Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ARTMARKET COM

PRC - FR0000074783 SRD PEA PEA-PME
7.920 € +1.54 % Temps réel Euronext Paris

Artmarket com : Contre-attaque contre christie's et le "flibustier" françois pinault

mardi 9 février 2010 à 09h30
BFM Bourse

(BFM Bourse) - Christie's, la plus grande maison de vente aux enchères au monde, « récidive pour tenter en vain d'accaparer Artprice à moindre coût", révèle mardi la société fondée et dirigée par Thierry Ehrmann, qui revendique pour sa part le leadership mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'art.

Artprice fait précisément l'objet d'une action civile de Christie's sur « principalement, des revendications sur [son] catalogues de vente et de l'usage de [ses] raisons sociales considérées par eux comme une marque ainsi que des actes de parasitisme en utilisant les annonces et résultats de ventes publiques de leurs sociétés ».

Mais Artprice est sûre de son bon droit. La société rappelle tout d'abord que « Christie's dans sa nouvelle demande a soigneusement dissimulé au tribunal avoir déjà conduit en 2001 contre Artprice une poursuite similaire sur les catalogues de ventes (dossier Christie's SG Archibald/ Artprice cabinet Alain Jakubowicz) avec pour épilogue, la cessation des poursuites sans aucune concession de la part d'Artprice ».

Surtout, « les catalogues de vente aux enchères ne sont pas a priori des oeuvres de l'esprit susceptibles de protection par le droit d'auteur », souligne Artprice qui contre-attaque : « Christie's ose revendiquer des actes de parasitisme sur ses catalogues », souligne la société de Thierry Ehrmann, qui, « fait […] troublant, retrouve des caractéristiques de ses propres données tels que ses indices propriétaires, cotes et analyses sur les dits catalogues ».

Artprice explique : « À la différence de ce que proposent les Maisons de ventes aux enchères qui se contentent d'offrir en téléchargement leurs propres catalogues sur leurs sites Internet, Artprice démembre ces catalogues afin d'en analyser les données selon un process industriel spécifique puis restructure ses données analysées dans plusieurs champs variables constituant les banques de données originales d'Artprice sur lesquelles une protection s'exerce au titre du droit sui generis ».

Le groupe rappelle ainsi que « la violation du droit sui generis est sanctionnée dans les mêmes termes que le délit de contrefaçon » et que « Artprice à régulièrement fait condamner des tiers par l'utilisation non contractuelle de ses bases de données ». D'ailleurs, il « compte bien, dans le dossier Christie's, faire prévaloir ses droits ».

Et Artprice de conclure : « Les très nombreux ouvrages et enquêtes de presse française et étrangère sont confondants quant à la capacité de Francois Pinault à s'auto-proclamer « Flibustier » avec fierté. De même, les multiples péripéties judiciaires (Executive Life, Gucci….) qui accompagnent François Pinault et sa holding Artemis possédant Christie's permettent une grille de lecture très claire de ce nouveau conflit contre Artprice ».

©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ARTMARKET COM en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.60 % vs +27.99 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat