Bourse > Geci intl > Geci intl : Gros décrochage, table ronde demain sur le financement du skylander
GECI INTLGECI INTL GECP - FR0000079634GECP - FR0000079634
0.260 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
0.260 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 0.270 €+ Haut : 0.250 €+ Bas :
0.260 €Clôture veille : 78 014Volume : +0.10 %Capi échangé : 19 M€Capi. :

Geci intl : Gros décrochage, table ronde demain sur le financement du skylander

Gros décrochage, table ronde demain sur le financement du skylanderGros décrochage, table ronde demain sur le financement du skylander

(Tradingsat.com) - Gros trou d'air boursier ce mardi pour l'action GECI International et celle de sa filiale GECI Aviation qui s'effondrent respectivement de 28% (à 1,86 euros) et de 21,4% (à 0,70 euro).

Les investisseurs, qui avaient plébiscité la signature d'un protocole d'accord entre « la Région Lorraine, l'Etat, GECI International et des investisseurs privés » pour la finalisation du bouclage financier du programme d'avion léger bi-turbopropulseur Skylander au début du mois de février, sanctionnent aujourd'hui la remise en cause dudit protocole d'accord.

Les « dues diligences » approfondies menées par les experts du Fonds Stratégique d'Investissement, bras armé financier de l'État vis-à-vis des entreprises, chiffrent le financement du projet à 200 millions d'euros, largement au dessus de 120 millions d'euros annoncés le 1er février.

Les experts jugent également trop optimistes le business plan présenté par GECI International pour son avion de moins de places conçu en Lorraine. Notamment, ils tablent sur 1000 avions civils de remplacement alors que GECI International vise un objectif de production de 1500 avions, répartis en 1000 avions civils de remplacement des flottes actuelles, 200 avions civils liés à la croissance du marché et 300 avions de mission.

Le protocole d'accord signé il y a un mois et demi entre l'Etat, GECI International, la Région Lorraine et des investisseurs privés est donc caduc. Dans ce contexte, GECI International dit maintenant « privilégie[r] une structuration de financement alternative du Programme Skylander avec, en particulier, le recours à des investisseurs privés de long terme et le possible adossement à des industriels ».

La solution au problème pourrait toutefois encore venir de l'Etat. « Il faut que la puissance publique joue son rôle », a ainsi déclaré Serbe Bitboul, le patron de GECI International, interrogé par France 3 Lorraine. Même son de cloche du côté de Jean-Pierre Masseret, le président du conseil régional, partie prenante du projet : « Nous avons pris des risques, nous avons accompagné ce projet comme le gouvernement l'a fait […], nous sommes allés le plus loin que nous pouvions aller sur l'aide financière. Maintenant nous devons porter ce dossier au plan politique national ».

L'Etat a d'ailleurs réfuté tout désengagement et a même confirmé le déblocage de 60 millions d'euros d'aide publique tout en annonçant la tenue d'une table ronde demain, mercredi 18 avril, au ministère des transports pour faire le point sur la part de financement privée du projet.

« Nous voulons continuer à accompagner ce projet parce qu'il est viable mais il faut évidemment examiner aussi la gouvernance. Il s'agit comme vous le savez de l'argent des contribuable, donc il est légitime que nous fassions un tour de table pour voir de quelle manière s'engagent les partenaires privés sur ce dossier », a expliqué Nadine Morano, Ministre et chef de file de l'opposition UMP à la région, au micro de France 3 Lorraine.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI