Bourse > Credit agricole > Credit agricole : Vers un retour aux fondamentaux sur les banques
CREDIT AGRICOLECREDIT AGRICOLE ACA - FR0000045072ACA - FR0000045072
13.780 € +10.86 % Temps réel Euronext Paris
13.670 €Ouverture : +0.80 %Perf Ouverture : 13.780 €+ Haut : 13.250 €+ Bas :
12.430 €Clôture veille : 29 895 100Volume : +1.05 %Capi échangé : 39 219 M€Capi. :

Credit agricole : Vers un retour aux fondamentaux sur les banques

tradingsat

(Tradingsat.com) - Au lendemain d'un spectaculaire rebond, les valeurs bancaires semblent légèrement marquer le pas vendredi à la Bourse de Paris. Si à mi-séance, BNP Paribas gagne 1,8% à 35,7 euros, Société Générale ne progresse en revanche que de 0,2% à 23 euros, tandis que Crédit Agricole cède 0,4% à 5,9 euros. Hors Cac 40, Natixis s'apprécie de 1,1% à 2,55 euros.

L'accord sur la recapitalisation des banques européennes conclu dans la nuit de mercredi à jeudi porte sur un montant de l'ordre de 106 milliards d'euros, essentiellement concentré sur les banques grecques, espagnoles et italiennes.

En ce qui concerne les quatre grandes banques françaises BNP Paribas, Groupe BPCE, Groupe Crédit Agricole et Société Générale), lesquelles représentent 80% du secteur bancaire français, le besoin total en fonds propres se "limite" à 8,8 milliards d'euros.

Un faible montant "qui témoigne de leur solidité financière malgré le dénigrement dont elles ont fait l'objet depuis août 2011", soulignent les analystes de CM-CIC Securities.

Pour le broker, "ce qui compte, c'est leur capacité à atteindre les objectifs de solvabilité fixés (9% au 30 juin 2012) sans appels à des fonds publics ou privés, ce que toutes ont confirmé".

On rappelle que le besoin de fonds propres de BNP Paribas a été provisoirement estimé à 2,1 milliards d'euros, celui de BPCE, la maison mère de Natixis, s'élève à 3,4 milliards d'euros pour BPCE, la maison mère de Natixis, et celui de la Société Générale à 3,3 milliards d'euros.

Crédit Agricole en revanche, n'a besoin de rien, compte tenu d'un ratio Core Tier 1 qui s'élève déjà à 9,26% après application de la directeur européenne CRD3 et du coussin de sécurité sur les expositions souveraines.

Dans ces conditions, CM-CIC Securities s'attend à présent à ce que les banques françaises rebondissent, par pallier, vers des niveaux de cours proches de leurs valeurs fondamentales.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...