Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

AMOEBA

ALMIB - FR0011051598 SRD PEA PEA-PME
1.584 € +0.70 % Temps réel Euronext Paris

Amoeba : Le potentiel du biofongicide d'Amoeba se confirme pour les céréales

mercredi 25 août 2021 à 12h26
Amoeba dévoile de nouveaux résultats encourageants pour son biocide

(BFM Bourse) - Les résultats des nouveaux essais agronomiques d'Amoeba confirment l'efficacité des formulations de biocontrôle conçues par le groupe auvergnat contre les principales maladies des céréales (rouille jaune, septoriose du blé, etc.), qui n'est autre que le plus grand marché fongicide d'Europe. Le titre redécolle.

Après les premiers essais au champ encourageants menés en 2020 (avec des résultats dévoilés le 22 juillet 2020, révélant "un niveau de protection inédit pour un biofongicide", allant de 70% à 90% sur la rouille jaune et la rouille brune en chambre climatique), Amoeba a réalisé cette année une seconde campagne d'essais agronomiques en Europe contre les maladies des céréales.

Une quinzaine d’essais ont ainsi été mis en place en France, en Italie et en Allemagne, visant de nouveau la rouille jaune (ainsi que la septoriose et la fusariose des épis) sur le blé, et la rhynchosporiose sur l'orge. Et les résultats de cette année "confirment l’efficacité des formulations de biocontrôle" contre ces maladies, souligne Amoeba, qui précise que celui-ci représente "le plus grand marché fongicide d'Europe" souligne Amoeba.

Leur niveau de performance évalué à ce stade contre, en particulier, la rouille jaune mais aussi la septoriose du blé est tel qu’il "serait possible de remplacer en partie les fongicides conventionnels au premier traitement, en combinaison avec des variétés moyennement sensibles" indique le groupe auvergnat.

Un "niveau de performance inégalé pour un produit de biocontrôle"

Amoeba recommande l'utilisation de son biocide sur ce type de variétés car l'efficacité observée sur la rouille jaune du blé, de l'ordre de 40% à 75%, est maximisée quand le développement de la maladie "n'est pas explosif". Si le groupe concède que cette efficacité "est en général inférieure à celle des produits de référence chimique", il se targue toutefois d'un "niveau de performance inégalé pour un produit de biocontrôle". L'efficacité se traduit en outre également par "des gains de rendement parfois spectaculaires et statistiquement significatifs" est-il ajouté, à savoir 81,1 quintaux par hectare (q/ha) dans un essai où le témoin atteint seulement 70,6 q/ha et la référence 78,9 q/ha, soit une production près de 15% supérieure avec le produit expérimental.

Les applications testées ont par ailleurs montré une efficacité de l'ordre de 50% contre la septoriose et contre la rhynchosporiose, "un niveau jamais atteint par aucun produit naturel", tandis que le seul essai infesté par la rouille brune a vu un développement explosif de la maladie. "Les situations de ce type sont très défavorables aux produits de biocontrôle en général, et les produits expérimentaux n’ont pas montré d’activité" regrette Amoeba.

Enfin, concernant la fusariose des épis, une maladie tardive mais particulièrement dommageable car elle affecte à la fois le rendement et la qualité des grains de blé, et contre laquelle les fongicides conventionnels de référence sont peu satisfaisants, les résultats observés sont aussi encourageants. Spécialement avec l'une des formulations testées, "qui dans un essai, a une efficacité équivalente à celle du fongicide chimique de référence, et conduit à un gain de rendement statistiquement significatif de 8,5% par rapport au témoin non traité" se félicite le groupe.

Rebond en Bourse

Pour rappel, Amoeba se concentre actuellement non seulement sur le marché du biocontrôle pour la protection des plantes estimé à 1,6 milliard d'euros, mais aussi sur le marché global des biocides chimiques pour le traitement de l’eau, estimé pour sa part à 21 milliards d'euros.

Les résultats encourageants du jour, qui devront faire l’objet d’une confirmation en 2022, permettent au titre de décoller de 17,3% à 1,66 euro vers 11h30, ramenant la valorisation de la société à 30 millions d'euros. Ce rebond ne suffit pas à compenser le plongeon subi en Bourse depuis le 1er janvier (-43%), notamment provoquées par l'attente des investisseurs autour d'un partenariat avec un géant du secteur de l'agrochimie (les noms de Bayer et BASF avaient circulé en décembre dernier après des déclarations effectuées par le PDG du groupe Fabrice Plisson).

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur AMOEBA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.80 % vs +35.33 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat