ZCCM

MLZAM - ZM0000000037 SRD PEA PEA-PME
1.100 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris

CEC : KCM paiera ses dettes lors de la vente

25/06/2020 par w@z@06 4
Le liquidateur provisoire de KONKOLA Copper Mines (KCM), Milingo Lungu, affirme que la société minière a conclu une entente avec Copperbelt Energy Corporation (CEC) Plc selon laquelle la dette de 144 millions de dollars américains due à la compagnie d’électricité serait entièrement réglée une fois vendue. Dans une interview, Milingo a déclaré que la mine n’a pas refusé unilatéralement d’effacer la dette. « Tout d’abord, avec la CEC, lorsque le processus de liquidation a commencé, nous avons conclu une entente dans laquelle il a été convenu entre nous et la CEC que la facture s’accumulera jusqu’à ce que la mine soit vendue
25/06/2020 par w@z@06 4
L'économiste du commerce international Trevor Simumba a mis au défi le ministre de l'Énergie, Mathew Nkhuwa, de rendre public l'instrument statutaire par lequel il a déclaré toutes les lignes de transport et de distribution du pays, y compris Zesco, comme transporteur public. Dans une interview, Simumba a déclaré qu'il était à la fois choqué et intrigué d'entendre le ministre hardiment faire une telle déclaration alors qu'il n'y a aucune preuve dans le domaine public pour soutenir une telle affirmation. «L'article 15 de la loi sur l'électricité de 2019, que le ministre cite, stipule clairement qu'une ligne de transport ou de distribution devient un élément commun ...
25/06/2020 par w@z@06 4
Suite à cela :
Le ministre de l'Énergie, Mathew Nkhuwa, a déclaré que les récents changements réglementaires et statutaires indiquent clairement que toutes les lignes de transport et de distribution dans le pays sont déclarées comme transporteur public pour faciliter la transition vers un marché concurrentiel.

Dans un communiqué, mardi, Nkhuwa a déclaré que la politique nationale de l'énergie et les instruments juridiques qui l'accompagnaient encourageraient la concurrence et faciliteraient un abandon progressif du modèle de l'acheteur unique.

«Le ministère de l'Énergie (MOE) mène un processus de réforme à l'échelle du secteur visant à favoriser le développement du secteur de l'énergie en réponse au changement climatique, en particulier la nécessité de remédier aux déficits énergétiques en période de baisse des niveaux d'eau. Cela est démontré par l'adoption récente de la politique énergétique nationale (NEP) de 2019 ainsi que par la promulgation de la loi n ° 11 de 2019 sur l'électricité et de la loi n ° 12 de 2019 sur la réglementation de l'énergie. La politique énergétique nationale 2019 et les instruments juridiques qui l'accompagnent visent à attirer des partenaires stratégiquement alignés dans le secteur de l'électricité du pays et à attirer la participation du secteur privé. Cela encouragera la concurrence et facilitera l'abandon progressif du modèle de l'acheteur unique. Les récents changements réglementaires et statutaires montrent également clairement que toutes les lignes de transport et de distribution dans le pays (indépendamment de la propriété) sont déclarées comme transporteur public - ceci afin de faciliter la transition vers un marché concurrentiel », a déclaré Nkhuwa.

Il a déclaré que la Zambie restait très ouverte aux projets énergétiques privés.

«Le gouvernement est également au courant des développements récents qui pourraient avoir été mal interprétés ou avoir causé de l'incertitude parmi les acteurs privés de l'industrie de la fourniture d'électricité (ESI), notamment l'accord récent pour 600 mégawatts (MW) de solaire-PV signé entre ZESCO Limited et Power Chine. En tant que ministre en charge du secteur de l'énergie, je tiens à souligner que cette évolution ne doit pas être mal interprétée; La Zambie reste très ouverte aux projets privés. En effet, les études entreprises jusqu'à présent indiquent que l'infrastructure actuelle du réseau est capable d'absorber plus de 1000 MW d'électricité provenant de sources d'énergie intermittentes d'ici 2025 et beaucoup plus, à l'avenir », a déclaré Nkhuwa.

«En tant que tel, le ministère de l'Énergie ainsi que tous les acteurs privés et partenaires de coopération concernés continueront de soutenir la mise en œuvre de diverses initiatives dans le secteur de l'énergie qui favorisent la participation du secteur privé et garantissent la bonne mise en œuvre des programmes en cours tels que le Global Energy Programme de transfert des tarifs de rachat (GETFIT) et le concept d'intermédiation en puissance approuvée par le Cabinet. En outre, il convient de noter que le MEO continuera à adopter d'autres approches nouvelles et innovantes visant à développer le secteur de l'énergie. »

Le ministre a en outre réitéré la politique d'ouverture du gouvernement et son engagement à promouvoir la participation du secteur privé au développement d'un secteur de l'énergie robuste, diversifié et sûr en Zambie.
25/06/2020 par Titicopper 1
Tu vois que tu peux aussi poster des news qui servent à quelque chose quand tu veux !
25/06/2020 par w@z@06 1
Oublie moi, connard.
25/06/2020 par w@z@06 2
Je te conseille vivement d'arrêter tes provocations.

Poste des infos si tu en as, c'est juste à cela que je m'astreins.


Pollueur de forum
:[
26/06/2020 par w@z@06 2
KCM ne méritait pas d’injonction contre la restriction de pouvoir, LACE dit tribunal
La Haute Cour de Kitwe a réservé une décision dans une affaire dans laquelle Copperbelt Energy Corporation (CEC) Plc a demandé la décharge de l’ordonnance d’injonction provisoire accordée à Konkola Copper Mines limitée (KCM) par la Cour.

Il s’agit d’une question dans laquelle KCM a obtenu une injonction provisoire, le 13 mai 2020, contre CEC après qu’un avis de restriction de puissance a été émis sur la mine en raison de l’accumulation de la dette due à l’entreprise d’électricité basée à Kitwe.

Lorsque l’affaire a été soumise au juge Evaristo Pengele, lundi, la CEC était représentée par l’avocat de l’État William Nyirenda et l’avocat de l’État Musa Mwenye et personne de KCM n’était devant le tribunal car l’avocat qui a été envoyé pour les représenter n’était pas au dossier et la demande d’ajournement de l’affaire ne pouvait pas être entendue, d’où la décision de procéder en leur absence.

En présentant leurs arguments au nom de la CEC, les avocats ont déclaré que KCM n’avait pas droit à un redressement parce que l’accord d’approvisionnement en électricité (PSA) entre LAC et KCM avait expiré et qu’il avait conclu de nouveaux accords avec Zesco.

« La loi relative aux injonctions était claire, qu’un demandeur qui demandait une injonction était tenu de satisfaire à certaines conditions et exigences, qui étaient les suivantes : le demandeur doit avoir un droit de réparation. La demande d’injonction de KCM reposait sur l’accord d’alimentation électrique (APS) et la lettre d’intention prolongeant l’APS dont le mandat avait expiré. Il n’y avait pas de droits juridiques permanents découlant de l’accord ou de la lettre de prolongation expirés. KCM avait écrit à la CEC en termes clairs que le PSA ne serait pas prolongé puisqu’il avait conclu de nouveaux arrangements avec ZESCO à compter du 1er juin 2020. ZESCO avait également informé un nouveau client sur la Copperbelt, mais n’a pas été divulgué, et qu’il cherchait un chemin de roulage. Le client ZESCO a par la suite été confirmé par KCM lorsqu’il a été informé de son nouvel accord. Il n’y avait donc pas de relation juridique sur la base de laquelle KCM pouvait demander un droit de réparation. S’il y avait un doute quant à l’existence de droits, ceux-ci avaient été imposés par KCM elle-même », ont-ils déclaré.

« La requérante doit démontrer que si la demande d’injonction n’était pas acceptée, elle subirait un dommage irréparable qui ne pourrait pas être expié par des dommages-intérêts. KCM n’avait pas démontré qu’elle subirait des dommages irréparables. L’allégation selon laquelle la restriction de l’alimentation électrique causerait des dommages irréparables aux installations de KCM était fausse, étant donné qu’il y avait une procédure prescrite convenue entre les parties par laquelle la restriction de pouvoir devait être entreprise. En outre, cette restriction avait déjà été faite et KCM n’avait pas montré les dommages irréparables qu’elle avait subis dans ces situations, ni les inondations alléguées. L’injonction devrait avoir pour objet de préserver le statu quo entre les parties. Le statu quo actuel est qu’il n’y a pas de relation contractuelle entre les parties car le PSA n’existe plus. L’entente a expiré et les relations entre les parties se sont désengagées, il n’y a pas de relation contractuelle implicite ou expresse entre KCM et CEC relativement à un arrangement d’alimentation électrique. Si la Cour devait accorder la poursuite de l’injonction, il s’agirait essentiellement d’étendre l’APS ou de créer un nouveau MESSAGE, la Cour n’avait pas le pouvoir de conclure ou d’imposer un contrat aux parties.

Ils ont ajouté que KCM cherchait des recours, tout en étant en infraction car elle ne montrait pas comment ou quand elle avait l’intention de régler la dette qu’elle devait à cec, entre autres.

« La loi de l’équité stipule que « celui qui vient à l’équité doit venir avec les mains propres. » Il ya beaucoup de faits qui sont incontestables principalement, que: KCM doit CEC bien plus de 132 millions de dollars, dont le montant a été admis par KCM. KCM a conclu des accords pour un nouveau PSA avec ZESCO. KCM n’a pas montré comment ni quand elle a l’intention de régler la dette qu’elle doit à cec. Ce qui précède sont toutes les violations, KCM cherche des recours tout en étant en violation. Un demandeur ne peut pas se présenter devant la Cour avec des mains entachées et chercher à obtenir des recours en equity », ont-ils déclaré.

« dans une demande d’injonction, la Cour doit tenir compte du reste des inconvénients. La Cour doit déterminer quelle partie est susceptible de subir le plus d’inconvénients si l’injonction n’est pas accordée. Dans ce cas, le reste des inconvénients est fortement en faveur de la CEC puisqu’elle continue de fournir l’alimentation complète de l’électricité à KCM à un coût énorme, alors qu’il n’y a plus de contrat en place et qu’il n’y a plus d’arrangements par lesquels LAC peut recouvrer ses coûts. Permettre la poursuite de l’injonction serait une grande injustice envers la CCE.

Ils ont fait valoir qu’il y avait eu un changement dans les événements depuis le début des procédures engagées par KCM et le PSA, qui a servi de base à l’injonction, a expiré et KCM elle-même a conclu de nouveaux arrangements.

Et dans sa prière à la Cour, les avocats ont fait valoir que l’ordonnance provisoire d’injonction accordée à KCM devrait être immédiatement acquittée et que les frais de la procédure seraient pour la CEC.

Et après avoir entendu les observations, le juge Pengere a réservé sa décision et a déclaré qu’il rendrait sa décision le 31 juillet 2020.

« À la fin des observations, le juge a dit qu’il avait entendu les arguments. Il a toutefois déclaré qu’il voulait se familiariser avec les autorités judiciaires (affaires et droit) auxquelles l’avocat avait fait référence et qu’il rendrait une décision écrite le 31 juillet 2020. Le juge a donc ajourné l’affaire à cette date, la décision était donc réservée », a déclaré l’avocat de la CEC.
27/06/2020 par w@z@06 2
Rebondissement :

Selon la conseillère juridique en chef de la compagnie d'électricité Julia Chaila, l'avocat-conseil provisoire de la compagnie minière KONKOLA Copper Mines (KCM) Plc provisoire Milingo Lungu affirme que Copperbelt Energy Corporation (CEC) Plc a accepté que la dette de la société minière soit payée à la suite d'une vente en attente est trompeuse.

Réagissant à l’argument de Milingo selon lequel KCM et CEC ont accepté de faire payer la dette de 144 millions de dollars américains de la mine après une vente en cours de la compagnie, Chaila a révélé que la position réelle était que KCM avait accepté de payer sa facture d’électricité contre toutes les factures émises au fur et à mesure qu’elles étaient dues.

« Selon l’accord qu’il (Milingo) a signé, il a déclaré que toutes les factures qui seront émises seront payées à la date d’échéance, maintenant que signifie la date d’échéance? Chaque fois qu’ils sont dus, il payait. Cela ressemble-t-il à un accord à payer à l’avenir? Une date d’échéance signifie quand la facture est émise », a déclaré Chaila dans une interview exclusive.

« Quelque chose de plus préoccupant; il aurait pu dire en vertu de la Loi sur l’insolvabilité des sociétés, oui, il aurait pu dire que ce n’était pas cette mauvaise interprétation qu’il essayait de donner au public, comme je l’ai dit, « je paierai à la fin », non! Dans l’accord, il a déclaré que les dettes qui ont été en cours à partir de la date de sa nomination (mai 2019), toutes les fournitures en cours et toute date d’accumulation du passé, il traiterait cela comme une dette préférentielle. Maintenant, pour nous, la dette préférentielle est que la dette ne doit pas se remplir. Nous étions d’accord pour dire qu’à un moment donné, nous nous réunirions et trouverions un calendrier de paiement. Ainsi, malgré le fait que la société était en liquidation, il a convenu qu’il traiterait la dette comme une obligation permanente au moment de la liquidation. Et puis il dit même, « il fera de son mieux pour s’assurer que les obligations en vertu de l’accord supplémentaire ont été atteints » parce que pourquoi signer un accord avec toutes ces conditions et de parler de payer au fur et à mesure que vous êtes dû quand vous parlez de payer à l’avenir? Nous aurions aussi bien pu attendre.

Elle a insisté sur le fait que Milingo avait créé une mauvaise impression au sujet du paiement réel de la dette d’électricité de KCM encore due à la CEC.

« Donc, un accord est un accord. En ce qui me concerne, tout ce qu’il a dit dans le journal est inutile aujourd’hui! Le moins, c’est des mensonges; il est mal interprété à la loi; c’est trompeur; il est destiné à donner la mauvaise interprétation des faits, et pour être honnête, c’est en fait une inconduite de sa part en tant que juriste s’il va au public et allègue des choses, qui ne sont pas là quand il a un accord écrit, dont il est signé. Il ne peut pas dire qu’il n’en est pas conscient, nous avons contesté cette position qu’il a prise devant le tribunal », a déclaré Chaila.

Selon l’Accord supplémentaire (SA) du 18 juillet 2019, dont les signataires comprenaient le directeur général de KCM Chris Sheppard, le directeur général de la CEC Owen Silavwe et Milingo agissant à titre de liquidateur provisoire de KCM, l’AS a révélé que pendant la période de transition à partir de la nomination de Milingo, CEC continuerait à fournir de l’électricité et que KCM continuerait à payer toutes les charges réelles d’énergie et de capacité et que tout paiement en retard deviendrait payable.

« L’AS indique qu’au cours de la période de transition, la CEC continuerait de fournir de l’électricité et que KCM continuerait de payer les frais réels d’énergie et de capacité ainsi que les frais de retard de paiement qui seraient payables. KCM réglerait le montant total en souffrance et les autres montants ultérieurs qui seraient payables à la CEC par KCM à l’avenir », peut-on lire dans l’accord.

L’Accord a également détaillé la reconnaissance et l’engagement de Milingo, au nom de KCM, à payer la dette de la société minière pendant la période de transition.

« L'AS enregistre la reconnaissance par KCM du montant dû et payable à la CEC existant à la date d’exécution de l’Accord (« à date d’exécution ») comme étant le montant total en souffrance de 57 330 457 dollars EU, dont 10 451 083 dollars EU à l’époque les obligations actuelles (la « facture de juin »). KCM a convenu dans l’AS qu’à la suite de la date d’exécution, elle effectuerait les paiements suivants pour les obligations actuelles et en cours : a) Verser à la CEC la facture de juin en totalité avant le 30 juillet 2019. b) Payer à la CEC à partir de juillet 2019 et continuer par la suite à payer toutes les factures en totalité, à la date d’échéance respective de chaque facture. »

« L’AS enregistre dans la mesure où la Loi sur l’insolvabilité des sociétés a la position suivante: a) Que toutes les sommes dues pour l’électricité fournie par la CEC à KCM à partir de la date de nomination du liquidateur provisoire pour les approvisionnements en électricité en cours et toute dette accumulée qui en découle sont considérées comme une dette préférentielle. L’AS indique que la confirmation du liquidateur provisoire de faire de son mieux pour assurer l’exécution par KCM de ses obligations en vertu de l’AS. L’AS déclare qu’aucune des conditions de l’AS ne modifierait ou ne modifierait d’aucune façon les obligations de KCM de payer pour la poursuite des livraisons d’électricité fournies par la CEC à la date d’échéance de chaque facture, conformément à l’APS, que la même chose ait été formellement exigée ou non. »

Selon l’AS, qui a enregistré la tenue d’une réunion entre le liquidateur provisoire, KCM et CEC le 28 mai 2019, au siège de la CEC à Kitwe, le document était complémentaire à l’Accord d’approvisionnement en électricité (PSA) déjà existant et ne remplaçait pas l’APS.

Mercredi, Milingo a déclaré que la KCM a conclu une entente avec CEC pour s’assurer que sa dette de 144 millions de dollars américains envers le service public d’électricité serait entièrement réglée à partir du produit d’une vente.

« Tout d’abord, avec LA CEC, lorsque le processus de liquidation a commencé, nous avons conclu une entente dans laquelle il a été convenu entre nous et LACE que la facture s’accumulera jusqu’à ce que la mine soit vendue, puis quand la mine sera vendue, ils seront payés à partir du produit de la vente. Et la CEC a seulement demandé à dire: « Si c’est le cas, pouvez-vous nous payer les arriérés, qui ont accumulé au moment où nous avions repris la mine en mai, qui était d’environ 46 millions de dollars américains et nous avons réglé ce montant en Octobre. Donc, pour ce qui est de ne pas les payer, c’était par accord parce que, par définition, si une mine fonctionne comme nous le faisons, nous ne pouvons pas payer toutes les factures au fur et à mesure qu’elles arrivent à échéance. Donc, il y avait un arrangement en place, ce n’est pas comme si nous avons simplement ignoré de les payer dès le premier jour », a déclaré Milingo dans une interview plus tôt cette semaine.
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.70 % vs -0.01 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat