Bourse > Bull > Bull : Janet Yellen franchit une première étape clé au Sénat
BULLBULL BULL - FR0010266601BULL - FR0010266601
4.900 € 0.00 %
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
4.900 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 599 M€Capi. :

Bull : Janet Yellen franchit une première étape clé au Sénat

Janet Yellen franchit une première étape clé au SénatJanet Yellen franchit une première étape clé au Sénat

WASHINGTON (Reuters) - La commission bancaire du Sénat a approuvé jeudi la nomination de Janet Yellen en tant que première femme à la présidence de la Réserve fédérale américaine, une proposition qui doit maintenant être votée en séance plénière au Sénat.

Si elle est confirmée, ainsi que cela est largement attendu, l'actuelle vice-présidente de la banque centrale remplacera le président Ben Bernanke, dont le mandat prend fin le 31 janvier, pour devenir la femme la plus puissante du monde financier.

Janet Yellen a obtenu 14 votes favorables contre huit à la commission bancaire. Trois républicains ont voté en faveur de sa nomination et un démocrate a voté contre.

Choisie par le Président Barack Obama, Janet Yellen est considérée comme une "colombe" en matière de politique monétaire puisqu'elle privilégie les stratégies de lutte contre le chômage quitte à laisser filer l'inflation.

Elle prendra la tête d'une banque centrale qui a pris des mesures radicales et peu orthodoxes pour soutenir l'économie et l'emploi aux Etats-Unis.

La Fed maintient des taux quasiment nuls depuis fin 2008 et a multiplié par quatre son bilan, à 3.800 milliards de dollars (2.835 milliards d'euros), par trois grands cycles de rachats d'obligations caractérisant une politique dite de "quantitative easing" (assouplissement quantitatif) applaudie par Wall Street.

Cette politique d'injections massives de liquidités dans le système pour doper la croissance a attiré les foudres de ceux qui redoutent qu'elle ne déclenche une envolée de l'inflation et la création de bulles spéculatives sur les marchés.

Elle attire également les critiques des élus républicains, qui estiment qu'elle a ouvert la porte à des dépenses publiques de l'actuelle administration Obama jugées excessives.

"Le coût à long terme de ces politiques n'est pas clair et franchement inquiétant", a expliqué le sénateur républicain Michael Crapo à la commission, avant de voter "non".

Malgré tout, Yellen devrait remporter haut la main le feu vert du Sénat en séance plénière le mois prochain.

Les démocrates détiennent 55 des 100 sièges du Sénat, ce qui signifie qu'elle n'a besoin que d'une poignée de voix républicaines afin de s'assurer des 60 bulletins nécessaires pour écarter tout obstacle procédurier qui pourrait être placé sur son chemin.

Elle est bien partie pour y réussir car elle a été soutenue par trois sénateurs républicains de la commission bancaire et deux de leurs collègues se sont déclaré disposés à la soutenir en séance plénière.

Alister Bull et Margaret Chadbourn, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI