Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Parrainée par Claude Lelouch, la cryptomonnaie Klapcoin veut financer le cinéma

mardi 30 novembre 2021 à 16h12
Claude Lellouch, parain d'une cryptomonnaie dédiée à la diversité du cinéma

(BFM Bourse) - Le cinéma français lance sa cryptomonnaie. Parrainé par Claude Lelouch, le Klapcoin vise à permettre à tout à chacun d'investir dans le financement d'un film. L'objectif est d'ouvrir le cinéma et l'audiovisuel à de nouveaux investisseurs au moment où les financements publics se font plus rares.

Le Klapcoin sera lancé dans quelques semaines à l'occasion d'une ICO (Initial Coin Offering), une levée de fonds en cryptomonnaies. C'est Exaion, une filiale d'EDF spécialisée dans la blockchain qui assurera la partie technique... et sera garante de l’opération vis-à-vis des règles AMF. Le protocole retenu sera soit l’ethereum, soit le thesos.

Derrière cette opération se trouve la société DCF -pour diversité du cinéma français- fondée par la productrice Sarah Lelouch, une des filles de Claude Lelouch. Les fonds levés, compris entre 2 et 8 millions d'euros, devraient contribuer au financement de long-métrages. L’accent sera mis sur les nouveaux talents et le cinéma et les séries grand publics : comédie, thriller, film d’action. Des genres populaires qui sont plus difficiles à faire financer par le CNC.

Les projets seront sélectionnés par un comité de professionnels… Et une fois le développement terminé, les scenarios seront vendus à des producteurs chargés du tournage. DCF pourra, pour certains projets, participer directement à la coproduction du film. L’objectif est de limiter la prise de risque.

Avant-premières, rencontres et choix artistiques

La valeur du Klapcoin sera indexée sur les profits de la société : un mécanisme destiné à donner une certaine stabilité à la cryptomonnaie. Les détenteurs de Klapcoin seront régulièrement informés des projets de la société.

En parallèle, un système de récompenses (via des tokens de gouvernance, baptisés "Lux") donnera accès à des avant-premières, des rencontres et la possibilité de voter sur certains choix artistiques. Et peut-être dans un second temps des NFT, associés aux films. Les plus gros investisseurs (des professionnels du cinéma) auront un accès exclusif aux projets développés par DCF, qu’ils pourront acheter et produire.

Une méthode innovante pour attirer de nouveaux investisseurs privés, que ce soit des professionnels du milieu ou de simple fans de cinéma... au moment où les fonds publics du CNC et les financements des chaines de télévision ont tendance à diminuer.

Le recours à un crypto-actif constitue une alternative aux autres placements privés, essentiellement les Sofica, ces sociétés de financement pour le cinéma et l’audiovisuel, qui bénéficient d’un avantage fiscal, mais qui sont réservées à des investisseurs aguerris, sans leur donner pour autant un droit de regard sur certaines étapes de la production.

Par Simon Tenenbaum

©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.10 % vs +42.19 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat