Bourse > Credit agricole > Credit agricole : Le titre sauvé par les marchés en dépit de dépréciations massives
CREDIT AGRICOLECREDIT AGRICOLE ACA - FR0000045072ACA - FR0000045072
14.505 € +0.80 % Temps réel Euronext Paris
14.390 €Ouverture : +0.80 %Perf Ouverture : 14.550 €+ Haut : 14.170 €+ Bas :
14.390 €Clôture veille : 6 295 970Volume : +0.22 %Capi échangé : 41 283 M€Capi. :

Credit agricole : Le titre sauvé par les marchés en dépit de dépréciations massives

CREDIT AGRICOLECREDIT AGRICOLE

(Tradingsat.com) - C'était loin d'être gagné d'avance vu le montant colossal des dépréciations annoncées pour le quatrième trimestre et la lourde perte qui en découle, mais le titre Crédit Agricole a terminé en nette hausse vendredi (+3,4% à 7,52 euros), dans des volumes très épais (plus de 18 millions de pièces échangées).

Il faut dire que le marché a eu le temps de se préparer au pire suite aux rumeurs d’avertissement sur résultats qui ont circulé cette semaine. La banque a donc réussi une opération de communication financière qui s’annonçait pourtant très périlleuse.

En léger repli à l’ouverture, l’action CASA s’est rapidement redressée, à la faveur de quelques commentaires positifs d’analystes. Le Groupe a surtout rassuré en indiquant que ses ratios de solvabilité ne seront pas affectés par la charge de 2 676 millions d'euros liée à la dépréciation d’écarts d’acquisition.

Ces dépréciations qui s'inscrivent dans le cadre des tests de valorisation des écarts d'acquisition inscrits au bilan de la banque se répartissent de la façon suivante : Banque de financement et d'investissement (466 M€), Courtage - Newedge (366 M€), Crédit à la consommation (923 M€), Banque de proximité à l'international (921 M€ dont Banque de proximité en Italie (852 M€).

De plus, la valeur de la participation de 20,2% détenue dans BES est dépréciée à hauteur de 267 millions d'euros.

Ces charges n'affectent cependant ni la solvabilité ni la liquidité du Groupe, a précisé le management, et "sont sans impact sur la trésorerie, celle-ci ayant été décaissée lors de l’acquisition des sociétés concernées".

Par ailleurs, Crédit Agricole S.A. a précisé que d’autres éléments non opérationnels impacteront ses comptes du quatrième trimestre 2012.

D’une part, un impact négatif sur le produit net bancaire de l’ordre de 850 millions d'euros est enregistré au titre de la réévaluation de la dette, en raison de l’amélioration de ses conditions de refinancement constatées au cours du trimestre.

D’autre part, ces comptes intègrent une charge d’impôt d’environ 130 millions d'euros au titre de la taxe exceptionnelle de 7% sur la réserve de capitalisation des compagnies d’assurance.

Enfin, comme annoncé dans le communiqué du 25 janvier 2013, Crédit Agricole S.A. rappelle que la dépréciation de la valeur des titres de la SAS Rue La Boétie, comptabilisée dans les comptes consolidés des Caisses régionales, a un impact de l’ordre de 160 millions d'euros sur la contribution des Caisses régionales à son résultat consolidé.

Du côté des brokers, on préfère relativiser. "Seuls les deux derniers points devraient avoir un impact négatif sur la solvabilité de CASA. Au niveau du groupe Crédit Agricole, seule la taxe sur la réserve de capitalisation a un impact qui restera donc limité", a souligné Oddo, "Neutre" sur le titre avec un objectif de cours maintenu à 6,2 euros.

"Même si a priori cette nouvelle parait négative, elle nous conforte sur la volonté du groupe d’accélérer le nettoyage du bilan pour se recentrer au plus vite sur la performance opérationnelle", ont commenté les analystes de Natixis. Le courtier a précisé que CASA était sa valeur préférée parmi les banques françaises, confirmant une recommandation "Acheter" et un objectif de cours de 9,2 euros.

Sur les neuf premiers mois de l'an dernier, la structure cotée du Crédit agricole affichait déjà une perte nette de 2,5 milliards d'euros, une contre-performance qui intègre l'impact de la cession de sa filiale grecque Emporiki.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI