ZCCM

MLZAM - ZM0000000037 SRD PEA PEA-PME
1.100 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris

CEC | Résumé des résultats semestriels non audités 2020

21/08/2020 par w@z@06 4
CEC | Résumé des résultats semestriels non audités 2020
20 août 2020 13h28


Conformément aux exigences de la loi sur les valeurs mobilières et des règles de cotation de la Bourse de valeurs de Lusaka, la Copperbelt Energy Corporation Plc (CEC) annonce ses résultats non audités pour la période close le 30 juin 2020.

Introduction
L’activité principale de la CEC est la fourniture d’électricité aux mines de la province de Copperbelt en Zambie et des provinces du Haut-Katanga et de Lualaba en République démocratique du Congo (RDC), où nous travaillons avec la SNEL (service public d’électricité de la RDC). CEC fournit également des services de roulage à des tiers, y compris ZESCO Ltd (ZESCO), et exploite la section zambienne de l'interconnexion en RDC.

II. Principaux développements au cours de la période
Le 31 mars 2020, à la suite de l'échec des négociations entre ZESCO et la société, l'accord de fourniture en vrac (BSA) a pris fin par efflux de temps. Le BSA entre ZESCO et la Société a été conclu le 21 novembre 1997 et il (i) sous-tendait la fourniture de services de roulage pour le compte de ZESCO pour ses clients non miniers dans la Copperbelt, et (ii) ancrait l'énergie fournie par ZESCO pour la vente aux sociétés minières de la Copperbelt. Malgré la résiliation du BSA, les parties - GRZ, ZESCO et CEC - ont convenu de continuer à faciliter un approvisionnement efficace et économique en énergie aux consommateurs de la Copperbelt.

Le 31 mai 2020, l'accord de fourniture d'électricité (PSA) de la société avec Konkola Copper Mines Plc (KCM), avec un encours de dette de 144,7 millions USD à cette date, a pris fin par efflux de temps. Deux jours avant l'expiration de la PSA, le ministre de l'Énergie a déclaré comme transporteur public tous les actifs de transport et de distribution de la Société par la publication de l'instrument statutaire n ° 57 de 2020 (SI 57). Le jour même de la fin du PSA, le Conseil de régulation de l’énergie a prescrit un tarif provisoire pour l’utilisation par des tiers du réseau de la CEC à 5,84 cents US le kWh, soit environ 30% du tarif de réseau actuel de la société.

L'implication commerciale des actions ci-dessus est: (i) un déplacement de la charge de KCM du segment de l'approvisionnement vers le segment de l'utilisation du système qui a, à certains égards, partiellement atténué le risque de crédit de KCM en cours, reconnaissant cependant que la dette de 144,7 millions USD au 30 juin 2020 reste impayé; (ii) malgré l'expiration du BSA, l'approvisionnement des clients de CEC se poursuivra et CEC a continué de fournir des services de roulage au nom de ZESCO à ses clients dans la Copperbelt. Le risque lié à l'exploitation sans contrats clés ne peut être surestimé car il a le potentiel de déclencher des litiges prolongés.

III. Faits saillants financiers
Le chiffre d'affaires a diminué de 2%, passant de 206,437 millions USD en 2019 à 201,857 millions USD en 2020, principalement en raison d'une réduction de la demande d'électricité de nos clients miniers en Zambie. Une fois segmentés, les revenus de l'approvisionnement local ont diminué de 2% en raison de la réduction de la demande à la suite des défis opérationnels d'un certain nombre de sociétés minières ainsi que de l'effet du transfert de charge KCM. Sur une note positive, les revenus des services de roulage ont augmenté de 25% grâce à la réduction des délestages de ZESCO aux clients non miniers par rapport à la période précédente comparable. L'alimentation électrique régionale a augmenté de 3% suite à une augmentation de la clientèle.

Enfin, un nouveau segment d'utilisation du système de transport a été introduit suite au transfert de la charge KCM de l'alimentation locale.

Le défaut de paiement continu de KCM a entraîné une augmentation de la dépréciation des pertes de crédit attendues de 60,834 millions USD, passant de 28,829 millions USD en 2019 à 89,663 millions USD. En conséquence, la société a enregistré une perte de 32,458 millions USD pour la période, contre un bénéfice de 7,832 millions USD l'année précédente.

Les difficultés liées à la collecte des remboursements de taxe sur la valeur ajoutée se sont poursuivies au cours de la période et à la date de reporting, environ 17 millions de dollars américains restaient non recouvrés.

Malgré les défis mentionnés ci-dessus en ce qui concerne les recouvrements de trésorerie, une combinaison de facteurs, y compris notre gestion prudente du fonds de roulement, l'effet de la pandémie COVID-19 et l'annulation ou la mise en œuvre retardée de projets ou de programmes de maintenance ainsi que des mesures de maîtrise des coûts, ont entraîné des liquidités. flux d'exploitation de 19,235 millions USD (2019: 2,732 millions USD) et un solde de trésorerie de 89,098 millions USD (2019: 73,900 millions USD). Le solde de trésorerie est en partie stimulé par les liquidités soumises à restrictions. Se référer à la note 1 ci-dessus

IV. Dividendes proposés et payés
CEC s'engage à fournir des rendements durables pour les actionnaires grâce à la distribution de dividendes et à l'appréciation du cours de l'action, motivés par la performance financière et opérationnelle. La matérialisation des différents risques évoqués ci-dessus a conduit le Conseil à ne pas déclarer de dividende au cours de la période sous revue. Le conseil continue d'évaluer et d'examiner la situation financière de la société ainsi que sa capacité et le moment de toute déclaration et paiement de dividendes. Le dividende de l'année précédente déclaré et payé s'élevait à 30,875 millions USD, soit 1,9 cents américains par action.

V. Mise à jour des performances opérationnelles
Nos clients ont consommé environ 1% d'énergie en moins à 1636 GWh par rapport à 1638 GWh au cours de la même période en 2019. Fondamentalement, les perspectives de reprise de la demande et de croissance, à moyen terme, restent très bonnes car certains projets d'expansion des clients sont en voie d'achèvement tandis que d'autres le sont. en phase de montée en puissance.

Positivement, sur le marché de la RDC, le segment du commerce d'électricité s'est amélioré grâce à la croissance de la clientèle et à la reprise de la demande d'électricité qui en a résulté, ce qui a entraîné une augmentation des volumes échangés de 328,199 GWh à 333,421 GWh. La Société, après avoir prolongé la durée de tous ses principaux PPA et signé un certain nombre de nouveaux clients, reste convaincue que cette tendance à la hausse de la demande sur le marché de la RDC se poursuivra au cours du second semestre de l'année.

La Zambie a reçu des précipitations moyennes à normales pendant la saison des pluies 2019/20, ce qui a conduit à d'importants réservoirs des centrales hydroélectriques du pays recevant de fortes entrées d'eau. Cependant, cela n'a pas permis d'améliorer considérablement les niveaux des réservoirs. Cela est dû au fait que le pays a reçu des précipitations inférieures à la moyenne pendant la saison des pluies 2018/19, ce qui a conduit les principaux réservoirs du comté à recevoir des apports d'eau inférieurs à la normale. Par conséquent, des initiatives de gestion de la charge ont continué à être déployées à travers le pays pour aider à gérer le manque d'électricité. La consommation d'énergie réduite de nos clients, tout en ayant un impact sur nos revenus, a jusqu'à présent été utile pour atténuer le déficit d'approvisionnement.

Les performances de notre réseau électrique ont été satisfaisantes car nous continuons à respecter nos référentiels techniques fixés en matière de disponibilité et de qualité de l'approvisionnement. Au niveau national, les inquiétudes quant à la disponibilité d'une électricité adéquate ont persisté car les niveaux d'eau dans le réservoir de Kariba, bien qu'en amélioration, restent relativement bas.

VI. Santé, sécurité, environnement et social (HSES)
La performance de HSES continue d'impressionner car aucun décès ou violation de la réglementation environnementale n'a été enregistré au cours de la période. De plus, nous avons prolongé les heures de travail sans accident avec arrêt de travail basé sur un système de 5,540 millions à la fin de juin 2019 à 7,332 millions. Il y a eu une réduction des accidents de la route qui, dans une certaine mesure, pourrait être attribuée à la réduction du nombre de déplacements liés au travail du système pendant cette période de la pandémie COVID-19 comme certains des travaux de maintenance sur le système et certains projets ont été reportés pour favoriser l'adhésion aux protocoles de santé visant à contrôler et contenir la propagation de la maladie. Bien que nous continuions avec nos mesures proactives standard pour améliorer les niveaux élevés d'intendance HSE professionnelle, il est clair que les statistiques dans ce domaine sont sur une tendance à la baisse car certaines des choses que nous ferions normalement sont reportées dans un effort pour adhérer au COVID. -19 protocoles. À cet égard, les statistiques reflètent le niveau d'activité réduit sur le réseau, y compris le nombre de projets mis en œuvre.

VII. Perspective
Pour l'avenir, les perspectives macroéconomiques des marchés sur lesquels nous opérons sont incertaines, tandis que l'environnement opérationnel devrait rester difficile. Plus précisément, l'incertitude concerne les principaux risques mis en évidence ci-dessous, qui constitueront notre objectif.

Les défis persistants chez KCM qui, en partie, ont entraîné leur défaut de paiement et plus fondamentalement, il n'y a pas de solution immédiate à ces défis ni pour remédier à leur défaut de paiement de 144,7 millions USD. Nous poursuivons divers efforts sur différents fronts, y compris les engagements et les interventions judiciaires, pour trouver des moyens efficaces de recouvrer cette dette. L'encours de la dette de KCM représente un risque élevé pour la performance financière et la viabilité de l'entreprise.
Résolution des accords clés sous-tendant l'alimentation électrique, acheminement par ZESCO via notre réseau vers les clients non miniers de la Copperbelt et utilisation du transport des accords de réseau, entre CEC et ZESCO d'une part et CEC et KCM d'autre part, affaires avec les deux ZESCO et KCM a continué sans contrats fermes en place. Cela expose la Société à des différends continus quant aux conditions commerciales applicables dans ses relations commerciales avec ces parties. Nous poursuivons nos efforts pour trouver des solutions en cherchant à ce que toutes les parties s'engagent de bonne foi à conclure des accords commerciaux mutuellement avantageux entre elles.
Alors que les implications financières en suspens de la pandémie de COVID-19 doivent encore évoluer et que l'impact économique de la maladie sur nos activités reste indéterminé, il est peu probable qu'il soit significativement différent de la tendance observée au cours des premiers mois de 2020 à travers le monde. Autant dire que les experts projettent de nouvelles ondes de coronavirus pour continuer à éclater jusqu'à ce qu'un vaccin soit développé. Notre modèle d'entreprise et notre secteur, bien que considérés comme étant plus résilients que de nombreux autres secteurs, ne sont pas à l'abri des défis liés à cette pandémie, d'autant plus que sa durée et son impact ne peuvent être prévus avec précision. La Société connaît une réduction de la charge minière induite en partie par des changements dans les modalités d'exploitation de nos clients, motivés par la nécessité de s'adapter aux nouvelles façons de faire comme le travail à distance, la nécessité de soutenir et de mettre en œuvre la distanciation sociale ainsi que l'impact de la réduction des déplacements et son impact sur la chaîne d'approvisionnement des biens et services pertinents pour la mise en œuvre de projets et d'opérations. Au milieu de tous ces défis, notre priorité numéro un est la santé et la sécurité de notre personnel. Afin de contribuer à ralentir la propagation du virus et à assurer la sécurité de nos employés, nous avons amélioré nos pratiques d'hygiène, divisé nos équipes de base en des lieux distincts, exigé de tous ceux qui le pouvaient, de travailler à domicile et une distance accrue entre les collègues qui doivent travailler ensemble. Nous avons mis en œuvre de temps à autre des réponses appropriées conformément à nos plans de gestion de crise tout en continuant à servir nos clients; étant donné que l'alimentation électrique est un service essentiel de l'économie.
Par ordre du conseil

Julia C Z Chaila (Mme)
Secrétaire de la Société
25/08/2020 par w@z@06 3
L’impasse entre la Copperbelt Energy Corporation (CEC) et Zesco Limited a réduit la confiance des investisseurs et aura un impact négatif sur les entrées d’investissements directs étrangers (IDE) indispensables dans le secteur de l’énergie en Zambie, selon Bright Chizonde, économiste principal de Public Financial Management Consult.

Et Chizonde dit que le ministère de l’Énergie n’a pas fourni des orientations politiques claires pour fournir un leadership dans la résolution du différend entre les services publics d’électricité comme en témoigne son rôle déplacé dans l’ensemble du processus.

Répondant à une question de presse, M. Chizonde a déploré que le différend CEC-Zesco ait réduit la confiance des investisseurs, ce qui aurait un impact négatif sur l’afflux d’IED indispensable dans le secteur de l’énergie.

« L’impasse a réduit la confiance des investisseurs et aura donc un impact négatif sur l’afflux d’IED indispensable dans le secteur de l’énergie. Cet impact sera à la fois à court et à long terme, mais sera certainement plus prononcé à long terme. À l’heure où le pays est aux prises avec une crise énergétique, nous devions attirer des investissements dans le secteur en protégeant les droits de propriété et en créant un environnement propice à l’augmentation des investissements », a déclaré M. Chizonde.

Il a déclaré que la chute spectaculaire du cours de l’action de CEC à la Lusaka Securities Exchange (LuSE) était attribuable à l’échec de Zesco à renouveler l’accord d’approvisionnement en vrac (BSA) qui a expiré.

Le cours de l’action de CEC sur le LuSE a chuté à K0,76 par action vendredi de K1,21 à la fin des échanges le 12 Juin à la suite de BSA de l’entreprise de services publics, qui a expiré le 31 Mars 2020.

« Il ne fait aucun doute que la performance historique de la CEC sur le LuSE est directement liée aux gains de la BSA. La chute du cours de l’action de la CEC peut donc être liée à des sentiments d’investissement négatifs et à des perspectives créées par l’impasse. Tout investisseur en actions sera prudent quant à l’investissement dans les actions de CEC parce que les gains ne seront pas autant que lorsque cet accord était en place », a-t-il observé.

Et Chizonde, un ancien chercheur du Centre for Trade Policy and Development (CTPD), a déclaré que le ministère de l’Énergie n’avait pas fourni d’orientations politiques claires pour assurer un leadership pour résoudre le différend entre les deux services publics d’électricité.

« Le ministère semble avoir égaré son rôle dans ce processus. On s’attend à ce que le gouvernement s’occupe de l’échec du marché afin de rétablir l’efficacité. Le Ministère aurait dû rapidement faciliter la mise en place d’un nouvel accord afin de protéger les intérêts des investisseurs tant sur les marchés financiers que dans le secteur minier en général, ainsi que de garantir l’emploi généré par ces entités. Par conséquent, en jouant un rôle aussi neutre, le gouvernement n’aurait pas dû utiliser son monopole politique pour reprendre les actifs privés de la CEC. Il est plus logique de faire des lignes de distribution et de l’infrastructure de Zesco un transporteur commun afin d’attirer des investissements privés en réduisant les coûts d’immobilisation », a déclaré M. Chizonde.

Le mois dernier, le secrétaire permanent de l’énergie Trevor Kaunda a déclaré que le ministère de l’Énergie était en train d’examiner l’instrument législatif controversé numéro 57 de 2020, qui avait déclaré l’infrastructure de la CEC comme transporteur commun, pour permettre à d’autres services publics d’électricité ont accès à l’infrastructure de Zesco de la même manière Zesco a accès aux lignes de transport et de distribution de la CEC sur la Copperbelt.

À la suite de cette déclaration, la compagnie nationale d’électricité a signé un accord d’approvisionnement en électricité avec Konkola Copper Mines, le plus gros client de CEC, bien que la société minière devait encore plus de 144 millions de dollars américains à l’entreprise de services publics basée à Kitwe en factures d’électricité impayées.
27/08/2020 par w@z@06 1
Copperbelt Energy Corporation Plc (CEC) a enregistré des pertes de près de 32,5 millions de dollars américains au cours de sa période semestrielle se terminant le 30 juin 2020, principalement en cas d’échec de Konkola Copper Mines à régler sa dette envers la première.

Selon ses résultats financiers non vérifiés pour la période se terminant le 30 juin, la CEC a annoncé avoir subi des pertes de près de 32,5 millions de dollars pour la période considérée, comparativement à un bénéfice de 7,8 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent, principalement attribuable à l’incapacité de KCM à régler ses factures d’électricité s’élevant à plus de 144 millions de dollars.

Les données montrent également que les revenus bruts de la compagnie d’électricité basée à Kitwe ont également diminué de deux pour cent pour s’établir à 201,9 millions de dollars au cours de la même période, comparativement à 206,4 millions de dollars, principalement en raison d’une réduction de la demande d’électricité de ses clients miniers zambiens.

« Le défaut de paiement continu de KCM a entraîné une augmentation de la dépréciation prévue déclarée de la perte de crédit de 60,834 millions $US, passant de 28,829 millions $US en 2019 à 89,663 millions $US. En conséquence, la société a déclaré une perte de 32,458 millions $US pour la période, comparativement à un bénéfice de 7,832 millions $US l’année précédente », peut-on lire dans le communiqué de résultats de la Société publié par l’intermédiaire de son courtier commanditaire, Stockbrokers Zambia Limited.

« Le chiffre d’affaires a diminué de deux pour cent, passant de 206,437 millions de dollars EU en 2019 à 201,857 millions de dollars EU en 2020, principalement en raison d’une réduction de la demande d’électricité de nos clients miniers en Zambie. Lorsqu’ils sont segmentés, les revenus tirés de l’offre locale ont diminué de deux pour cent en raison de la réduction de la demande à la suite des difficultés opérationnelles d’un certain nombre de sociétés minières ainsi que de l’effet du transfert de charge de KCM.

La société a toutefois ajouté que les revenus tirés de ses services de roulage ont augmenté de 25 % en ce qui a attestant la charge réduite de Zesco, tandis que son solde de trésorerie a augmenté à 89,1 millions de dollars au cours de la période se terminant le 30 juin, comparativement à 73,9 millions de dollars l’an dernier.

« Sur une note positive, le chiffre d’affaires des services de roulage a augmenté de 25 % en ce qui concerne la réduction de la charge de Zesco pour les clients non miniers par rapport à la période précédente comparable. L’approvisionnement régional en électricité a augmenté de 3 % à la suite d’une augmentation de la clientèle. Enfin, un nouveau segment d’utilisation du système de transmission a été introduit à la suite du transfert de la charge KCM de l’approvisionnement local », a déclaré la CEC.

Entre-temps, la CEC a averti que le facteur de risque lié à l’exploitation sans contrats clés avec Zesco ou KCM risquait de déclencher des litiges prolongés.

Cela fait suite à l’expiration de son accord d’approvisionnement en vrac (BSA) avec Zesco le 31 mars de cette année, tandis que Zesco a signé un accord distinct d’approvisionnement en électricité (PSA) avec KCM en juin, peu après que le ministre de l’Énergie, Mathew Nkhuwa, eut publié l’instrument statutaire numéro 57 de 2020, qui a déclaré les actifs de distribution et de transmission de LAC comme transporteur commun.

L’IS est actuellement contestée et fait l’objet de procédures judiciaires en cours, car la CEC et Zesco cherchent à reprendre les pourparlers en faveur de la possibilité d’une BSA révisée.
28/08/2020 par w@z@06 1
Mise à jour des performances et des opérations
Le secteur a été confronté à un environnement commercial difficile au cours de l'année, caractérisé par demande supprimée par la catégorie de clients miniers en Zambie, défis opérationnels affectant nos deux plus gros clients, KCM et Mopani Copper Mines Plc (MCM), et le déficit d’électricité à l’échelle du pays qui résultait des bas niveaux d’eau dans le pays réservoirs hydroélectriques occasionnés par de faibles précipitations au cours de l'année hydrologique 2018/19. KCM est
l'objet d'une procédure de liquidation engagée par ZCCM-IH (l'un de ses
actionnaires) tandis que l'arrêt prévu de la fonderie à MCM.
La révision, a eu pour effet de réduire la demande à la mine d'environ 35%. Les défis chez KCM se sont manifestés par le fait que le client n'a pas payé la puissance consommée, ce qui a entraîné la société a pris d'importantes dépréciations au cours de l'année. Cela reste une réoccupation majeure pour l'entreprise, obligeant la Société à prendre des mesures pour limiter son exposition si le le client ne trouve pas de solution durable dans l'année à venir. Pendant que l'exploitation minière
les clients ont reçu la pleine puissance requise, le programme de gestion de la charge a été lancé dans tout le pays, la demande a été réduite dans le segment des roues domestiques du affaires d’environ 7%. Des défis similaires du côté de l'offre ont été signalés toute la région de la Communauté de développement de l'Afrique australe dans un contexte de croissance demande. Les défis d'approvisionnement sur le marché régional ont un impact direct sur notre capacité à
répondre aux exigences de notre marché en RDC. Malgré ces défis, notre activité en RDC segment a poursuivi sa trajectoire ascendante au cours de l'année; croissance de 25% sur une base annuelle. Sur le plan technique, le réseau électrique a bien fonctionné, répondant à l'ensemble
des critères de disponibilité et de fiabilité. Ceci malgré les pénuries de courant à travers le région qui continue de présenter des risques opérationnels pour le réseau.
28/08/2020 par w@z@06 1
La CEC se félicite du rejet de l’injonction intérimaire conjointe ZESCO/KCM

Août 27, 2020 17:22

La Copperbelt Energy Corporation Plc (CEC) se félicite de la décharge par la Haute Cour de Lusaka de l’injonction provisoire qui avait été accordée le 3 juin 2020 à ZESCO Limited (ZECSO) et Konkola Copper Mines Plc (KCM) contre CEC à la suite d’une demande conjointe ex parte par les deux parties.

ZESCO et KCM ont demandé au tribunal d’empêcher la CEC d'« nterfére » dans un arrangement d’alimentation électrique entre eux en limitant l’alimentation à KCM après l’expiration de l’accord d’alimentation électrique entre CEC et KCM. KCM a ensuite contracté pour être fourni par ZESCO en utilisant l’infrastructure de transmission et de distribution de CEC.

« La CEC a toujours été d’avis que les accords commerciaux devraient être honorés et respectés dans l’intérêt de toutes les entreprises, de leurs investisseurs et de toutes les autres parties prenantes. Nous réitérons que les parties devraient engager un dialogue constructif pour résoudre ces questions et rester dans l’attente que KCM vienne à la table avec des solutions réalisables sur l’encours de leur dette en souffrance de 144,7 millions usd envers la CEC. Il est également important que des accords fermes qui sous-tendent les transactions dans les industries de l’énergie et des mines soient en place pour le bon fonctionnement des secteurs et des entités et pour susciter la certitude pour les décisions commerciales », a déclaré le directeur général, Owen Silavwe.

Cette décision fait suite au rejet par la Haute Cour de Kitwe, le 31 juillet 2020, de l’injonction provisoire intentée par KCM contre la CEC pour restreindre la restriction de pouvoir alors prévue de la Société à KCM pour défaut de paiement de sa dette en souffrance à CEC pour l’électricité qu’elle a fournie et consommée.

La CEC prend note des deux décisions et espère que toutes les parties profiteront de l’occasion pour s’engager de bonne foi et régler toutes les questions en suspens, y compris la dette et les contrats commerciaux, sans lesquels il deviendra plus difficile pour la Société de continuer à fournir un service fiable.

Notes pour les éditeurs:

La CEC a entamé le processus d’arrêt de la fourniture d’électricité à KCM à la suite de multiples tentatives visant à régler la dette impayée de KCM en frais d’électricité impayés, qui s’élevait à 144,7 millions usd le 31 mai 2020, date à laquelle le contrat entre les parties a expiré. KCM n’a pas tenté de régler ses dettes depuis décembre 2019 et n’a donc laissé d’autre choix qu’à CEC pour protéger ses droits commerciaux et préserver la valeur de ses activités.

La CEC a avisé KCM à plusieurs reprises que son électricité serait limitée si elle ne réglait pas ses factures d’électricité. Conformément à l’article 13 d) de l’Accord sur l’alimentation électrique entre les deux parties, LAC avait le droit de suspendre l’alimentation électrique si la dette restait impayée au-delà de 45 jours. Le dernier paiement effectué à CEC par KCM a eu pour résultat en décembre 2019.

Les restrictions ont eu lieu le 1er juin 2020, un jour après l’expiration de l’accord d’approvisionnement en électricité entre les deux parties. Comme l’a montré la récente décision de justice, il n’y avait aucune preuve de dommages irréparables aux mines. Les restrictions maintenaient un minimum d’énergie aux mines en tout temps et étaient coordonnées à l’avance avec les équipes techniques de la KCM afin de protéger à la fois les personnes et les biens. Les restrictions ont duré quelques heures jusqu’à ce que les représentants du gouvernement demandent à la CEC de renouveler le plein pouvoir.
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.80 % vs -4.86 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat