Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Un an après le Brexit, la City reste la première place financière d'Europe

samedi 15 janvier 2022 à 07h00
La finance britannique se porte bien malgré le Brexit

(BFM Bourse) - Voilà un an que le Royaume-Uni est sorti de l'Union européenne. Depuis, la City s'est vue dépasser par ses rivaux continentaux par les volumes de courtage sur actions, mais n'a pas connu un exode massif de banquiers et conserve ainsi son rang de première place financière sur le Vieux Continent.

Voilà plusieurs siècles que Londres s'est imposée comme un des principaux centres financiers du monde, et les chances que Paris, Amsterdam ou Francfort ravissent au Royaume-Uni la couronne de premier centre financier européen apparaissent "minces", constate Lee Wild, analyste chez Interactive Investor, interrogé par l'AFP.

Les services financiers de la City ont pourtant connu un Brexit plutôt sévère: ils ne sont pas couverts par l'accord commercial entre le Royaume-Uni et l'UE et ne bénéficient pas d'équivalences accordées par l'Union à d'autres pays tiers. Les échanges sur actions ont souffert dès les premières semaines après le divorce d'avec l'Union, les opérateurs britanniques se voyant privés du jour au lendemain du droit de proposer des actions aux clients européens.

Le montant des échanges sur actions a ainsi fondu d'environ 40% à Londres en janvier 2021, au profit d'Amsterdam, la place britannique se trouvant bien désormais reléguée sur ce volet au deuxième rang européen, selon des chiffres de Cboe Global Markets transmis à l'AFP.

Un écosystème financier exceptionnel

Mais la City est un centre financier dominant à l'échelle mondiale sur de nombreux autres marchés comme les opérations de change ou les dérivés, ce qui "écarte toute idée que Paris ou Francfort sont sur le point de prendre la place de Londres", selon une étude publiée en juin par le think tank britannique New Financial.

Londres devance encore très largement ses rivaux européens, selon le Global Financial Centres Index 2021, un classement de référence de deux think tanks basés à Londres et Shenzhen. À l'échelon mondial, l'incontestée capitale mondiale de la finance demeure évidemment New York.

La City "offre un écosystème de banques, conseillers, avocats, gestionnaires de fonds et de fonds spéculatifs qui sert un vaste réservoir de liquidités", explique Russ Mould, analyste d'AJ Bell.

Selon le cabinet EY, quelque 44% des sociétés de services financiers ont pourtant déplacé ou prévoient de déplacer des opérations ou du personnel du Royaume-Uni vers l'Union européenne, et les transferts d'actifs annoncés totalisaient fin 2021 1,3 milliard de livres.

7.400 emplois déplacés sur 400.000

Dublin et Luxembourg accueillent le plus grand nombre de déménagements de bureaux mais c'est Paris qui reçoit le plus de personnel. Le président Emmanuel Macron avait inauguré en juin les nouveaux locaux parisiens de la banque américaine JPMorgan, en prévision du transfert de plusieurs centaines de traders.

Des banques britanniques ont par ailleurs mis fin à certaines relations commerciales avec des clients localisés en Europe.

Mais l'échelle des déplacements de personnel a été revue à la baisse et ne concerne au total que 7.400 emplois, selon EY. Une goutte d'eau, le Royaume-Uni employant plus d'un million de personnes dans les services financiers, dont quelque 400.000 à Londres. Et selon la société de conseil en recrutement Morgan McKinley, plus de 30.000 emplois ont été créées dans le secteur financier britannique en 2021, démontrant sa capacité à prospérer malgré le Brexit.

Certaines estimations évoquaient jusqu'à 100.000 transferts d'emplois du Royaume-Uni vers l'UE. "Nous n'avons pas assisté à un exode en raison du Brexit, et il est désormais peu probable que cela se produise un jour", estime Hakan Enver, directeur général de Morgan McKinley.

Un risque de "lente déflation"

À terme, la City risque plutôt "une lente déflation" et "un déplacement des activités vers d'autres centres, très probablement aux États-Unis ou en Asie", abonde l'un des principaux lobbies financiers de Londres, TheCityUK.

Les 122 introductions en Bourse qui ont permis de lever 16,8 milliards de livres en 2021 - un record depuis 2007 - sont un autre signe que la place de Londres reste attractive, même si sur ce plan l'élan est partagé au niveau mondial.

Les chambres de compensation britanniques, pour l'instant sans rivales sur le continent, bénéficient pour leur part d'une autorisation provisoire de l'Union. Mais c'est une exception: "l'UE a clairement indiqué que des équivalences ne seraient pas accordées de sitôt au Royaume-Uni", explique Catherine McGuinness, cheffe politique de la City, dans une déclaration à l'AFP, appelant la finance britannique à regarder au delà de l'Europe.

Le Royaume-Uni "doit continuer à travailler à rendre le secteur des services financiers encore plus compétitif au niveau international", assure-t-elle, même s'il est "essentiel d'avoir un dialogue régulier avec l'UE".

(Avec AFP)

G. B. - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+314.20 % vs +40.56 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat