Bourse > Credit agricole > Credit agricole : L'inflation allemande, un poids de plus pour la BCE
CREDIT AGRICOLECREDIT AGRICOLE ACA - FR0000045072ACA - FR0000045072
13.575 € -1.34 % Temps réel Euronext Paris
13.710 €Ouverture : -0.98 %Perf Ouverture : 13.740 €+ Haut : 13.540 €+ Bas :
13.760 €Clôture veille : 7 569 980Volume : +0.27 %Capi échangé : 38 636 M€Capi. :

Credit agricole : L'inflation allemande, un poids de plus pour la BCE

L'inflation allemande, un poids de plus pour la BCEL'inflation allemande, un poids de plus pour la BCE

par Sarah Marsh et Eva Taylor

BERLIN/FRANCFORT (Reuters) - L'inflation a fléchi contre toute attente ce mois-ci en Allemagne, une incitation de plus pour la Banque centrale européenne (BCE) à couper court à toute dérive déflationniste dans la zone euro.

L'inflation IPCH, soit harmonisée aux normes européennes, a été de 0,3% sur le mois et de 0,9% annuellement au lieu d'un consensus donnant respectivement +0,4% et +1,0%.

En Espagne, l'inflation - également publiée vendredi - a fléchi en mars à un rythme sans précédent depuis près de quatre ans et demi.

Les deux statistiques laissent penser que l'inflation de l'ensemble de la zone euro, attendue lundi, risque de tomber en deçà du consensus Reuters qui la donne seulement à 0,6%, alors que l'objectif de la BCE en la matière est d'un petit peu moins de 2,0%.

L'inflation annuelle de la zone euro est depuis cinq mois dans la "zone dangereuse" - selon les propres termes du président de la BCE Mario Draghi - située en deçà de 1%. La BCE s'attend toutefois à la voir remonter dans les années à venir.

"Même si on a une inflation annuelle de la zone euro de 0,6% annoncée lundi il ne faut pas en déduire que ce sera le déclencheur d'une baisse des taux dès la semaine prochaine", commente Frederik Ducrozet, économiste de Crédit Agricole CIB.

Pour l'instant, le risque de déflation est limité, estime la BCE, qui surveille toutefois plus attentivement le taux de change de l'euro et ses répercussions sur l'évolution des prix.

Si l'euro se renforce encore contre le dollar, cela réduit l'inflation importée, ce qui par contrecoup risque d'affaiblir encore l'inflation locale.

Pour l'heure, la baisse des prix énergétiques est le principal facteur d'une inflation basse, selon la BCE, qui la voit rester à un peu moins de 1% dans les mois qui viennent.

Un autre élément déflationniste en mars est le fait que Pâques, qui se traduit habituellement par des tensions sur les prix dans certains secteurs comme le tourisme, tombe cette année en avril et les économistes pensent qu'en conséquence l'inflation se redressera un peu ce mois-là.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...