italie et en Allemagne.

Recapitalisée sur la base de 9,9 euros par action en 2008, l'action Dexia ne vaut plus aujourd'hui que 0,61 euro. Elle a perdu trois quarts de sa valeur depuis le début de l'année après avoir reculé de près de 39% en 2010.

Avec Benoît van Overstraeten, Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI