Bourse > Credit agricole > Credit agricole : Les bancaires dans le vert, mais attention au déficit en capital
CREDIT AGRICOLECREDIT AGRICOLE ACA - FR0000045072ACA - FR0000045072
13.650 € +0.55 % Temps réel Euronext Paris
13.510 €Ouverture : +1.04 %Perf Ouverture : 13.800 €+ Haut : 13.435 €+ Bas :
13.575 €Clôture veille : 7 554 720Volume : +0.27 %Capi échangé : 38 849 M€Capi. :

Credit agricole : Les bancaires dans le vert, mais attention au déficit en capital

tradingsat

(Tradingsat.com) - Après quatre séances difficiles, les banques repartent de l'avant mercredi, requinquées semble-t-il par la perspective du sommet de l'Union européenne du 23 octobre. Vers 11h30, BNP Paribas grimpait ainsi de 4,1% à 31,2 euros, suivie par Société Générale (+2,8% à 19,8 euros) et Crédit Agricole (+2,7% à 5,05 euros). Hors Cac 40, Natixis bondit de 5,5% à 2,3 euros.

Le ministre allemand de l'Economie, Wolfgang Schäuble a pourtant déjà prévenu en début de semaine qu'il ne fallait pas s'attendre à une solution définitive ce week-end. La chancelière Angela Merkel a enfoncé le clou hier en indiquant que la crise des dettes souveraines ne pourrait être résolu lors d'un seul sommet.

« Alors que nous approchons du sommet prévu ce dimanche par l'Union européenne, l'approche coordonnée pour renforcer les banques européennes focalise l'attention du marché sur le potentiel impact d'une mise à jour des tests de résistance », commentent mercredi les analystes de RBS. Sur la base des informations disponibles, le broker évalue les déficits en capital à un total de 150 milliards d'euros pour les 90 banques européennes.

Et, « parmi les grandes banques de notre univers de couverture, Santander, BNP Paribas, Société Générale et Commerzbank se démarquent comme ayant le plus grand déficit en capital », écrit RBS. A l'inverse, Barclays, HSBC, KBC et Lloyds affichent des excédents.

Mais de l'avis du courtier, la recapitalisation du secteur bancaire ne représente qu'une partie de la solution finale à la crise des dettes souveraines des pays périphérique de la zone euro. Ainsi « une solution doit s'attaquer également à la valeur des actifs » de ces pays détenus par les banques, et tenir compte aussi de l'impact d'une récession économique et des nouvelles normes règlementaires (Bâle 3).

Dans ce contexte, RBS juge de plus en plus probables des opérations d'augmentation de capital parmi les banques de son univers de couverture. Ce qui incite le broker à maintenir une opinion prudente sur le secteur, en particulier sur UniCredit, Crédit Agricole, Société Générale et Commerzbank, alors que son opinion demeure en revanche positive sur St Chartered, HSBC, et UBS.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...