Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Marché : Une Bourse américaine milite pour la lenteur et accueille sa première société

samedi 6 octobre 2018 à 12h00
La Bourse IEX milite pour la lenteur

(BFM Bourse) - La Bourse IEX veut mettre fin à l'avantage des traders qui profitent de la vitesse foudroyante de programmes informatiques au détriment des investisseurs traditionnels.

La Bourse américaine IEX, qui s'est donné pour mission de construire des marchés "plus justes" en prônant la lenteur sur des marchés financiers pressés d'aller toujours plus vite, franchit une étape importante vendredi en accueillant sa première entreprise.

IEX est devenue célèbre quand un auteur de best-seller sur la finance, Michael Lewis, en fait en 2014 la star de son livre "Flash Boys": l'histoire vraie d'un courtier en rébellion contre les méthodes de courtage les plus sophistiquées qui profitent de la vitesse foudroyante de programmes informatiques, fondés sur des algorithmes complexes, pour mettre en péril les positions d'investisseurs traditionnels.

Outrée par les avantages dont bénéficient les sociétés ayant recours à ces technologies, IEX lance en 2016 une plate-forme électronique qui ralentit les échanges pour mettre tous les acteurs du marché au même niveau. Les investisseurs peuvent venir y échanger les titres d'entreprises cotées sur d'autres Bourses établies comme le New York Stock Exchange ou le Nasdaq.

Mais IEX peinait depuis son lancement à convaincre les entreprises à franchir le pas et à la choisir comme plate-forme de cotation principale.

Créer un micro-délai dans les transactions

La société de courtage en ligne Interactive Brokers, qui était jusqu'à présent cotée sur le Nasdaq, sera la première. "Interactive Brokers est une société de services financiers visionnaire qui partage la philosophie d'IEX et son engagement pour des marchés plus justes", avait indiqué le patron d'IEX, Brad Katsuyama, lors de l'annonce de cette opération en septembre.

Quand il était encore courtier à Wall Street, M. Katsuyama avait remarqué que ses transactions ne revenaient que partiellement exécutées et à un prix parfois supérieur à celui qu'il avait accepté. Il avait alors conclu à des "interventions" de la part de systèmes agissant à la vitesse de l'éclair, quelques micro-secondes, entre le moment où les ordres étaient passés et celui où ils étaient finalisés.

Pour déjouer les "Flash Boys", il mise sur un "ralentisseur" créant un micro-délai dans les transactions.

(Avec AFP)

©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+314.20 % vs +40.14 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat