Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

La livre sterling : Entre Brexit, Banque d'Angleterre…et élection américaine

mardi 13 octobre 2020 à 10h31
Alexandre Baradez

Alexandre Baradez Responsable des analyses marchés pour le groupe IG

Diplômé de l'ESCE en 2003, il a d'abord évolué plusieurs années chez BNP Paribas, puis au sein de la Banque Robeco. En 2009, Alexandre Baradez entre chez Saxo Banque en tant que "sales trader". Son expérience des marchés financiers et plus particulièrement des devises l'amène rapidement à …

(BFM Bourse) - La volatilité est un peu retombée ces derniers jours sur la devise britannique, après avoir atteint mi-septembre son plus haut niveau depuis avril (volatilité sur un mois).

Alors que la livre naviguait à 1,3490 dollar début septembre, soit son plus haut niveau annuel, la nervosité s’est emparée du marché lorsque Boris Johnson a décidé de revenir sur l’accord sur le Brexit avec l’Union européenne, craignant que Bruxelles n’impose un "blocus alimentaire" en Irlande du Nord… la livre a décroché de 6% face au dollar dans les jours qui ont suivi, et de 5% face à l’euro.

À cette pression politique sur la livre sterling est venue se greffer la Banque d’Angleterre qui semble étudier la possibilité de baisser les taux à 0%, voire d’instaurer des taux négatifs. Il y a eu quelques déclarations de membres de la Banque d’Angleterre allant dans ce sens-là depuis quelques jours mais lundi c’est devenu un peu plus concret avec une lettre adressée par le vice-gouverneur de l’institution aux banques britanniques. Dans cette dernière, Sam Woods demande aux banques de préciser leur degré de préparation à ces scénarios de taux 0% ou de taux négatifs, mais également d’indiquer les étapes encore nécessaires pour s’y préparer…

Alors que la situation épidémique, comme dans d’autres pays européens, est loin d’être sous contrôle et que la situation économique est toujours fragile, la banque d’Angleterre semble se préparer à de nouvelles mesures fortes de soutien. Ce qui devrait théoriquement faire pression sur la livre. Pourtant, la devise s’est stabilisée, et même redressée ces deux dernières semaines pour afficher un plus haut d’un mois face au dollar.

Une des raisons de ce redressement se trouve dans la tonalité des négociations qui s’est "adoucie" récemment entre Bruxelles et Londres… et peut-être que l’évolution des sondages politiques aux Etats-Unis y est pour quelques chose.

Et si Londres sentait qu’un "allié" de poids était sur le point de perdre l’élection ? Non seulement Donald Trump était favorable au Brexit mais il a également critiqué l’accord initial entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, le trouvant encore trop contraignant.

Les dernières semaines chaotiques à la Maison Blanche et l’évolution des sondages ont peut-être poussé Boris Johnson à accélérer dans le sens d’un compromis, ce qui est susceptible d'avoir bénéficié à la livre sterling. Il faudrait toutefois que la devise britannique rejoigne à nouveau la zone 1,33/1,34 dollar pour se rapprocher du haut du biseau baissier - et tenter d’en sortir cette fois-ci. La pression de la Banque d’Angleterre complique ce scénario à court terme, il faudra donc attendre un signal technique dans la zone mentionnée pour espérer une poursuite du redressement.

©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.60 % vs -0.84 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat