Bourse > Dexia > Dexia : Les actionnaires de Dexia valident le renflouement qui les dilue
DEXIADEXIA DEXB - BE0974290224DEXB - BE0974290224
11.700 € -2.99 %
11.850 €Ouverture : -1.27 %Perf Ouverture : 11.975 €+ Haut : 11.700 €+ Bas :
12.060 €Clôture veille : 734Volume : +0.00 %Capi échangé : 22 803 M€Capi. :

Dexia : Les actionnaires de Dexia valident le renflouement qui les dilue

Les actionnaires de Dexia valident le renflouement qui les dilueLes actionnaires de Dexia valident le renflouement qui les dilue

par Philip Blenkinsop

BRUXELLES (Reuters) - Les actionnaires de Dexia ont approuvé vendredi à une écrasante majorité la nationalisation quasi-intégrale et rejeté une liquidation qui menaçait d'ébranler une nouvelle fois le système financier européen.

A l'issue d'un nouveau plan de recapitalisation sur fonds publics de 5,5 milliards d'euros dévoilé début novembre, Paris et Bruxelles devraient contrôler au total près de 96% du capital de l'ex-numéro un mondial du crédit aux collectivités locales, en cours de démantèlement après avoir subi de plein fouet la crise financière.

Le flottant devrait tomber de 30,4% à seulement 1,9% du capital.

Les actionnaires convoqués vendredi étaient confrontés à un choix difficile : accepter de voir leur participation très fortement diluée ou conduire Dexia à la liquidation.

Lors de l'assemblée générale, qui a duré près de quatre heures, de nombreux petits porteurs se sont plaints d'être dépossédés sans indemnisation.

L'action Dexia, qui avait culminé à plus de 22 euros en 2007, s'échangeait à seulement huit centimes en fin de séance vendredi.

"Il s'agit de choisir entre la syphilis et la gonorrhée, entre la guillotine et la chaise électrique, entre la peste et le choléra", a estimé Geert Lenssens, un avocat représentant plusieurs actionnaires minoritaires.

Malgré ces protestations, la poursuite des activités et l'augmentation de capital ont été approuvées à 99,4% des droits de vote exprimés. L'issue du vote ne faisait guère de doute, la majorité du capital étant déjà aux mains d'investisseurs publics ou semi-publics.

Jeudi, le commissaire européen à la Concurrence, Joaquin Almunia, avait déclaré qu'il recommanderait à la Commission d'approuver le nouveau renflouement de Dexia. Une réunion sur le dossier est prévu vendredi prochain, 28 décembre.

Au total, a rappelé le commissaire, Dexia aura reçu depuis le début de ses difficultés 10,9 milliards d'euros de capitaux frais et 3,2 milliards d'euros d'aides pour ses actifs dépréciés et plusieurs dizaines de milliards d'euros de garanties des Etats.

"Le plan de résolution ordonnée de Dexia permet d'éviter une liquidation désordonnée de Dexia qui aurait des effets négatifs importants sur la stabilité financière. Il permet de liquider de façon contrôlée la plus grande 'bad bank' de l'Union européenne, comportant plus de 300 milliards d'euros d'actifs", a expliqué Joaquin Almunia.

Le président de Dexia, Robert de Metz, a rejeté cette interprétation lors de l'assemblée générale en expliquant que 88% des actifs du groupe étaient notés en catégorie "investment grade". Le problème de Dexia n'est pas lié à la qualité de son bilan mais à ses besoins financiers, a-t-il dit.

Sauvé une première fois de la faillite en 2008, l'ancien leader mondial du financement des collectivités locales a été acculé l'an dernier au démantèlement et contraint de céder de nombreux actifs.

La banque a ainsi vendu ses activités au Luxembourg au Qatar et sa filiale turque Denizbank au russe Sberbank. Les activités de banque de détail en Belgique ont de leur côté été nationalisées par l'Etat belge tandis que les activités françaises seront reprises par la future banque publique des collectivités locales.

Dexia est également en négociations exclusives avec le fonds asiatique GCS Capital pour lui céder sa filiale de gestion d'actifs.

A Bruxelles, l'action Dexia est inchangée, à 0,08 euro. La capitalisation boursière de la banque est tombée à seulement 155 millions d'euros.

Marc Angrand pour le service français, édité par Matthieu Protard

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI