Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

BIOPHYTIS

ALBPS - FR0012816825 SRD PEA PEA-PME
0.471 € +0.43 % Temps réel Euronext Paris

Biophytis : "Nous pouvons stimuler la fonction respiratoire des patients atteints de Covid-19"

mardi 7 avril 2020 à 08h00
Stanislas Veillet, PDG de Biophytis

(BFM Bourse) - La société de biotechnologies Biophytis espère pouvoir débuter rapidement un essai clinique sur sa molécule phare en tant que potentiel traitement de l’insuffisance respiratoire associée au Covid-19, ce qui pourrait diminuer le nombre de patients admis en réanimation. En exclusivité pour BFM Bourse, Stanislas Veillet, son PDG, détaille ce nouvel axe de développement, mis sur pied en seulement quelques semaines pour répondre à une situation d'urgence sanitaire mondiale.

BFM Bourse: Biophytis est une entreprise pionnière dans les maladies liées au vieillissement, mais qui n'a pas d'expérience particulière dans les maladies infectieuses. Quel est le lien entre vos développements précédents et le coronavirus?

Stanislas Veillet: : Le développement de notre molécule Sarconeos, aussi désignée BIO101, s'est effectivement d'abord orienté dans la sarcopénie, une dégénérescence des muscles liée à l’âge, entraînant une perte de la fonction musculaire et une déficience motrice et augmentant le risque d’effets indésirables sur la santé et de décès. Nous pensons que Sarconeos cible le tissu musculaire et stimule plusieurs fonctions essentielles (la synthèse protéique, la régénération, la production d’énergie...) qui pourraient être responsables d’une amélioration de la fonction musculaire et de la préservation de la mobilité et des capacités respiratoires dans des situations de dégénérescence musculaires.

Nous sommes en cours d'essai de phase 2b dans cette indication et notre première priorité a d'ailleurs été, face au développement de l'épidémie, de faire en sorte que les patients volontaires puissent poursuivre l'essai mais en restant chez eux, en évitant de se déplacer en centre clinique au risque de contracter le coronavirus... Rapidement, des similitudes entre le Covid-19 avec le SRAS de 2002-2003 sont apparues avec la survenue de pneumonies aiguës, surtout chez des patients âgés. Pour pénétrer à l'intérieur des cellules pulmonaires, il apparaît que le virus détourne un élément clé (une enzyme de conversion de l'angiotensine 2) du système rénine-angiotensine, lequel contrôle la fonction respiratoire. Cela semble favoriser l'insuffisance respiratoire chez certains patients.

Lorsqu'il est apparu que le coronavirus induisait ce risque, nous savions que notre produit stimule justement la fonction respiratoire à l'endroit même où elle est déstabilisée par ce virus - en activant un récepteur appelé MAS perturbé par l'infection virale.

BFM Bourse: Cette molécule pourrait donc intervenir non pas sur la transmission du virus, mais sur ses conséquences?

Stanislas Veillet: Effectivement, nous avons déjà relevé sur des modèles animaux que le produit agit sur des lésions graves du poumon ou sur l'insuffisance respiratoire dans le contexte de maladies neuromusculaires. Sarconeos n'est pas un antiviral ou un anti-inflammatoire, mais il agit sur une fonction précisément déstabilisée par le virus. Nous pensons donc, même si nous ne sommes pas spécialistes des maladies infectieuses en tant que telles, que nous pouvons proposer un traitement des patients atteints de Covid-19 en stimulant la fonction respiratoire déficiente, pour éviter le recours au ventilateur et limiter nombre de patients en réanimation.

BFM Bourse: Comment est concrètement conçue l'étude au départ?

Stanislas Veillet: Nous avons validé avec les cliniciens de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, qui sera le principal investigateur, un protocole adaptatif, inspiré de celui qui a déjà été validé par les autorités sanitaires française, belge et américaine dans la myopathie de Duchenne. Dans un premier temps, 50 patients placés en surveillance pour insuffisance respiratoire seront recrutés en espérant démontrer que Sarconeos permet de diminuer la ventilation mécanique. Schématiquement, aujourd'hui un tiers des patients mis sous surveillance sont ensuite placés sous respirateur et, faute d'amélioration, la moitié doit être transféré en réanimation. Nous voulons diminuer le nombre de patients qui ont besoin d'une ventilation mécanique, sachant qu'une diminution de 50% de ce nombre permettrait de soulager considérablement les équipes médicales qui luttent au quotidien mais qui sont à la limite de la saturation au pic de l'épidémie. C'est un objectif médical très important.

BFM Bourse: Et par la suite ?

Stanislas Veillet: L'objectif est que l'étude prenne progressivement une ampleur plus grande à l'international avec une étape à 150 puis 300 patients. Toutes nos études sont déjà conduites en France, en Belgique et aux Etats-Unis, donc les agences connaissent déjà bien le profil de la molécule. J'ai donc bon espoir que toutes les autorisations seront rapidement réunies étant donné l'urgence sanitaire. Si l'étude avance comme prévu vers juillet, la preuve d'efficacité thérapeutique pourrait être établie en juillet avec éventuelle une autorisation de mise sur le marché conditionnelle dans cette indication. Ce qui fait que le produit pourrait connaître un développement commercial avant même l'indication orpheline de la myopathie de Duchenne et de la sarcopénie.

BFM Bourse: Quelles sont vos capacités actuelles en matière de production?

Stanislas Veillet: La molécule de Sarconeos est très complexe, elle est extraite d'une plante médicinale chinoise, dont l'extrait est purifié par Patheon en Allemagne. Nous avions heureusement sécurisé la production pour tout le développement clinique, ce qui nous permet de fournir tous les lots pour les essais contre le Covid-19. Evidemment, si comme nous l'espérons le produit démontre son efficacité, il s'agira alors d'industrialiser à une échelle beaucoup plus large et de distribuer ce qui deviendrait alors un médicament à l'échelon international. Nous devrons alors faire appel à tous les appuis possibles: Etat, partenaires industriels, actionnaires...

BFM Bourse: Quelle est à ce jour la capacité financière de Biophytis ?

Stanislas Veillet: À l'issue de l'exercice 2019, l'entreprise disposait de 6 millions d'euros de liquidités. Nous lançons aujourd'hui une émission de bons de souscription d'action pour permettre à nos actionnaires historiques de rester associés au développement de Biophytis dans la lutte contre le Covid-19. Il s'agit de la première offre publique depuis notre introduction en Bourse. Nous pensons que la société a une place, qu'elle peut contribuer à la lutte sanitaire avec une innovation assez unique pour limiter les ventilations extrêmement invasives et complémentaire des solutions de traitement sur lesquelles se consacrent l'essentiel des autres biotechs. Il nous semble essentiel d'y associer les actionnaires qui ont continué à nous soutenir contre vents et marées, notamment pendant la "descente aux enfers" des biotechs françaises en Bourse ces dernières années...

En parallèle, nous modifions la ligne de financement obligataire en remboursant celle souscrite auprès de Negma, pour la refinancer auprès d'Atlas à de meilleures conditions. Les fonds ainsi levés nous permettent ainsi d'engager cette étude. Encore une fois si tout se passait comme prévu avec un succès clinique au terme de celle-ci, les montants financiers nécessaires pour transformer ce candidat en médicament seraient d'un autre ordre et là tous les appuis seraient nécessaires.

Propos recueillis par Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur BIOPHYTIS en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.20 % vs -3.40 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat