Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Comment le split de l'action Apple aboutit à un remaniement majeur du Dow Jones

mardi 25 août 2020 à 12h07
La composition du Dow Jones va être modifiée en profondeur

(BFM Bourse) - La division par quatre de la valeur nominale de chaque action d'Apple amène, compte tenu du mode de calcul archaïque du Dow Jones, à remplacer d'un coup trois membres du Dow Jones. Signe des temps, le plus ancien constituant actuel de l'indice, Exxon Mobil, est exclu. Première capitalisation mondiale il y a encore moins de dix ans, le pétrolier est relégué au profit de valeurs technologiques.

C'est la 56e modification de l'échantillon depuis la création du Dow Jones Industrial Average, et l'une des plus importantes puisque trois membres du plus ancien indice boursier vont laisser leur place à trois nouveaux venus, soit 10% de l'effectif total. À compter de lundi 31 août, Salesforce.com va remplacer Exxon Mobil, Amgen va se substituer à Pfizer et Honeywell International relèvera Raytheon Technologies.

Le Dow Jones n'avait pas connu un tel renouvellement depuis 2004 (entrée d'American International, Pfizer et Verizon aux dépens de AT&T, Eastman Kodak et International Paper).

Ce nouveau remodelage, annoncé lundi soir par S&P Dow Jones Indices, est motivé par la décision d'Apple (présent depuis 2015) de procéder à une division par quatre du nominal de son action. Lundi prochain, chaque action ancienne d'Apple sera remplacée par quatre actions nouvelles valant chacune 25% des précédentes. C'est une pratique habituelle pour les très bons élèves de la cote: à force de progresser, le cours finit par devenir trop cher. En l'occurrence plus de 500 dollars pour Apple, ce qui ne permet plus d'affiner suffisamment sa position (impossible par exemple d'acheter aujourd'hui pour 750 dollars d'actions puisque dès deux titres Apple, la barre du millier de dollars est atteinte).

Mode de calcul archaïque du Dow

Or, le Dow Jones (comme le Nikkei japonais) est un indice fondé non pas sur la capitalisation totale des entreprises qui le composent mais sur leur cours facial. Autrement dit, plus le cours est en apparence élevé, plus une valeur a de poids dans l'indice. Du fait de la division du cours d'Apple, son poids -proche de 12% du total- dans l'indice sera mécaniquement réduit - ce qui aurait l'inconvénient de diminuer la pondération de la technologie au moment où ce secteur n'a jamais été aussi déterminant sur les marchés.

"Les changements annoncés contribuent à compenser cette réduction. Ils contribuent également à diversifier l'indice en supprimant les chevauchements entre entreprises de même envergure et en ajoutant de nouveaux types d'entreprises qui reflètent mieux l'économie américaine", explique S&P Dow Jones.

Fin d'une époque avec la sortie d'Exxon Mobil

L'arrivée de Salesforce.com (187,5 milliards de dollars de capitalisation), le spécialiste californien de la gestion de la relation client, répond à cet objectif, tandis que le poids des matières premières s'allège avec l'exclusion d'Exxon Mobil. Un véritable tournant puisque le producteur pétrolier était présent dans le Dow Jones depuis 1928 via son prédécesseur, la Standard Oil of New Jersey - une des sociétés issues du démantèlement de l'empire Standard Oil, en partie reconstitué d'ailleurs au fil des fusions dont le rapprochement avec Mobil (ex Standard Oil of New York) en 1999. Première capitalisation de la cote américaine pendant des années, sinon des décennies, Exxon Mobil est désormais proche du 40e rang à moins de 180 milliards de dollars de capitalisation.

Avec Amgen, une biotech intègre pour la première fois le Dow Jones. C'est aussi la sixième valeur cotée au Nasdaq, plutôt qu'au New York Stock Exchange, à être retenue dans l'indice historique. Microsoft et Intel Corporation avaient été les premières valeurs issues du marché technologique américain à y être incluses, en 1999. Fondée en 1980 en tant que Applied Molecular Genetics, la société californienne de biotechnologies pèse près de 134 milliards de dollars, soit en fait moins que le groupe pharmaceutique Pfizer (215 milliards) qu'elle remplace: les voies des grands ordonnateurs d'indices sont décidément impénétrables.

Le remplacement de Raytheon (94,5 milliards de dollars de capitalisation après avoir officiellement fusionné avec United Technologies en avril) par Honeywell International (112 milliards de dollars) est moins marquant dans la mesure où il s'agit d'un retour. L'industriel Honeywell a en effet déjà évolué dans le Dow Jones près de dix ans, de 1999 à 2008. Et même depuis bien plus longtemps si l'on part d'Allied Chemical & Dye, l'une des entreprises ayant donné naissance au groupe actuel, inclus dès 1925.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.80 % vs -4.19 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat