Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

DEXIA

DEXB - BE0974290224 SRD PEA PEA-PME
0.491 € 0.00 %

Dexia : Injection de 6,4 milliards d'euros dans dexia

mardi 30 septembre 2008 à 09h52
BFM Bourse

par Yann Le Guernigou et Philip Blenkinsop

PARIS/BRUXELLES (Reuters) - La France, la Belgique et le Luxembourg ont volé mardi au secours de la banque franco-belge Dexia, qui va bénéficier d'une augmentation de capital de 6,4 milliards d'euros en bonne partie sous forme de fonds publics.

L'annonce en a été faite par le gouvernement belge à l'issue d'une nuit de négociations et au lendemain d'une chute de 28,5% de l'action du leader mondial du financement des collectivités locales, qui est la dernière victime en date de la crise de confiance des marchés.

Dans un communiqué, il a indiqué que les actionnaires publics et privés belges apporteraient trois milliards d'euros, l'Etat et la Caisse des dépôts injectant un montant similaire côté français.

L'Etat français y contribuera directement et indirectement pour un milliard et l'établissement public, déjà actionnaire de Dexia, pour deux milliards.

Le Luxembourg investira pour sa part 376 millions d'euros sous forme d'obligations convertibles dans la filiale de Dexia au grand duché.

L'Elysée a annoncé que le président Nicolas Sarkozy avait réuni à 5h00 du matin le Premier ministre, la ministre de l'Economie, le gouverneur de la Banque de France et le directeur du Trésor pour discuter du dossier Dexia.

La décision de venir au secours de la banque franco-belge "a été prise pour garantir la continuité du financement des collectivités locales françaises", dont Dexia Crédit Local est le principal prêteur avec une part de marché supérieure à 40%, a indiqué l'Elysée dans un communiqué.

Elle contribue en outre "à la sécurité et à la stabilité des systèmes financiers français et européen, conformément aux engagements du président de la République", a-t-elle ajouté.

AMELIORER LA GOUVERNANCE

Le communiqué souligne d'autre part que "les parties s'engagent à présenter les mesures nécessaires pour améliorer en profondeur la gouvernance du groupe, en particulier ses organes de gestion".

Il s'agit du deuxième sauvetage de banque qui mobilise le gouvernement belge en l'espace de trois jours, après celui ce week-end de Fortis, un autre fleuron du pays.

Même si son premier métier, le financement des collectivités locales, est considéré comme particulièrement sûr, Dexia est fragilisée depuis le début de l'année par sa filiale américaine FSA, spécialisée dans le rehaussement de crédit.

Elle a accumulé près d'un milliard de dollars de pertes sur les trois derniers trimestres et a nécessité des injections de capital pour préserver la notation AAA nécessaire à son activité.

Née en 1996 du rapprochement du Crédit communal de Belgique et du Crédit local de France, Dexia a une gouvernance qui prévoit un strict équilibre franco-belge au niveau conseil d'administration et que le président de celui-ci, actuellement le Français Pierre Richard, est d'une nationalité différente de l'administrateur délégué (le belge Axel Miller).

Mais les grands actionnaires belges, au nombre desquels figurent les municipalités du pays, jouissaient jusqu'ici d'un poids plus important (40,2%) que les français (11,7% pour le groupe CDC) et ont eu une influence déterminante sur certaines grandes décisions stratégiques du groupe comme le rejet de pourparlers en vue d'un rapprochement avec la banque italienne Sanpaolo IMI fin 2004.

Dans son communiqué, l'Elysée souligne que, après l'augmentation de capital, la part de la CDC et de l'Etat français dépassera 25%, seuil "qui représente en droit belge la minorité de blocage".

L'action Dexia, qui est suspendue de cotation sur Euronext Paris et Euronext Bruxelles, accuse une baisse de 58% depuis le début de l'année.

L'annonce du plan de sauvetage de la banque a provoqué un rétrécissement de 30 points de base de sa prime de risque (CDS) sur le marché, qui est revenue autour de 500, ce qui signifie qu'il en coûte 500.000 euros pour protéger 10 millions d'euros de dette Dexia contre le risque de défaut.

Yann Le Guernigou, édité par Jacques Poznanski

Copyright (C) 2007-2008 Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur DEXIA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+329.20 % vs +12.61 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat