ZCCM

MLZAM - ZM0000000037 SRD PEA PEA-PME
1.100 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Un débat qui va au-delà de la RDC ?

30/11/2018 par w@z@06 1
La compagnie congolaise Gécamines a publié mercredi, un rapport dans lequel elle réfute toutes les allégations «outrancières et systématiques» des ONG (en l’occurrence Global Witness, Carter Center, ou encore Enough Project) qui la soupçonnent de «détournements».
Intitulé «La vérité sur les mensonges des ONG en République Démocratique du Congo – Ou comment sous couvert de morale, on voudrait priver le pays de sa souveraineté sur ses matières premières », le rapport répond aux accusations portées à l’endroit de la société y compris le caractère «prétendument non transparent de ses finances».
La preuve par les faits sur les accusations des ONG
Ainsi, accusé d’avoir détourné 750 millions $ sur les 1 575 milliards de revenus des partenariats perçus entre 2011 et 2014, Gécamines a déclaré que «le montant réel des revenus sur la période s’élève à 1,294 milliard $» et 100% de ces fonds sont dans les états financiers. En ce qui concerne le point selon lequel elle ne contribuerait pas au budget de l’Etat, les données du rapport indiquent qu’entre 2009 et 2016, ses avances à valoir sur fiscalité s’élèvent à 301 millions $. Aussi l’entreprise congolaise précise avoir investi 860 millions $, entre 2010 et 2014 dans ses opérations et de nouveaux projets.
Quant aux accusations de corruption et de détournement de fonds au profit du pouvoir en place, Gécamines estime qu’elle n’est pas la cause du déséquilibre dans la répartition des richesses du pays. «C’est l’impact du code minier de 2002 et du système mis en place par les sociétés multinationales du secteur minier, qui conduit à priver l’État et Gécamines de bénéfices attendus.», affirme-t-elle.
30/11/2018 par w@z@06 1
Dans le rapport disponible sur son site, Gécamines accuse les organisations de manipuler les opinions publiques, «sans reculer devant quelque arrangement avec la réalité». Elle a déclaré qu’elle ne restera pas silencieuse face à ces allégations destinées à «servir les mêmes intérêts qui, partout dans le monde, voient d’un mauvais œil les pays en développement qui ont fait le choix légitime de se réapproprier leurs ressources naturelles et d’imposer un meilleur partage des revenus entre les investisseurs et les pays hôtes».
«Ce débat dépasse, à l’évidence, la situation particulière de Gécamines et de la RDC. C’est le défi posé à tous les pays miniers de continent africain qui ne peuvent se glorifier de continuer à quémander l’assistance internationale alors que la récupération et le bon usage d’une partie seulement de la richesse tirée de leur sous-sol, changeraient radicalement la donne.», déclare-t-elle.
Plus tôt cette année, Albert Yuma (photo), le président du Conseil d’administration de Gécamines, a indiqué que la compagnie veut renégocier les contrats conclus avec ses partenaires internationaux, afin de donner à l’Etat, son unique actionnaire, une plus grande part des revenus. Ainsi, en juin dernier, l’on apprend qu’elle a conclu avec Katanga Mining et sa société mère Glencore, un nouvel accord de partenariat «gagnant-gagnant», en règlement de leur contentieux à propos de Kamoto Copper Company, accord qui ne devrait pas être le dernier.
30/11/2018 par w@z@06 0
Un avis, Thierry ?
30/11/2018 par w@z@06 1
http://www.gecamines.cd/rapport.html

Bonne lecture.

On en reparle quand tu veux.

W@z@
05/12/2018 par w@z@06 1
La société congolaise Gécamines a annoncé lundi, qu’elle a conclu avec le Chinois Hongkong Excellen Mining Investment, une convention de partenariat structurée sur un modèle de partage de production.
L’accord porte, apprend-on, sur l’exploitation des gisements de Kingamyambo et Kilamusembo, dont les réserves pourraient dépasser de 1 000 000 tonnes de cuivre et 100 000 tonnes de cobalt.
Selon la structuration inspirée de la pratique pétrolière et gazière, Gécamines deviendra, dès l’entrée en production, propriétaire d’une part significative de la production de cuivre et de cobalt pendant toute la durée de vie de la mine, quels que soient les résultats financiers du projet.
«Gécamines se félicite de la conclusion de ce projet novateur avec un acteur de référence de la fabrication de batteries lithium-ion et de leurs divers composants, qui confirme, l’attractivité de la RDC pour les groupes internationaux privés.», a déclaré la compagnie dans un communiqué.
Elle a indiqué que la convention s’inscrit dans la stratégie de redéfinition de ses partenariats, actuels et futurs, vers un meilleur partage des revenus et retombées pour Gécamines et la RDC.
05/12/2018 par w@z@06 1
A suivre.
17/01/2019 par w@z@06 1
Tant que les valises circuleront au sommet de l'Etat, ZCCM-IH sera sous côtée, le drame Africain dans toute sa misère.

La compagnie minière First Quantum Minerals, active en Afrique sur plusieurs projets de cuivre, a rapporté une production et des ventes record pour 2018. La production totale de cuivre a totalisé 605 853 tonnes, en hausse de 6% par rapport à 2017, et les volumes de ventes, 596 513 tonnes (+3%).
Selon le bilan publié cette semaine par la société, ses mines zambiennes ont positivement contribué à cette performance. La mine Kansanshi a produit 251 552 tonnes de cuivre, contre 250 801 t en 2017, tandis que celle de Sentinel a produit 223 656 tonnes, en hausse par rapport aux 190 683 t de 2017.
Pendant ce temps, la production de l'opération mauritanienne de la compagnie a légèrement baissé, totalisant 28 137 t de cuivre (contre 28 791 t en 2017), et 45 974 oz d'or (contre 49 213 oz en 2017).
Rappelons que First Quantum, comme la plupart des compagnies cuprifères actives en Zambie, est en litige avec le gouvernement du pays au sujet des réformes fiscales introduites cette année. La compagnie canadienne First Quantum Minerals a déclaré fin décembre, qu’elle licencierait 2 500 employés sur ses mines zambiennes si les augmentations de taxes devenaient effectives.
Lire aussi :
20/01/2019 par w@z@06 1
Presque aucune des sociétés où nous sommes minoritaires de dégagent de profits, c'est un scandale d'Etat.
De plus tant que la gouvernance de ZCCM-IH ne changera pas, le cours n'évoluera pas non plus de manière significative.
La plupart des actionnaires le sont depuis des années et sans doute la majorité sont en moins values, ils attendent presque tous un cours décent pour s'en sortir avec le minimum de dégât.
Si la gestion de la société ne change pas, faut pas s'attendre à un miracle, et ce même avec un PER dérisoire.
Le dividende permet néanmoins d'attendre plus sereinement.
TradingSat
Portefeuille Trading
+284.40 % vs +3.66 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat