Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Séance tempétueuse pour GameStop qui flambe encore de 40%... puis s'écroule violemment

jeudi 28 janvier 2021 à 17h12

(BFM Bourse) - Après avoir poursuivi son envolée malgré les limitations mises en place par les courtiers, le titre de la chaîne de boutiques de jeux vidéo flanchait de près de 60% en fin de matinée à Wall Street.

Au lendemain d'une séance déjà épique, GameStop subissait jeudi des variations encore plus vertigineuses sur le New York Stock Exchange. alors que la plupart des courtiers ont mis de fortes contraintes à toute nouvelle prises de position sur le titre.

L'action de la société (qui détient notamment Micromania) a clôturé mercredi à 347,51 dollars (+135% sur la séance, accumulant alors 1.744,5% de hausse depuis le début de l'année), sous l'effet d'une liquidation forcée des positions de vente à découvert. Un "short squeeze" en anglais, provoqué par une coalition en ligne d'investisseurs individuels, employant des instruments dérivés sophistiqués et coordonnant leurs actions via les forums spécialisés, et par quelques financiers chevronnés -tel Michael Burry, dont le pari lors de la crise des subprimes a été raconté dans "The Big Short".

Le gendarme boursier américain s'en mêle

Le phénomène a pris un tour systémique (pour clôturer sans plus tarder leurs paris à découvert devenus largement perdants, les fonds spéculatifs ont parfois vendu des positions au comptant afin de récupérer les liquidités nécessaires) et amené la Securities & Exchange Commission et le secrétariat au Trésor à indiquer qu'ils suivaient à tout le moins la situation. Dans la foulée, plusieurs courtiers parmi les favoris des boursicoteurs ont pris jeudi des mesures restreignant fortement la possibilité de parier sur GameStop, dont la valorisation atteint 25 milliards de dollars (vers 16h20) alors que l'entreprise reste déficitaire, et plusieurs autres titres récemment soumis à vive spéculation.

Le pionnier du courtage à zéro frais Robinhood, dont la popularité a explosé au printemps dernier avec les nombreuses vocations de day-trader nées du confinement, a décidé au vu de la volatilité récente de limiter toute nouvelle transaction sur une série de valeurs (AMC Entertainment Holdings, BlackBerry, Bed Bath & Beyond, Express, GameStop, Koss, Naked Brand Group et Nokia) en ne permettant qu'à ceux déjà en position de clôturer leur ligne (à la vente pour ceux placés à l'achat ou à l'achat pour ceux qui misaient sur la baisse).

Interactive Brokers a de son côté limité les paris optionnels placés sur AMC, BlackBerry, Express, GameStop et Koss, là aussi en ne permettant de clôturer des positions prises dans un sens ou dans l'autre. Le géant du courtage en ligne n'interdit pas pour autant tout nouvel investissement sur ces valeurs: toutefois il exige un dépôt de marge (un montant de liquidités sur le compte du trader) équivalent à 100% de la position à l'achat, et à 300% de la position en cas de vente à découvert. Interactive Brokers s'attend à ce que ces limites restent en place jusqu'à ce que l'opérateur du marché américain ou bien le régulateur suspendent les cotations ou placent une limite équivalente aux ordres passés dessus.

Dans un premier temps, le titre a poursuivi son envolée, gagnant encore près de 39% à un nouveau sommet historique de 483 dollars (capitalisant alors 33,7 milliards de dollars) peu avant 10h00 à New York... Avant de se retourner brutalement pour passer dans le rouge en quelques minutes seulement. Vers 11h00, GameStop ne cotait plus "que" 196,05 dollars, soir une chute de 43,58% par rapport à la veille, et de pratiquement 60% par rapport à son dernier point haut.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+320.30 % vs +18.75 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat