Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

L'AMF sanctionne deux anciens dirigeants de groupes cotés pour manquement d'initié

mardi 13 juillet 2021 à 18h05

(BFM Bourse) - L'ancien directeur financier de Soitec avait transmis des informations privilégiées sur les perspectives de résultats de sa société à un confrère, cadre dirigeant dans un autre groupe coté, LafargeHolcim en l'occurrence. L'AMF leur a infligé des amendes de 500.000 et 1 million d'euros respectivement.

Quand la proximité entre deux hauts dirigeants d'entreprises cotées devient problématique... La commission des sanctions de l'Autorité des marchés financiers (AMF) vient d'infliger à Rémy Pierre, ancien directeur financier de Soitec, et à Stéphane Solère, à l'époque responsable de la gestion des risques de LafargeHolcim (tous deux s'étant connu chez Lafarge), des sanctions pécuniaires, le premier pour avoir transmis en 2018 des informations privilégiées et le second pour s'en être servi pour acheter des titres Soitec avant l'annonce d'une augmentation plus forte que prévu de la croissance et d'une révision en hausse de l'objectif de marge du fabricant de semi-conducteurs.

Le 18 octobre 2017 et le 18 avril 2018, Soitec avait annoncé ses résultats, respectivement, du deuxième et du quatrième trimestre de l’exercice 2017-2018, avec un chiffre d'affaires en hausse significative par rapport aux mêmes périodes lors de l’exercice précédent, et révisé à la hausse sa prévision de marge d’Ebitda pour la principale branche d’activité lors de l'exercice 2017-2018.

Puis 13 juin 2018, l'entreprise avait communiqué au marché une prévision de taux de marge d’Ebitda pour 2018-2019 inférieure à celle de l’exercice 2017-2018.

À chaque fois, Stéphane Solère, qui avait connu Rémy Pierre chez Lafarge, avait opportunément acheté et revendu des titres (en direct pour le compte de membres de sa famille). Ils entretenaient des relations amicales et les premiers investissements de Stéphane Solère sur le titre Soitec ont débuté moins de quatre mois après l’arrivée de Rémy Pierre au sein du groupe. Ils ont en outre eu des contacts téléphoniques peu de temps avant chacune des interventions suspectes.

Après avoir examiné les indices tirés de l’existence d’un circuit plausible de transmission des informations, du caractère atypique des opérations suspectes, de leur moment opportun et de l’absence d’explications plausibles apportées par les mis en cause pour justifier celles-ci, la Commission a retenu que Rémy Pierre avait bien transmis deux informations privilégiées à Stéphane Solère et que celui-ci les avait utilisées pour son compte et celui de membres de sa famille (en revanche, la Commission a estimé que l’information publiée le 13 juin 2018 n’était pas privilégiée avant cette date à défaut de pouvoir être considérée comme susceptible d’avoir une influence sensible sur le cours du titre de la société et, en conséquence, a considéré qu’il ne pouvait être reproché aux mis en cause d’avoir transmis et utilisé cette information).

Si M. Solère intervenait très régulièrement sur les marchés financiers et était donc un investisseur avisé, il ne pouvait non plus ignorer le caractère privilégié des informations reçues de son ami. Au total, estime la Commission, les informations dont il a bénéficié lui ont permis une plus-value de 547.302 euros.

La commission a en conséquence prononcé une sanction de 500.000 euros à l'encontre de R2my Pierre, qui n'a pas retiré d'avantage pécuniaire direct, et de 1 million d'euros à l'encontre de Stéphane Solère (l'amende peut en théorie aller jusqu'au décuple du montant de l'avantage retiré du manquement), tout en refusant sa demande d'anonymisation de la décision. Cette dernière peut faire l’objet d’un recours.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.80 % vs +31.40 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat