Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

BERKSHIRE HATHAWAY

BRK.A - US0846701086 SRD PEA PEA-PME
- -

Berkshire hathaway : Pour la première fois, le fonds de Warren Buffett va emprunter en yens

samedi 24 août 2019 à 08h00
Berkshire Hathaway vise le marché obligataire japonais

(BFM Bourse) - Berkshire Hathaway pourrait lever au moins 100 milliards de yens (équivalent à 850 millions d'euros), a appris le journal Nikkei. Si le groupe américain n'est pas en peine pour se financer, il ne s'astreint pas moins à une politique de diversification de ses sources de financement, se protégeant ainsi un peu plus en cas de difficultés sur le marché du crédit.

Pour Warren Buffett, lever de l'argent est tout ce qu'il y a de plus facile. Avec 349 milliards de dollars de fonds propres au terme du dernier exercice, sa société Berkshire Hathaway affiche un bilan d'une solidité sans pareille, avec un recours très modéré à l'endettement.

"Beaucoup de dirigeants, je dois dire, ne seraient pas d'accord avec cette politique [dédaigner l'effet de levier], mettant en avant le fait que l'endettement permet d'accroître significativement le rendement dégagé pour les actionnaires. Et ces PDG plus audacieux auront raison - la plupart du temps", reconnaît le milliardaire dans le rapport annuel 2018 de son holding. Mais "à certaines périodes, rares et imprévisibles, le crédit s'évanouit, et la dette devient mortelle", rappelle Buffett.

Chez Berkshire, l'essentiel de la dette se concentre sur le ferroviaire et l'énergie, des activités à la fois à forte intensité capitalistique et à revenus réguliers. Et pas question d'emprunter inconsidérément. L'an dernier, Burlington Northern and Santa Fe Railway a levé en tout et pour tout 1,5 milliard de dollars via des obligations à 30 ans (coupon moyen de 4,1%) et Berkshire Hathaway Energy (et ses filiales) 5,5 milliards de dollars via différentes émissions. En outre, la société faîtière n'est absolument pas garante de ces dettes.

Des obligations "Samurai"

Non chaque dollar emprunté est ainsi soigneusement compté, mais pour plus de sécurité Berkshire Hathaway s'astreint aussi à diversifier ses sources de financement, y compris en dehors des Etats-Unis. Ainsi, selon un article paru cette semaine dans le quotidien des affaires japonais Nikkei, la firme s'apprête à lancer dès septembre un emprunt obligataire en yen pour au moins 100 milliards de yens, soit un peu moins d'un milliard de dollars (équivalent à 850 millions d'euros). Goldman Sachs, JPMorgan, Merrill Lynch et Mizuho sont chargés du placement

Pour faire un peu de lexicologie financière, il s'agirait donc d'obligations "Samurai" comme on surnomme un titre d'entreprise non japonaise émis au Japon en yen, à ne pas confondre avec les obligations "Shogun" (idem, une obligation émise au Japon par une société étrangère mais en devise étrangère) et encore moins avec des obligations "Sushi" (désignant comme chacun sait un titre de dette d'entreprise japonaise émis à l'étranger en devise étrangère, dollar le plus souvent).

Cela serait, souligne le Nikkei, la première émission de la société américaine d'investissement en yens. Avant Berkshire, Apple (pour 250 milliards de yens en 2015) et Starbuck (pour 85 milliards de yens en 2017) se sont déjà adressés par le passé aux investisseurs japonais directement dans leur devise nationale.

Préserver son crédit en cas de crise

Le portefeuille de Berskhire a certes des intérêts au Japon, comme Tungaloy, un des principaux fabricants mondiaux d’outils de coupe en carbure, mais le groupe opère surtout aux Etats-Unis et effectue la plupart des ses investissements en dollars. Cela implique qu'il pourrait supporter un potentiel surcoût lié à la conversion depuis le yen, mais en diversifiant ses sources de financement, le groupe sera mieux à même de préserver son crédit en cas de crise.

Au demeurant, Berkshire Hathaway, mieux noté (AA) que la plupart des corporates nippons devrait facilement attirer les souscripteurs japonais même en ne leur offrant qu'un très faible rendement.

Dans la même veine, l'entreprise a aussi émis des obligations libellées en euros à plusieurs reprises entre 2015 et 2017, dont le montant en circulation était de 6,85 milliards d'euros au total fin 2018.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur BERKSHIRE HATHAWAY en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+333.20 % vs -2.80 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat