Bourse > Actualités > Avis d'expertffrfrfr > Europe : Une convalescence encourageante

Europe : Une convalescence encourageante

Xavier d'Ornellas et Emmanuel AuboyneauXavier d'Ornellas et Emmanuel Auboyneau
Xavier d'Ornellas et Emmanuel Auboyneau

Gérants Associés d'Amplégest Xavier d’Ornellas, Gérant Associé, est Responsable du Pôle Flexible d’Amplégest. Diplômé de l’ISG (Institut Supérieur de Gestion) et de la SFAF (Société Française des Analystes Financiers), il a débuté sa carrière en tant que gérant privé au sein de l’Union de Banques à …Lire la suite

(Tradingsat.com) - Les dernières statistiques publiées cet été nous confortent dans notre vision macro économique : Croissance en accélération aux USA et au Japon, décélération dans les zones émergentes, stabilisation et légère amélioration en Europe.

Intéressons nous plus précisément à la zone européenne qui reste privilégiée dans nos investissements. Après six trimestres consécutifs de contraction de l’activité économique, l’Europe amorce enfin un léger rebond (visible dans les chiffres du second trimestre 2013). Ce résultat est encourageant compte tenu des perspectives affichées quelques mois plus tôt. Trois raisons principales expliquent cette bonne surprise que nous avions anticipée (cf points macro précédents).

1. L’amélioration générale des conditions financières au sein de la zone. L’action de Mario Draghi est à ce titre déterminante. Depuis son discours de l’été 2012 , les taux d’intérêt longs des pays de l’Europe du sud ont fortement baissé .Ce mouvement a permis de desserrer l’étau qui pesait sur les économies. La convergence des taux entre pays de l’Europe du sud et pays de l’Europe du nord est un signe positif et devrait se poursuivre d’ici à la fin de l’année. L’amélioration des conditions financières s’accompagne d’une évolution positive des banques qui deviennent aujourd’hui moins restrictives dans leur politique de crédits.

2. Plus de souplesse sur les objectifs de réduction des déficits. Là aussi le pragmatisme semble l’avoir emporté. Même l’Allemagne a dû en convenir, l’austérité ne peut servir de pierre angulaire à la politique économique des pays. Les délais pour revenir dans les clous ont donc été rallongés, permettant d’atténuer les mesures de rigueur (budgétaires et fiscales).

3. Gains de compétitivité des pays de l’Europe du sud : Ce qui est le plus frappant dans l’évolution récente de la zone euro est la vitesse à laquelle les réformes entreprises en Espagne, Portugal, Italie et même Grèce, ont commencé à produire leurs effets. On constate une forte réduction des déficits des balances courantes de ces pays. Les exportations sont également reparties franchement, conséquence directe de ce regain de compétitivité.

L’Europe est donc sortie de l’ornière, mais elle n’est pas sauvée pour autant. Le stock de dettes reste toujours aussi préoccupant et le moindre faux pas de la banque centrale ou des différents états pourrait relancer la spirale négative. Par ailleurs certains pays, la France en premier lieu, n’ont pas encore fait les ajustements nécessaires pour se remettre à niveau. Depuis quelques semaines on assiste à un changement de discours du gouvernement français. Il semble prendre conscience de l’urgence de relancer la compétitivité de nos entreprises. Espérons que ces discours se traduiront en actes concrets.

L’autre élément qui pourrait menacer l’amélioration récente est la force de l’euro. On assiste aujourd’hui à une véritable guerre des changes entre les différents blocs, chacun essayant de retrouver de la compétitivité à travers une baisse de sa devise. L’Europe, traditionnellement moins encline à souhaiter une monnaie faible (sous la contrainte de l’Allemagne) pourrait souffrir de cette situation. L’euro est surévalué par rapport au dollar (parité de pouvoir d’achat 1,20 euros pour un dollar). L’évolution de cette parité jouera un rôle important pour l’économie européenne.

Nos portefeuilles sont aujourd’hui majoritairement investis sur la zone euro. Les flux devraient être favorables à cette zone d’autant plus que les sorties de capitaux des zones émergentes sont importantes. Ces mouvements de flux sont toujours plus puissants et longs que nous l’imaginons...


Par Xavier d'Ornellas et Emmanuel Auboyneau. Avec la participation de Jean-Michel Mourette, économiste.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...