Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

NETFLIX

NFLX - US64110L1061 SRD PEA PEA-PME
- -

Netflix : Déçus par le nombre d'abonnés, les investisseurs lâchent Netflix, qui s'effondre à Wall Street

vendredi 21 janvier 2022 à 16h24
Netflix déçoit le marché et s'effondre à Wall Street

(BFM Bourse) - La croissance du nombre d'abonnés et les prévisions du géant du divertissement au dernier trimestre 2021 ont déçu le marché, qui le sanctionne très violemment ce vendredi. Peu après l'ouverture, le titre Netflix abandonne 22,8%.

Les valeurs de croissance se tendent et le marché leur envoie un signal très clair ce vendredi: il ne pardonnera pas de quelconques ralentissements. En atteste le plongeon de 22,7% du titre Netflix ce vendredi à l'ouverture des échanges à Wall Street, celui-ci effaçant ainsi l'ensemble de ses gains de 2021 pour chuter à un creux depuis avril 2020. Le groupe de Los Gatos efface ainsi plus de 40 milliards de dollars de capitalisation boursière.

En cause donc, un ralentissement de la croissance de son parc d'abonnés, jugé inquiétant par les investisseurs. Le n°1 mondial du streaming a fait état jeudi de 8,3 millions d'abonnés supplémentaires sur la période octobre-décembre alors que les analystes financiers en attendaient 8,4 millions selon les données compilées par Refinitiv. La plateforme de streaming vidéo compte désormais 221,8 millions d'abonnés, soit un peu moins que les 222 millions qu'elle escomptait. Surtout, elle ne prévoit que 2,5 millions de nouveaux abonnés pour le trimestre en cours, contre les 4 millions gagnés de janvier à mars 2021. Il faut remonter à 2010 pour trouver un chiffre aussi bas pour un premier trimestre, quand Netflix ne comptait que 13,9 millions d'abonnés.

"La rétention (des abonnés) et les audiences restent solides mais la croissance des nouveaux abonnés n'a pas retrouvé les niveaux d'avant la pandémie", admet le service pionnier du secteur, qui a largement profité des restrictions sanitaires en 2020 et début 2021. "Nous pensons que c'est dû à divers facteurs y compris le Covid qui continue à peser sur l'économie et des difficultés macro-économiques dans différentes parties du monde notamment l'Amérique latine".

Une concurrence accrue

"Il n'y a rien qui cloche chez Netflix, ils font juste face à une concurrence de plus en plus agressive. Il devient donc plus difficile pour eux de se distinguer et d'attirer le public", réagit l'analyste indépendant Robert Enderle. Sur les trois derniers mois de l'année, le groupe a réalisé 7,7 milliards de dollars de recettes et engrangé 607 millions de bénéfice net, un chiffre nettement supérieur aux attentes des analystes qui tablaient sur 374 millions.

Netflix a notamment pu compter sur le succès planétaire de la série sud-coréenne Squid Game, visionnée par plus de 142 millions d'abonnés à la mi-octobre, un mois après sa sortie, un record. Les dirigeants du groupe ont d'ailleurs profité de cette publication pour confirmer qu'il y a aura une suite. Plusieurs sorties de nouvelles saisons de séries à succès comme "Ozark" ou "Stranger Things" sont par ailleurs prévues au 1er trimestre 2022.

Le groupe a par ailleurs annoncé vendredi dernier des augmentations entre un et deux dollars de ses abonnements mensuels aux Etats-Unis. L'option de base coûte désormais 9,99 dollars, et la plus chère passe de 17,99 à 19,99 dollars. "Avec l'inflation relativement élevée en ce moment, les gens essaient de réduire certains coûts récurrents", note Robert Enderle.

Une part de marché qui s'effrite

Les coûts de production grimpent aussi, et ne payent pas toujours. Cowboy Bebop, une série très attendue sortie en novembre, mais annulée après une seule saison, "a été un échec très cher", ajoute-t-il. La plateforme ne peut cependant pas se permettre d'investir moins, alors qu'elle se mesure au quotidien avec des concurrents de taille, de Disney+ à HBO Max (filiale d'AT&T) en passant par Amazon (via son offre Prime).

L'émergence de ces nouveaux poids lourd implique une nette réduction à venir de sa part de marché selon le cabinet eMarketer, qui estime que Netflix récoltait près de 50% des recettes perçues par les plateformes de streaming vidéo en 2018 mais ne devrait plus percevoir que 28% de celles-ci à horizon 2023.

L'entreprise rappelle aussi régulièrement qu'elle considère YouTube et les jeux vidéo comme des menaces tout aussi importantes. Elle a d'ailleurs lancé en fin d'année dernière ses propres jeux mobiles. "Les récentes percées de Netflix dans le commerce en ligne et les jeux vidéo montrent qu'elle cherche à diversifier ses revenus", a commenté Paul Verna de eMarketer. Le projet d'acquisition du géant du secteur des jeux vidéo Activision par Microsoft ce mardi réduit néanmoins clairement les perspectives du groupe dans ce secteur, du moins par la voie de la croissance externe - et s'est traduite par une recul de 2,8% en Bourse ce jour-là.

(avec AFP)

Quentin Soubranne - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur NETFLIX en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.70 % vs +25.20 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat