Bourse > Ipsen > Ipsen : Ipsen se renforce dans les toxines botuliques
IPSENIPSEN IPN - FR0010259150IPN - FR0010259150
106.850 € +0.66 % Temps réel Euronext Paris
106.150 €Ouverture : +0.66 %Perf Ouverture : 107.900 €+ Haut : 105.900 €+ Bas :
106.150 €Clôture veille : 167 117Volume : +0.20 %Capi échangé : 8 931 M€Capi. :

Ipsen : Ipsen se renforce dans les toxines botuliques

tradingsat

PARIS (Reuters) - Ipsen a annoncé lundi l'acquisition de Syntaxin, spécialiste britannique de l'ingénierie des toxines botuliques, et un accord de collaboration de recherche avec la Harvard Medical School sur ce segment, afin de se renforcer dans les traitements des maladies neurologiques graves.

Selon les termes de l'accord signé avec Syntaxin, avec qui le groupe pharmaceutique français collabore déjà depuis 2010, Ipsen effectuera un paiement initial de 28 millions d'euros, suivi de paiements pouvant atteindre ou dépasser 130 millions selon la réussite d'étapes-clés dans le développement et la commercialisation de produits, peut-on lire dans un communiqué.

"Cette étape importante va dans le sens de notre ambition de devenir un leader mondial dans le domaine des maladies invalidantes", a expliqué Marc de Garidel, PDG d'Ipsen, cité dans le communiqué.

Le groupe, dont l'activité a été tirée l'an dernier par la médecine de spécialité, espère intégrer entièrement Syntaxin d'ici la fin de l'année. La société britannique possède un portefeuille de 75 brevets délivrés et de plus de 130 brevets en cours d'examen, avec notamment un produit actuellement en phase II d'essais cliniques.

Il a également annoncé lundi la signature d'un accord de collaboration avec le bureau de développement technologique de l'Université de Harvard.

Ipsen en financera pendant trois ans la recherche afin de découvrir et d'évaluer de nouvelles toxines botuliques recombinantes, et se verra octroyer les droits exclusifs sur toute toxine issue de cette collaboration.

La toxine botulique, connue pour ses effets contre les rides notamment sous la marque Botox, peut permettre aussi de traiter des troubles moteurs en bloquant l'activité neuromusculaire au niveau des terminaisons nerveuses et en réduisant les spasmes musculaires.

Gilles Guillaume, édité par Nicolas Delame

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...