Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

DERICHEBOURG

DBG - FR0000053381 SRD PEA PEA-PME
2.398 € -2.12 % Temps réel Euronext Paris

Derichebourg : Rebond boursier pour Derichebourg, qui a moins souffert de la conjoncture que redouté

jeudi 5 décembre 2019 à 13h00
Derichebourg décolle en Bourse dans le sillage de ses résultats annuels

(BFM Bourse) - Derichebourg a certes subi l'onde de choc du conflit commercial entre Pékin et Washington mais les chiffres annuels présentés par le spécialiste français du recyclage, bien qu'en baisse, sont légèrement meilleurs que ce que prévoyaient les analystes, notamment grâce à une meilleure tenue de ses marges.

Pâtissant du conflit commercial au long cours entre la Chine et les États-Unis et pénalisé par des éléments exceptionnels, Derichebourg a enregistré un net recul de son chiffre d'affaires et de son bénéfice net au cours de son exercice décalé 2018-2019, a indiqué le groupe de recylclage dans un communiqué publié mercredi après Bourse. Entre octobre 2018 et septembre 2019, à septembre 2018, l'entreprise a dégagé un bénéfice net de 55,6 millions d'euros, en repli de 21,8% par rapport à l'année précédente. "La transformation du CICE (crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) en allègements de charges sociales taxables" a entraîné une forte progression de la charge d'impôt sur les sociétés (+14 millions d'euros)", rappelle le groupe. Hors cet effet, le résultat net n'aurait que marginalement décliné.

Le chiffre d'affaires a pour sa part reculé de 7,4% pour s'établir à 2,71 milliards d'euros. L'activité Services à l'environnement (collecte des ordures ménagères, des déchets recyclables, recyclage de ferrailles, métaux non ferreux et de biens de consommation en fin de vie, recyclage de l'inox et de l'aluminium, etc.) "qui subit le contexte géopolitique" a diminué de 12,7% à 1,85 milliards d'euros, tandis que l'activité Multiservices (qui compte 19 filiales, dans la logistique, la manutention, la sous-traitance et maintenance aéronautique, le nettoyage industriel, etc.) a progressé de 6,9% à 857,6 millions d'euros, détaille le communiqué.

"Depuis les décisions de l'administration Trump mi-2018 d'imposer des droits de douane sur les importations d'acier (25%) et d'aluminium (10%), les mesures tarifaires de rétorsion chinoises quelques semaines plus tard sur les importations de métaux non-ferreux en provenance des États-Unis, et les tensions politiques entre les États-Unis et la Turquie à l'été 2018, les conditions économiques dans lesquelles opère l'activité Recyclage du groupe se sont progressivement dégradées", développe Derichebourg pour justifier ces résultats en repli.

Mais "bien qu'en baisse, ces chiffres sont légèrement supérieurs à nos attentes" note Charles-Louis Planade, analyste financier en charge du dossier chez Midcap Partners, qui tablait sur un ROC de 88 millions d'euros (il s'est établi à 103,1 millions d'euros) et un résultat net part du groupe de 56 millions d'euros, à peine supérieur à celui dévoilé par Derichebourg. En cause, selon le spécialiste, "une tenue meilleure qu'attendue de ses marges sur l'environnement en septembre, grâce notamment à un stock à un niveau historiquement bas ayant limité l'impact de l'écroulement des cours de métaux".

Les marges résistent

Malgré ce contexte, l'Ebitda courant s'est établi à 191,2 millions d'euros sur l'ensemble de l'exercice écoulé, en baisse de seulement 5,4% sur un an glissant, quand le consensus tablait sur 178 millions d'euros). Cette "bonne performance -avec une "résistance de l'Ebitda courant supérieure aux attentes"- illustre la réactivité du business model développé par Derichebourg dans des conjonctures fluctuantes et sa capacité à absorber les chocs" selon le communiqué.

Dans la branche Services à l’Environnement, l’Ebitda courant s’élève à 162,1 millions d'euros, en recul de 6,4% par rapport à l’exercice précédent. Ce qui fait dire au groupe que, "dans un contexte de baisse des volumes et des prix, l’activité Recyclage a su globalement maintenir ses marges unitaires, et réaliser des économies sur les frais directs (énergie) et les frais de personnel".

Des "perspectives toujours exceptionnelles" à long-terme

Derichebourg estime que "les crises géopolitiques de ces derniers mois qui ont affecté l'activité recyclage ne remettent pas en cause les tendances à long terme du marché de l'acier", dans lequel l’acier issu de la filière électrique et les métaux non-ferreux issus de la filière du recyclage "sont appelés à occuper une place croissante". Et pour résister efficacement aux aléas conjoncturels, comme vient de le démontrer l’exercice écoulé, le groupe a adapté son modèle économique de manière à ce que son niveau de stocks soit faible pour ne pas s'exposer aux variations de cours. En sus, "la densité du maillage territorial en France permet de justifier la rentabilité économique de lignes de tri spécialisées et une intégration verticale génératrice de valeur ajoutée" précise Derichebourg.

Quant à la branche Multiservices, elle devrait "poursuivre sa croissance au cours de l'exercice 2019-2020, tant en chiffre d'affaires qu'en profitabilité, notamment sous l'effet en année pleine des acquisitions réalisées au cours de l'exercice précédent", anticipe le groupe, qui fait référence au rachat de Lyrsa, leader du recyclage de déchets métalliques en Espagne, dont la finalisation de l'opération "devrait intervenir prochainement".

L'optimisme réaffirmé par le groupe vis-à-vis de son positionnement et de sa stratégie à long-terme est tout à fait justifié selon Charles-Louis Planade, qui juge "les perspectives à long-terme toujours aussi exceptionnelles pour un groupe qui, best-in-class d'un secteur porteur, le recyclage, s'apprête à prendre le contrôle d'un nouveau pays, l'Espagne, auquel il devrait appliquer sa recette organisationnelle parfaitement maîtrisée". "À plus court terme, en revanche, les perspectives demeurent limitées" ajoute le spécialiste du dossier pour Midcap, qui confirme les dires de Derichebourg, le groupe ayant indiqué que "l'activité recyclage des deux premiers mois [de son exercice décalé démarré début octobre, NDLR] est relativement calme".

Dans ces conditions, l'analyste maintient ses prévisions "qui se basent clairement sur le scénario observé sur octobre-novembre" pour l'exercice en cours, le "retour à meilleur fortune" qui semble anticipé par le marché sur le reste de l'exercice étant encore à démontrer, selon Charles-Louis Planade. Ce dernier demeure néanmoins "toujours aussi positif sur le dossier à long terme" et maintient sa recommandation à "achat" et son objectif fixé à 5 euros.

En haut du tableau

En réaction à ces résultats annuels, le titre Derichebourg bondit de 9% -parmi les meilleures performance de la matinée- à 3,38 euros jeudi, peu avant 13h et dans un volume déjà fourni à ce stade, correspondant à près de 1% du tour de table. L'action du spécialiste de recyclage dispose donc toujours d'un potentiel de hausse de près de 50% par rapport à la cible de Midcap. Au plus haut depuis début novembre, l'action du spécialiste français du recyclage cède néanmoins toujours plus de 15% depuis le 1er janvier 2019.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur DERICHEBOURG en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.80 % vs -4.86 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat