Bourse > Bull > Bull : Le Nobel d'économie à des études sur le prix des actifs
BULLBULL BULL - FR0010266601BULL - FR0010266601
4.900 € 0.00 %
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
4.900 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 599 M€Capi. :

Bull : Le Nobel d'économie à des études sur le prix des actifs

Marché : Le Nobel d'économie à trois chercheurs américainsMarché : Le Nobel d'économie à trois chercheurs américains

par Johan Ahlander

STOCKHOLM (Reuters) - Le prix Nobel d'économie a été attribué lundi aux Américains Eugene Fama, Lars Peter Hansen et Robert Shiller "pour leurs analyses empiriques des prix des actifs", un sujet rendu sensible par l'explosion aux Etats-Unis d'une bulle immobilière à l'origine de la crise financière mondiale.

L'Académie royale des Sciences de Suède a salué des recherches qui permettent d'estimer la manière dont les cours des actions et des obligations peuvent évoluer à un horizon de trois à cinq ans. De telles prévisions sont impossibles pour des délais qui se mesurent en jours ou en semaines.

"Les lauréats ont posé les bases de la compréhension actuelle des prix des actifs", souligne l'Académie royale. "Celle-ci repose en partie sur les fluctuations du risque et les attitudes envers le risque, et en partie sur les biais comportementaux et les frictions des marchés."

L'Académie ajoute qu'en précisant la perspective sur l'évolution des cours, ces recherches ont des retombées sur des décisions sur l'épargne, le marché immobilier et les politiques macroéconomiques des gouvernements.

"La valorisation erronée des actifs peut contribuer à des crises financières et, comme l'illustre la récente récession mondiale, de telles crises peuvent affecter l'ensemble de l'économie", ajoute-t-elle.

L'effondrement du marché immobilier américain et la crise des 'subprimes', à l'origine de la crise financière de 2007-2009, ont témoigné de cette influence. Certains analystes préviennent actuellement que la politique monétaire très accommodante de la Réserve fédérale des Etats-Unis pourrait provoquer de nouvelles bulles dans les marchés émergents.

"PÈRE DE LA FINANCE MODERNE"

L'Académie explique qu'Eugene Fama, 74 ans, fait partie des économistes qui ont mis en évidence dans les années 1960 l'immense difficulté de prévoir à court terme l'évolution des cours, en mettant en particulier l'accent sur la rapidité avec laquelle sont intégrées les nouvelles informations.

Favori de longue date du prix, Eugene Fama, que certains qualifient de père de la finance moderne, a en outre décrit les mécanismes par lesquels des groupes d'actions peuvent enregistrer de meilleures performances que l'ensemble des marchés.

"L'application la plus évidente des recherches de Fama, c'est l'idée qu'on ne peut pas battre les marchés", explique Peter Englund, membre du comité d'attribution du prix. "Il est impossible de prouver que l'analyse des actions en vaut la chandelle."

Au début des années 1980, Robert Shiller, âgé de 67 ans, a, lui, découvert que les cours des actions étaient plus faciles à estimer sur plusieurs années, car même s'ils fluctuent bien plus que les dividendes versés par les entreprises, il existe une corrélation entre les deux.

L'Académie explique que l'économiste a montré que "le rapport entre les cours et les dividendes a tendance à baisser lorsqu'il est élevé et à augmenter lorsqu'il est bas", ce qui s'applique par ailleurs à d'autres actifs que les actions.

MISE EN GARDE

Robert Shiller est notamment à l'origine de l'indice Case-Shiller, utilisé chaque mois par l'agence Standard & Poor's pour évaluer l'évolution des prix immobiliers. Il a récemment prévenu que le secteur pourrait connaître une nouvelle bulle, après une précédente mise en garde en 2005, avant la crise des subprimes.

"Il y a en ce moment une hausse très rapide des cours, et je crois qu'elle est en partie accélérée par la politique de la Fed", a-t-il dit à Reuters. "Cette crise financière, que nous avons traversée au cours des cinq dernières années, elle semble refléter une incompréhension de l'évolution des prix."

"Quand les prix des actifs se mettent à s'emballer, ce devrait être une cause d'inquiétude", a-t-il ajouté. "Les autorités monétaires devraient remédier à des mouvements excessifs de prix."

Le troisième économiste récompensé, Lars Peter Hansen, 60 ans, a "développé une méthode statistique qui est particulièrement bien adaptée pour tester les théories rationnelles sur les prix des actifs", aux côtés d'autres chercheurs, selon les termes de l'Académie.

Comme Eugene Fama, Lars Peter Hansen enseigne à l'université de Chicago. Robert Shiller est professeur à Yale.

Le prix d'une valeur de huit millions de couronnes (910.000 euros environ), décerné chaque année depuis 1969, clôt la saison des Nobel.

Avec Alister Bull à Washington, Marc Angrand et Julien Dury pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...