Bourse > Integragen > Integragen : "Notre profil dérisqué est très attrayant pour une biotech"
INTEGRAGENINTEGRAGEN ALINT - FR0010908723ALINT - FR0010908723
2.620 € -1.13 % Temps réel Euronext Paris
2.660 €Ouverture : -1.50 %Perf Ouverture : 2.660 €+ Haut : 2.560 €+ Bas :
2.650 €Clôture veille : 15 370Volume : +0.23 %Capi échangé : 17 M€Capi. :

Integragen : "Notre profil dérisqué est très attrayant pour une biotech"

Bernard Courtieu, PDG d'IntegragenBernard Courtieu, PDG d'Integragen

(Tradingsat.com) - Introduite en Bourse en 2010 par cotation directe sur le marché Alternext, la société de biotechnologies Integragen, leader de la génomique clinique, a développé des tests de diagnostic prometteurs en oncologie et dans l'autisme. Elle lance du 3 au 11 juin une augmentation de capital ouverte au public destinée à lever environ 4 millions d’euros. Son PDG, Bernard Courtieu, nous explique en quoi il peut être judicieux d’investir à ce stade du développement de la société.

Tradingsat.com : L’actualité récente d’Integragen a notamment été marquée par le lancement de votre nouveau test Arisk 2 dans l’autisme. Ce test dispose d’un fort potentiel.

Bernard Courtieu : L’autisme est une maladie qui associe troubles du langage, des relations sociales, et de la coordination des mouvements. Elle se caractérise par sa très forte composante génétique. C’est la maladie neuro-psychiatrique qui a la plus forte héritabilité, c’est-à-dire celle dont le caractère héréditaire est le plus important. Notre travail a donc constitué à identifier les marqueurs génétiques permettant d’établir un diagnostic précoce. Notre premier test Arisk 1, commercialisé depuis 2012 aux Etats-Unis, a été développé pour les familles déjà touchées par l’autisme. Lorsqu’un premier enfant d’une famille est autiste, le risque que les suivants le soient aussi est très élevé. Lors du congrès international de l’IMFAR qui s’est tenu à Atlanta en mai, nous avons dévoilé notre test Arisk 2 « universel », qui représente une forte innovation. Il est destiné aux enfants présentant des signes de retard de développement ou d’autisme dans des familles non affectées. Le marché est donc beaucoup plus important. Il y a 50 000 nouveaux cas d’autisme par an aux Etats-Unis, chiffre que l’on peut multiplier par trois à cinq en considérant la suspicion d’autisme chez les enfants dont le développement va sembler anormal. Pour un test vendu 2800 dollars, le marché est donc supérieur à 500 millions de dollars, rien qu’aux Etats-Unis.

Tradingsat.com : Quels sont les chiffres de ventes du Arisk 1 ?

Bernard Courtieu : Elles ont représenté 55 000 dollars en 2013, ce qui est modeste. Cela reflète d’une part l’étroitesse du marché du diagnostic des enfants dans des familles déjà affectées, et d’autre part la taille réduite de notre force commerciale actuelle, constituée de deux personnes. C’est pour cette raison notamment que nous lançons notre augmentation de capital, afin de muscler notre développement commercial et de mieux communiquer auprès des pédiatres aux Etats-Unis. Le prix de 2800 dollars a été fixé par les assurances médicales. Le premier test a démontré la faisabilité de la procédure de diagnostic et le bon remboursement du produit. Nous sommes en ordre de bataille pour promouvoir le test Arisk 2.

Tradingsat.com : A quoi servira l’augmentation de capital dans votre développement d’Integragen en oncologie (cancérologie) ?

Bernard Courtieu : Il s’agit de promouvoir nos produits en cancérologie auprès des leaders d’opinion, afin d’aborder la phase commerciale dans les meilleures conditions. Nous sommes en train de négocier des accords de distribution aux Etats-Unis et en Europe pour mettre nos produits à disposition des cliniciens. Il s’agit de biomarqueurs susceptibles d’avoir une utilité clinique dans le cancer colorectal métastatique et le cancer du foie. Dans le cancer du colon, nous avons identifié un marqueur qui permet de prédire la réponse ou non à un traitement par chimiothérapie, ce qui a fait l’objet d’une présentation au congrès de l'Association américaine d'oncologie clinique (ASCO) en mai dernier. Pour le cancer du foie, un premier partenariat a été signé avec Pfizer afin de valider l'intérêt de cette signature pour un de leurs médicaments candidats devant prochainement entrer en Phase II.

Tradingsat.com : Quelles sont les perspectives de l’activité historique de séquençage génomique ?

Bernard Courtieu : Nous avons multiplié par neuf le chiffre d’affaires de cette activité depuis 2006. C’est une activité très rentable, dont la marge opérationnelle est de 35% et dont le potentiel est tout à fait considérable. Nous sommes passés du marché de la recherche fondamental à celui de la recherche clinique, directement utilisable sur des patients en cours de traitement. Une étape majeure de notre développement dans le séquençage a été franchie cette année avec le lancement de la première plate-forme clinique avec l’Institut Gustave Roussy, le plus grand centre européen de lutte contre le cancer. Nous avons installé cette plate-forme, dont nous sommes les opérateurs, et qui bénéficie contractuellement d’un minimum d’activité garanti pour couvrir les coûts dès la première année.

Tradingsat.com : En quoi votre levée de fonds intervient-elle à un moment charnière dans vos trois activités, aussi bien l’autisme que l’oncologie et le séquençage génomique ?

Bernard Courtieu : A la différence de la plupart des société de biotechnologies, l’immense majorité de nos recherches fondamentales est derrière nous. Nos produits dans le cancer du foie, du colon, dans l’autisme et en génomique clinique sont sur le marché ou ont vocation à l’être rapidement. Nous sommes très bien implantés en France en génomique, sur le marché américain dans l’autisme, et nous avons vocation à signer très rapidement des accords de commercialisation pour commercialiser nos produits en oncologie. Notre stade avancé de développement rend notre profil de risque particulièrement attrayant dans un secteur des biotechnologies qui est risqué, par définition. Investir dans Integragen a non seulement du sens, puisque c’est participer à la résolution d’importantes questions de santé publique, mais c’est aussi ne pas prendre de risque inconsidéré pour son portefeuille boursier. Pour l’essentiel, l’enjeu porte aujourd’hui sur la bonne exécution de la stratégie commerciale, et c’est ce pourquoi nous levons des fonds.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI