Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Le shutdown aux Etats-Unis paralyse aussi les introductions en Bourse

dimanche 13 janvier 2019 à 08h00
Jay Clayton, le président de la SEC

(BFM Bourse) - Faute de trésorerie suffisante, la SEC a cette fois-ci succombé elle aussi à la paralysie en cours des administrations américaines. Le processus d'examen par le gendarme boursier des dossiers de candidats à une introduction en Bourse est à l'arrêt.

Près de 800.000 employés fédéraux mis au chômage technique par manque de financement des agences où ils exercent faute d'accord sur le budget : les conséquences du "shutdown", ou fermeture de certains administrations fédérales, se font déjà sentir sur les marchés financiers. De manière très directe puisque le gendarme boursier, la Securities and Exchange Commission (SEC), a dû réduire considérablement son rayon d'action, aux dépens des candidats à la Bourse.

C'est la première information qu'affiche le site de la SEC : "du fait du shutdown gouvernemental en cours", l'agence opère en mode restreint, à savoir en ne faisant appel qu'à un nombre limité de ses agents essentiellement pour les situations d'urgence liées à l'intégrité des marchés financiers. Une situation inédite car dans les précédents shutdowns, y compris celui de 2013, la SEC disposait d'un volant de cash qui lui avait permis de continuer à verser le traitement de ses agents. Cette fois, la trésorerie disponible n'était pas suffisante.

Une situation rarissime

Dès lors, l'examen des dossiers d'IPO n'est plus possible actuellement. Les milliers d'employés, comptables et juristes chargés d'éplucher les documents de base et les comptes des entreprises candidates ont reçu congé. Le mois de janvier risque fort de s'écouler sans introduction notable, ce qui n'était arrivé que trois fois en 25 ans.

Parmi les entreprises bloquées dans le portillon de départ se trouve notamment le producteur de substituts carnés Beyond Meat (à base de protéines végétales), qui compte Bill Gates parmi ses premiers investisseurs. Les biotechs Gossamer Bio et Alector sont aussi encalminées.

Ce gel des introductions en Bourse tombe au mauvais moment pour les banquiers d'affaires, alors que plusieurs grandes entreprises de la tech qui s'étaient tenues loin de la Bourse, à l'image de Lyft ou Uber, s'étaient décidées à franchir le pas de la cotation. Il est en effet difficile d'évaluer à quelle vitesse la SEC pourrait rattraper le retard pris pendant la fermeture. Et chaque jour de shutdown supplémentaire ne fait que compliquer la situation.

Guillaume Bayre - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+289.00 % vs -3.56 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat