Bourse > Genfit > Genfit : "Discussions intenses" et "stratégie globale" qui "se solidifie"
GENFITGENFIT GNFT - FR0004163111GNFT - FR0004163111
25.690 € -3.42 % Temps réel Euronext Paris
26.800 €Ouverture : -4.14 %Perf Ouverture : 26.800 €+ Haut : 25.650 €+ Bas :
26.600 €Clôture veille : 114 790Volume : +0.37 %Capi échangé : 801 M€Capi. :

Genfit : "Discussions intenses" et "stratégie globale" qui "se solidifie"

GENFIT, jean-François MouneyGENFIT, jean-François Mouney

(Tradingsat.com) - Genfit a signé jeudi la plus forte hausse du SBF 120, avec un bond de près de 7% (+6 ,89% à 30,66 euros). Déjà bien orienté en début de séance, le titre a fortement accéléré après l’annonce de la décision de la société biopharmaceutique de commencer en 2016 un deuxième programme clinique avec son produit phare, Elafibranor.

Après le lancement fin 2015 de l'étude de phase 3 sur Elafibranor dans la stéatose hépatique non alcoolique (Nonalcoholic steatohepatitis, acronyme NASH en anglais), la société biopharmaceutique souhaite maintenant lancer un essai clinique de phase 2 avec Elafibranor pour le traitement de la Cirrhose Biliaire Primitive (CBP) d’ici à la fin de cette année.

Le besoin est important. Environ 70% des patients en effet ne tolèrent pas ou ne répondent pas suffisamment au traitement standard primaire avec ursodeoxycholic acid (UDCA) pour soigner cette maladie du foie chronique. La CBP se traduit par l’altération des canaux biliaires et la réduction de la capacité du foie à éliminer les toxines.

« Les leaders d’opinion nous ont véritablement poussé à y aller », a déclaré jeudi Jean-François Mouney, le président du directoire de Genfit, sur l’antenne de BFM Business. Selon le dirigeant, Elafibranor pourrait réussir à soigner la CBP « en raison de l’efficacité même du produit mais également son caractère particulièrement sûr d’emploi ».

Jean-François Mouney est ainsi confiant sur la capacité d’Elafibranor à diminuer les symptômes de la maladie, en particulier « le prurit, ces terribles démangeaisons qui affectent les patients […] alors que certains produits qui sont effectivement en cours ou en fin de phase III d’essai clinique augmentent plutôt le symptôme ». Allusion à peine voilée à la biotech américaine Intercept Pharmaceuticals, qui attend d’ici fin mai la réponse de la FDA américaine sur sa demande de mise sur le marché de son produit, l’acide obéticholique, dans cette indication.

Jean-François Mouney affiche sa confiance dans la supériorité du produit de Genfit. « Elafibranor apportera une solution avec une valeur ajoutée importante », assure le dirigeant.

Sur le marché potentiel dans cette indication, « on sait que les analystes aujourd’hui estiment la possibilité […] d’avoir des chiffre d’affaires de l’ordre de 500 millions de dollars par an », a-t-il ajouté, parlant d’ « une approximation correcte du marché disponible ».

Par ailleurs, alors que Genfit a également annoncé jeudi lors de son « événement R&D » à New York son intention de lancer de nouveaux essais cliniques dans la NASH (stéatose hépatique non alcoolique) visant les sous-populations en pédiatrie et en cirrhose, Jean-François Mouney, estime que la société « montre que sa stratégie est établie et se solidifie ».

Ainsi, les discussions que la société continue de mener avec des laboratoires pharmaceutiques dans l’optique d’un futur partenariat, « prennent toujours en compte le fait que Genfit a une stratégie globale et n’est pas une société avec un monoproduit ».

Ces discussions, « qui sont intenses, doivent prendre en compte que nous voulons rester à bord pendant les développement cliniques […] pendant les décisions d’extension de l’indication par exemple et que nous voulons faire du codéveloppement et ensuite garder certains droits sur certains territoires pour faire de la commercialisation ou de la co-commercialisation », conclut le dirigeant.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI