Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

AMOEBA

AMEBA - FR0011051598 SRD PEA PEA-PME
3.480 € +2.35 % Temps réel Euronext Paris

Amoeba : "Une efficacité jamais vue pour un agent de biocontrôle des cultures"

mercredi 29 avril 2020 à 08h03
Interview exclusive de Fabrice Plasson, PDG d'Amoeba

(BFM Bourse) - La société lyonnaise Amoeba multiplie les accords avec des industriels de l'univers phytosanitaire désireux d'expérimenter une solution biologique de protection des cultures basée sur l'amibe Willaertia magna C2c Maky. Si le parcours réglementaire semble plus simple dans ce domaine, la firme n'abandonne pas pour autant son projet dans le traitement des eaux, indique son PDG Fabrice Plasson.

BFM Bourse: En 2018, Ameoba a essuyé un échec avec le rejet de la demande d’autorisation en Europe de la substance active biocide Willaertia magna C2c Maky dans les tours aéroréfrigérées et retiré l'an dernier une demande aux USA. A contrario, votre solution suscite un intérêt grandissant dans le domaine de la protection des cultures. Envisagez-vous d'abandonner le traitement de l'eau ?

Fabrice Plasson: : Non le biocontrôle n'est en aucune manière un palliatif ou une échappatoire au traitement de l'eau. Notre projet du traitement du risque microbiologique dans l'eau a certes rencontré un écueil, clairement identifié : ne pas avoir pu démontrer face à l'agence française concernée l'absence d'un effet "cheval de Troie" car le déroulement du processus réglementaire ne nous autorisait plus à fournir les données techniques nécessaires. Mais le dossier continue son chemin aujourd'hui. Nous avons publié l'an dernier dans Scientific Reports, un journal du groupe Nature, un article sur l’analyse génomique complète de l’amibe, et en début de cette année, dans la revue Pathogens, un autre article annonçant les résultats scientifiques qui démontre qu'il n'y a pas d'effet de cheval de Troie (l'amibe Willaertia magna C2c Maky ne fait pas office de réservoir pour les légionnelles) et nous avons redéposé en juillet 2019 un dossier de demande de mise sur le marché européen. L'agence de l'Etat rapporteur, Malte, s'est associé à un groupe d'experts microbiologistes pour porter son instruction, ce qui nous rassure car notre premier dossier avait été mis en difficulté par l'absence d'experts auprès des agences. Une fois le rapport de Malte finalisé, le dossier sera confié à l'agence européenne qui dispose d'un délai d'une année pour se prononcer. Dans l'intervalle, nous avons aussi la possibilité de demander une AMM à titre provisoire du biocide dans certains pays dès 2021. Aux Etats-Unis, nous souhaitons représenter le dossier (que nous avions choisi de retirer volontairement) en juin, avec un délai attendu de réponse de l'Environment Protection Agency de 18 mois.

Donc s'agissant du traitement de l'eau, notre usine est en place, nos accords avec les distributeurs seront à réactiver le moment venu, mais le dossier suit son cours et il nous apparaît sécurisé dans sa partie la plus importante, puisque l'étude publiée en février 2020 balaie les craintes d'un effet "cheval de Troie" en montrant que ce n'est pas le cas pour notre amibe.

BFM Bourse: Qu'est-ce qui vous a amené à envisager des applications à la protection des plantes ?

Fabrice Plasson: : Dans le cadre de la caractérisation de notre biocide, nous avons travaillé sur l'ensemble des germes sur lesquelles l'amibe pouvait avoir un impact et fortuitement -à l'occasion d'une manip' inaboutie - nous avons découvert que l'amibe morte avait un effet antifongique, en l'occurrence il s'agissait du pathogène du mildiou de la vigne. Vu l'intérêt d'un produit entièrement biologique, remplaçant le cuivre toxique, pour lutter contre ce champignon, nous avons démarré là-dessus, sans penser qu'il y aurait d'autres applications. Et l'intérêt de l'agriculture est qu'il s'agit d'un domaine d'application assez mature au niveau microbiologique (par exemple le Romeo est un broyat de levures, pour citer un produit déjà sur le marché). L'avantage, au contraire de l'eau, c'est que tout n'est pas à défricher. Le parcours réglementaire est assez classique, le type d'études bien connu, et nous visons à déposer notre dossier « Substance Active » à la fin du mois de mai auprès de l'agence autrichienne, l'une des agences les plus en pointe en Europe dans le domaine des agents de biocontrôle.

BFM Bourse: Comment se positionne votre produit par rapport aux quelques agents biologiques aujourd'hui disponibles ?

Fabrice Plasson: : Le problème assez généralisé des agents actuels est un manque d'efficacité et surtout un manque de constance dans l'efficacité, dans la mesure où les produits n'ont pas d'effet direct sur le germe que l'on veut éliminer mais plutôt un effet stimulateur sur les défenses de la plante – ce qui fonctionne jusqu'à ce que la pression de la maladie devienne trop forte malgré tout, aboutissant à la destruction totale ou partielle du champ. Le broyat d'amibe Willaertia magna C2c Maky a lui à la fois un effet éliciteur des défenses et un effet direct sur le germe car il inhibe la libération des spores du mildiou. On stoppe ainsi la maladie dans l'état et c'est la première fois qu'un produit de biocontrôle montre un effet direct contre le pathogène. Ainsi, alors que l'efficacité habituelle est de 20% des germes détruits, Amoeba affiche 50 à 80% d'efficacité (50% les années où la maladie est très active, environ une fois en dix ans). En comparaison, l'efficacité du cuivre est de 70% mais sa toxicité est importante.

BFM Bourse: Quel intérêt ce biocide suscite-t-il auprès de l'industrie ?

Fabrice Plasson: : Cette caractéristique et cette efficacité inédites ont fait sensation dans l'univers phytosanitaire, et voilà pourquoi autant de partenaires sont venus nous voir, soit aujourd'hui huit acteurs ayant la taille suffisante sur leur marché, qui testent notre produit. Actuellement l'amibe lysée fait l'objet de 145 tests en champ, 70 en propre et 75 chez des partenaires, du jamais-vu dans le monde du biocontrôle. De la vigne, nous sommes en effet passés à la pomme de terre, dont la culture souffre aussi d'un type de mildiou typiquement traité avec le mancozèbe, un agent chimique en voie d'interdiction alors que jusqu'à présent aucun produit biologique ne s'est montré efficace. Nous avons mesuré une efficacité de 72% avec "Willy", contre 80 à 85% pour le fongicide chimique. D'autres essais sont en cours dans la tomate, le concombre, la betterave… Au niveau des grandes cultures, nous en sommes aux essais en serre sur la rouille du soja et la rouille du blé. Ce serait la première fois qu'un produit de biocontrôle arrive dans les grandes cultures (le marché le plus important potentiellement). L'utilisation d'un tel produit permettrait de réduire l'utilisation des produits chimiques en diminuant la résistance des germes, qui survient généralement après deux à trois ans de traitement… Les produits de biocontrôle étant réputés non sensibles à l'effet de résistance ce qui est un élément majeur de constance d'efficacité dans le temps.

BFM Bourse: Quelles sont les prochaines étape ?

Fabrice Plasson: : L'été sera donc extrêmement studieux pour Amoeba. Nous disposerons à partir de septembre des résultats de tous ces tests pour faire le bilan sur différentes applications. Notre stratégie étant de rester une plate-forme technologique et non de commercialiser, nous souhaitons ensuite choisir quatre partenaires pour une vraie mise en avant de la valeur de notre produit (donc en évitant des chevauchements par pays ou par type d'application). Les discussions vont sans doute s'étendre de septembre à mars 2021 avec la possibilité de signer en amont des partenariats rémunérateurs en vue d'une commercialisation future visée en 2024 en Europe, sachant que nous n'avons encore pas du tout ouvert de discussions en dehors de l'Europe.

BFM Bourse: En quoi Amoeba peut répondre à des aspirations plus vastes ?

Fabrice Plasson: : Nous sommes persuadés que la façon dont on traite nos ressources essentielles -l'eau, les cultures, les aliments- comme on l'a fait jusqu’à présent au travers de produits chimiques n'est pas tenable. Nous devons gérer ces ressources précieuses de manière plus respectueuse et soutenable. Aujourd'hui dans l'agriculture, les produits de biocontrôle sont encore peu nombreux et pour traiter l'eau, il ne reste plus que le chlore. Qu'adviendra-t-il demain si émerge une nouvelle bactérie pathogène résistante au chlore ? Avec quoi lutterons nous pour préserver l'eau, l'élément dont nous avons le plus besoin ? Chez Amoeba, nous avons chevillée au corps la conviction qu'il faut aller vers autre chose. C'est pour cela que nous sommes très résilients et que nous avons la certitude d'y arriver !

Propos recueillis par Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur AMOEBA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis

Ils ont donné leur avis

01/05/2020 par frankjeff 1
Nous proposons actuellement un programme de prêt authentique, simple et urgent à un taux d'intérêt bas de 2% avec une carte d'identité valide pour vérification.
Vous pouvez envoyer votre demande de prêt pour tout montant de prêt dont vous avez besoin.
Nous offrons des prêts allant de 5 000,00 $ USD Min. à 100000,00 $ USD Max.
Nous créditons à long terme de cinq (5) à cinquante (50) ans maximum.
Nous accordons le type de prêt suivant: prêt de projet, prêt de refinancement, prêt d'investissement d'entreprise, prêt de voiture ou de véhicule, prêt étudiant, prêt de consolidation de dette, prêt personnel, prêt de voyage et de vacances, prêt de Noël et du nouvel an.
Notre entreprise a également besoin d'une personne qui peut être le représentant de notre entreprise dans votre pays.

Contactez notre bureau dès aujourd'hui par e-mail:
crowntrustfinancialloanfi rm@gmail.com
crowntrustfinancialloanfi rm@yahoo.com

Si vous êtes intéressé par notre offre financière et souhaitez obtenir un prêt de notre part, contactez-nous et donnez-nous les détails ci-dessous, et cela sera nécessaire pour initier les conditions du montant du prêt en conséquence.

Nom: _________________________ ___
Le genre: _________________________ ______
État civil: _______________________
Adresse de contact: ______________________
Ville / Zip: ________________________
Pays: _________________________ _____
Date de naissance: ________________________
Montant nécessaire en prêt: ________________
Durée du prêt: ________________________
Revenu mensuel / revenu annuel: _________
Occupation: _________________________ __
Objet du prêt: _____________________
Téléphone: _________________________ _______
Fax: _________________________ _________

Cordialement,
PDG: JEFFREY FRANK!

Envoyez votre demande de prêt pour réponse immédiate à:
crowntrustfinancialloanfi rm@gmail.com
crowntrustfinancialloanfi rm@yahoo.com

Votre succès commence avec nous!
TradingSat
Portefeuille Trading
+311.30 % vs -5.55 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat