Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

OENEO

SBT - FR0000052680 SRD PEA PEA-PME
10.600 € -3.64 % Temps réel Euronext Paris

Oeneo : La famille Hériard-Dubreuil relance une offre pour sortir Œneo de la cote

mercredi 11 décembre 2019 à 12h50
Nouvelle offre de la famille Hériard Dubreuil pour sortir Œneo de la cote

(BFM Bourse) - En 2013, Andromède avait obtenu lors d'une précédente OPA la majorité absolue des parts, mais n'avait pas atteint le seuil de détention lui permettant de retirer le titre de la cote. La holding familiale revient à la charge, proposant cette fois 13,50 euros par action - quatre fois plus qu'il y a six ans.

La famille Hériard Dubreuil -qui contrôle d'une part le producteur de spiritueux Rémy Cointreau et qui accompagne d'autre part l'ex-Sabaté Diosos depuis plusieurs décennies- entend renforcer à nouveau son contrôle sur le fournisseur de l'industrie viticole, désormais appelé Œneo. Étant passé de 37,9% à près de 60% du capital d'Œneo en 20013, et détenant aujourd'hui 63,1% via une holding intermédiaire (Caspar, elle-même détenue à 96% par la holding principale Andromède), le groupe familial Hériard Dubreuil lance un projet d'offre publique d'achat sur la part du capital non encore détenu.

À cet effet, Caspar a déposé auprès de l'Autorité des marchés financiers un projet d'OPA au prix de 13,50 euros par action, 23% au-delà de la moyenne pondérée des cours sur le dernier mois, valorisant l'entreprise à près de 880 millions d'euros (hors endettement net de 80 millions d'euros). Sous réserve du feu vert du gendarme boursier, et après rapport de l'expert indépendant Eight Advisory, l'initiateur envisage une ouverture de l'offre le 23 janvier prochain.

Spécialiste de l'élevage et du bouchage des vins, c'est-à-dire producteurs de fûts, cuves et tonneaux d'un côté, et de bouchons de l'autre (la société est notamment numéro 2 mondial du marché des bouchons en liège et à l'origine du bouchon "Diam" conçu avec le CEA), Œneo a généré sur l'exercice 2018-2019 un chiffre d'affaires de 268,2 millions d'euros, en hausse de 8%, mais a vu ses résultats se contracter sous l'effet d'une forte hausse conjoncturelle du prix du liège.

Le groupe est issu du rapprochement en 2001 entre Sabaté, société active dans le bouchage pour le monde du vin, et Diosos, leader dans les fûts de chêne (elle-même issue du rapprochement entre les sociétés Seguin Moreau et Radoux). Présente au capital de Seguin Moreau depuis le début des années 1970 via sa participation dans Rémy Martin, la famille Hériard Dubreuil détenait 20% du nouvel ensemble au moment du rapprochement Sabaté Diosos.

Cet actionnaire de référence a soutenu de façon décisive l'entreprise, injectant des liquidités importantes à plusieurs reprises en période de difficultés opérationnelles.

En 2013, une partie des minoritaires avait fait la fine bouche devant sa proposition de rachat au prix unitaire de 3,20 euros, laquelle valorisait alors Œneo 180 millions d'euros (en tenant compte des obligations remboursables en action). Au terme de l'OPA, le seuil permettant de lancer une offre de retrait (90%, NDLR) n'avait ainsi pas été atteint.

La nouvelle offre, plus de 320% plus haute, s’inscrit dans la volonté de la famille Hériard Dubreuil de faciliter le développement d'Œneo en dehors des contraintes de la cotation en Bourse, "dans un contexte d’accroissement de la volatilité des coûts des matières premières et d’une pression concurrentielle croissante", indique le communiqué de l'initiateur. Son objectif "est de pouvoir continuer à défendre les positions commerciales de la société, compte tenu par ailleurs d’une stratégie d’investissements matériels, opérationnels et d’innovation qui resteront significatifs. Par ailleurs, la stratégie de croissance externe s’inscrira dans la continuité, en restant concentrée sur des opérations de taille limitée".

Si Caspar venait à dépasser le seuil de retrait, une procédure de retrait de la cote serait enclenchée, sachant qu'entre-temps la barre a été abaissée à 90% du capital, contre 95% précédemment.

En réaction, le cours de Bourse d'Œneo bondissait de 11,9% mercredi matin, au-delà du prix offert : 13,54 euros vers 12h45. Selon Gilbert Ferrand, analyste chez Midcap Partners, le prix ne semble en effet pas refléter toute la valeur objective du fabricant de tonneaux et de bouchons. "Par rapport à la moyenne des objectifs de cours des trois analystes qui suiveant la société (12,90 euros) le prix d'offre extériorise une prime de seulement 4,7%". Pour le bureau d'études, la publication des comptes semestriels il y a quelques jours "a permis de mettre en exergue l'efficacité des puissants leviers opérationnels à l'oeuvre (...) alors que les tensions sur les matières premières s'amoindrissent progressivement".

Acheteur avant l'annonce, Midcap Partners se montre donc encore plus offensif qu'avant avec un objectif passant de 12,50 à 14,50 euros par action. L'analyste réitère ainsi l'achat "en visant un relèvement" des conditions offertes.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur OENEO en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+306.40 % vs -16.43 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat