Bourse > Credit agricole > Credit agricole : Les risques sur les banques n'ont pas disparu
CREDIT AGRICOLECREDIT AGRICOLE ACA - FR0000045072ACA - FR0000045072
13.575 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
13.760 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 38 636 M€Capi. :

Credit agricole : Les risques sur les banques n'ont pas disparu

tradingsat

(Tradingsat.com) - Au lendemain d'un spectaculaire rebond alimenté par l'espoir d'un renforcement du Fonds européen de stabilité financière (FESF), le compartiment bancaire marque le pas. A la mi-journée, Société Générale (-2,5% à 20 euros), BNP Paribas (-0,1% à 30 euros), Crédit Agricole (-0,4% à 5,16 euros), Natixis (-0,6% à 2,36 euros), et Dexia (-1,7% à 1,48 euro) perdaient ainsi du terrain, Natixis (+0,8% à 2,4 euros) tirant son épingle du jeu.

A la veille du vote par le Bundestag allemand du projet approuvant le 2ème plan d'aide à la Grèce, l'Allemagne a d'ores et déjà prévenu par la voix de son ministre des Finances, Wolfgang Schäube, qu'elle « n'a pas l'intention d'augmenter » la taille du FESF.

L'accord conclu le 21 juillet dernier, qui doit être ratifié demain par l'Allemagne, a il est vrai déjà donné lieu à un renforcement du fonds, qui dispose d'une capacité de prêts de 440 milliards d'euros. Le chiffre d'un renforcement à 2000 milliards d'euros a pourtant circulé hier, enflammant les marchés.

« Une augmentation de la capacité d'intervention du FESF permettrait certes d'apporter de la liquidité sur les marchés obligataires et de tenter de limiter un « effet contagion » », commentent aujourd'hui les analystes d'Aurel BGC.

« Le fonds pourrait acheter massivement des obligations italiennes et espagnoles. Mais le problème de solvabilité de la Grèce perdurerait ainsi que ses conséquences sur le bilan des banques », font-ils remarquer.

Le Financial Times évoque par ailleurs l'émergence de divergences concernant cet accord. Sept pays de la zone Euro, dont l'Allemagne et les Pays-Bas souhaiteraient que le secteur privé participe davantage, au contraire de la France qui craint de nouvelles attaques spéculatives contre les banques.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...