Bourse > Credit agricole > Credit agricole : Recapitaliser les banques sans dégrader le triple a de la france
CREDIT AGRICOLECREDIT AGRICOLE ACA - FR0000045072ACA - FR0000045072
14.890 € -1.23 % Temps réel Euronext Paris
14.970 €Ouverture : -0.53 %Perf Ouverture : 15.000 €+ Haut : 14.835 €+ Bas :
15.075 €Clôture veille : 4 224 180Volume : +0.15 %Capi échangé : 42 378 M€Capi. :

Credit agricole : Recapitaliser les banques sans dégrader le triple a de la france

tradingsat

(Tradingsat.com) - La pression boursière semble s'être quelque peu relâchée lundi sur les banques françaises sans que l'on sache vraiment pour combien de temps, vu la faible visibilité sur d'hypothétiques et incertaines solutions à la crise des dettes souveraines.

La semaine s'annonce cruciale sur ce front avec le retour de la troïka en Grèce et le vote prévu jeudi du Parlement allemand sur l'élargissement du Fonds de soutien européen.

Vers 15h40, BNP Paribas (+2,8%,2% à 27,1 euros), Crédit Agricole (+2,4% à 4,5 euros), Société Générale (+2,9% à 17,1 euros), Natixis (+1,2% à 2,18 euros), ou encore Dexia (5,4% à 1,38 euro) évoluent toutes en territoire positif.

Le sommet du G20 n'a pourtant débouché ce week-end sur aucune décision pour enrayer la crise financière. D'autre part, les révélations du Journal du Dimanche sur une proposition de l'Etat français pour renflouer les banques françaises ne sont pas de nature à renforcer la crédibilité desdits établissements, qui ne cessent d'affirmer depuis des semaines qu'ils n'ont pas besoin de capitaux supplémentaires.

Quoi qu'il en soit, les analystes de Royal Bank of Scotland (RBS) ont imaginé lundi deux scénarios de recapitalisation visant à couvrir les pertes potentielles qui seraient induites par une restructuration des dettes des pays européens les plus fragiles de manière à ce que leur endettement soit ramené à 50% de leur PIB.

Une hypothèse qui nécessiterait des injections de capital de 16 milliards d'euros pour BNP Paribas, 4 milliards d'euros pour Société générale et 14 milliards d'euros pour Crédit Agricole.

Dans le scénario 1 de RBS, l'émission d'actions ordinaires, « au prix du marché actuel, le nombre d'actions BNP augmenterait de 56%, 31% pour Société Générale et CASA de 134% ». « Le bénéfice par action chuterait de 33% pour BNP, 23% pour Société Générale et 55% pour CASA ».

Dans le second scénario, le broker imagine l'émission de capital via des instruments non dilutifs tels que les contingent convertible securities (« CoCos ») assortis d'un coupon de 8% en ligne avec celui versé au gouvernement sur les actions préférentielles des banques françaises en 2009. L'impact sur le bénéfice par action en 2012 serait de 5% pour BNP Paribas, 7% pour Société Générale et 11% pour CASA.

« Recapitaliser BNP, SocGen et de CASA de cette façon coûterait à la France 34 milliards d'euros, soit environ 2% du PIB », souligne RBS. Le ratio dette / PIB du pays passerait de 87% à environ 89%, « ce qui semble largement gérable et peut éviter une dégradation de la notation », de l'avis du courtier.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI