ZCCM

MLZAM - ZM0000000037 SRD PEA PEA-PME
1.100 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Qui donne à Lungu tous ces mauvais conseils ?

26/06/2020 par w@z@06 2
Kaizer, Amos sont partis, alors qui donne à Lungu tous ces mauvais conseils ?

25 juin 2020

Le président Edgar Lungu lors de la célébration de la Journée internationale de la femme de cette année au Showground de Lusaka le 9 mars 2020 Photo de Tenson Mkhala
« EDGAR Lungu est un homme bon, mais les gens autour de lui sont mauvais ». Nous ne pouvons pas compter combien de fois nous avons entendu cette expression avant. Au début, c’était logique, certaines mauvaises décisions que nous avons vu sortir de la Chambre d’État ne pouvait pas avoir de sens étant attribuée au chef de l’Etat. De mauvaises déclarations convenaient aux « mauvais conseillers » et, en fait, ils ont pris le blâme pour tout ce qui est insensé qui est sorti de la présidence.

À l’époque de Kaizer Zulu et d’Amos Chanda, le président Lungu a réussi à se cacher de l’examen public. Il se portait comme un père responsable qui avait des fils mécontents, têtus et indomptés. Tout le monde a posé la question, pourquoi le président Lungu garde-t-il ses conseillers têtus ? Ne voit-il pas qu’ils le rendent impopulaire ? En tant que journal, nous avons écrit des commentaires éditoriaux, beaucoup d’entre eux condamnant la conduite des assistants présidentiels à state house.

Au crédit du président (on dirait) il les a laissés partir, l’un après l’autre, dans des circonstances très inhabituelles. Cela fait plus d’un an aujourd’hui que M. Amos Chanda a quitté state house et cela fera bientôt un an que M. Kaizer Zulu a été congédié. Le Président a un nouveau conseiller politique et un nouvel attaché de presse. Quoi qu’il en soit, ce sont les conseillers présidentiels les plus silencieux que vous puissiez rencontrer. Ils sont tout à fait un contraste avec leurs prédécesseurs.

La question à laquelle nous sommes maintenant confrontés en tant que citoyens est donc la suivante : comment cela a-t-il aidé State House? Cette décision a-t-elle contribué à faire ressortir le côté glorieux du président Lungu ? State House prend-elle des décisions plus raisonnables maintenant? La présidence est-elle plus digne maintenant ? La réponse est un non catégorique! En fait, le fait que ces nouveaux conseillers ne soient pas (encore) impliqués dans des controverses laisse le président absolument nu. Tout ce qui vient de State House vient directement de la bouche du président Lungu. Ils l’ont laissé dis-le lui-même afin que les gens puissent le voir pour ce qu’il est.

D’un point de vue strictement politique, on pourrait soutenir que le président Adada a effectivement fait une erreur de laisser partir ses « stooges » parce que maintenant tout le pays peut voir la limite de son raisonnement. Nous nous souvenons de la façon dont l’honorable Chishimba Kambwili, M. Peter Sinkamba et d’autres critiques ont condamné M. Chanda pour avoir « dépassé ses limites ». On lui a dit à plusieurs reprises de s’en tenir à sa voie en tant que porte-parole, mais l’ancien assistant défierait cela et accepterait d’avoir l’air ridicule dans un effort pour rendre son patron raisonnable.

Nous voici aujourd’hui, il n’y a personne à blâmer pour les bévues du chef de l’Etat. Regardons la protestation des jeunes par exemple. Le Président Lungu a personnellement demandé au ministre de l’Intérieur de s’assurer que toute personne qui participera à la manifestation pour la corruption et la liberté soit arrêtée. « Ceux d’entre vous à Lusaka qui complotent pour apporter le chaos en disant 'nous allons manifester, non, nous ferons cela', la liberté d’expression, la liberté d’insulter les gens, nous traiterons avec vous en vertu de la loi, 'Nous voulons la liberté! Nous voulons la liberté, [la liberté] de faire du bruit? « , Kampikongo face à ces garçons », a déclaré le président Lungu. Est-il raisonnable pour un président sobre d’émettre une telle directive?

Qu’y a-t-il de mal à ce que les citoyens ne soient pas d’accord avec les déclarations et les décisions prises par ceux qu’ils ont élus au pouvoir? Qu’est-ce que le président Lungu et son gouvernement ont perdu depuis que ces jeunes ont déjoué la police et mené leur protestation dans la brousse? Où est le chaos que le président a dit que les jeunes manifestants provoqueraient? Certes, la directive du président Lungu aurait été comprise, si elle n’était pas tolérée, si elle venait d’un conseiller, et non d’un chef d’État démocratiquement élu.

En revanche, nous nous rappelons un incident survenu en août 2017 lorsque le dirigeant de l’UPND, Hakainde Hichilema, a été libéré de prison après des mois d’incarcération. Un groupe de sympathisants a organisé ce qu’ils ont appelé « merci de faire des prières », mais la police a interdit le rassemblement de l’église en disant que les organisateurs n’avaient pas de permis de police. Nous rappelons que c’est Amos Chanda qui a convaincu le commandement de la police d’annuler l’interdiction et que le rassemblement s’est poursuivi.

Toujours en octobre 2018, un groupe d’organisations de la société civile a demandé un permis pour organiser une manifestation contre la corruption et la mauvaise gouvernance sur le terrain du Parlement, a objecté le commandement de la police à Lusaka. Lorsque les organisateurs de la manifestation ont lancé un appel au ministre de l’Intérieur, l’honorable Stephen Kampyongo a choqué le pays en annulant la décision de la police et en permettant à la manifestation d’aller de l’avant. Il a ensuite envoyé des policiers pour protéger les manifestants et les cadres du PF qui ont tenté d’intervenir ont été brutalement malmenés par la police. Ces deux rares décisions du ministre et de l’attaché de presse ont été prises sans aucune directive connue du Président.

Nous essayons de comparer ce record au récit selon lequel « le président Lungu est un homme bon, mais les gens autour de lui sont mauvais ». Nous ne savons pas s’il y a encore des gens qui peuvent acheter cette histoire. Quelles mauvaises personnes entourent le président allons-nous blâmer pour les habitudes dictatoriales de M. Lungu maintenant qu’Amos et Kaizer ne sont plus à State House? Qui l’a incité à mettre une prime sur la tête de Pilato, B-Flow et les autres jeunes manifestants?

Nous n’avons plus besoin de faire semblant. Il n’y a personne autour du président Lungu qui l’a rendu impopulaire. Il n’y a aucune décision qu’il a prise ou une déclaration qu’il a faite qui peut être blâmée sur des conseils mal. Lorsqu’il déclare que les manifestations publiques sont un crime, il ne le fait pas parce que quelqu’un l’a induit en erreur. En fait, c’est lui qui a trompé les gens qui l’entourent, leur donnant des pouvoirs qu’ils n’ont pas, approuvant la corruption et défendant les actes dictatoriaux de ses ministres. À notre avis, les gens autour du président Lungu sont bons, mais le président est mauvais.
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.70 % vs -0.01 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat